De Fièvre et de Sang — Sire Cédric

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

Titre : De Fièvre et de Sang
Auteur : Sire Cédric
Date de Parution : 08 Mars 2012
Éditeur : Pocket
Nombre de Pages : 565
Prix : 7,60 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Ils semblent se nourrir de sang. Leurs victimes sont retrouvées exsangues. Eva Svärta et le commandant Vauvert viennent enfin de mettre un terme aux agissements des frères Salaville. Mais les meurtres continuent, défiant toute logique. Les talents d’Eva, policière albinos dotée d’un instinct hors normes, vont la conduire aux frontières de la rationalité. Là où, à tout instant, les ténèbres menacent de s’ouvrir sous vos pieds, où votre propre reflet dans le miroir pourrait vous engloutir, où la part d’ombre qu’Eva porte en elle causera sa perte ou lui sauvera la vie…

4-5⌧ CHRONIQUE ⌧

Les thrillers/policiers ne constituent habituellement pas un genre que j’affectionne beaucoup en dehors des romans de Dean Koontz et pourtant, j’ai dévoré celui de Sire Cédric en à peine trois soirées. Je suis tout simplement bluffée par ses talents d’écrivain, il parvient parfaitement à décrire ses personnages et les lieux qu’ils fréquentent sans casser le moins du monde le rythme de la narration. On plonge dès les premières pages dans une action envoûtante : l’intrigue démarre sur les chapeaux de roue et prend aux tripes. Impossible de relâcher le livre au moment qu’on s’était fixé, on en veut plus, encore plus, toujours plus. On stresse, on frémit, on grimace, on craint le pire… mais on continue à tourner les pages pour enfin comprendre le pourquoi du comment.

L’héroïne est assez particulière tant au niveau physique (elle est albinos) qu’au niveau du caractère (elle a connu une expérience particulièrement traumatisante dans l’enfance et bien que profileuse dans la Brigade Criminelle, elle n’a vraiment rien de conventionnel). On la découvre forte et inflexible, sûre d’elle et un brin arrogante, et pourtant au fil des pages, on réalise que certains traits de sa personnalité ne sont que façade. Eva est toute aussi torturée au quotidien que les victimes au moment de leur triste agonie, elle nage en plein cauchemar et en vient à se demander comment la société peut générer des tueurs en série comme celui dépeint dans « De Fièvre et de Sang ».

L’ambiance de ce livre est glauque et oppressante, on plonge directement dans les méandres de l’âme humaine et j’ai souvent été déstabilisée par la façon dont l’auteur sait se jouer de ses lecteurs. On jongle constamment entre deux concepts pourtant diamétralement opposés : des personnages que l’on voyait déjà morts survivent envers et contre tout tandis que d’autres que l’on n’imaginait pas périr dans le feu de l’action tombent les uns après les autres. L’intrigue oscille entre une époque contemporaine et des mythes passés, entre folie furieuse et forces occultes, thriller et fantastique, on ne sait pas trop sur quel pied danser ni quel regard apporter sur les faits. Sire Cédric distille les indices et les révélations avec parcimonie, lentement mais sûrement, et pourtant le rythme reste effréné et on ne bénéficie pas du moindre répit.  Les frontières entre le réel et l’irréel deviennent floues, le début et la fin du cauchemar s’entremêlent avec une obsédante complexité.

Je n’ai vraiment pas grand-chose à redire à ce petit bijou. En dehors de la découpe parfois étrange des chapitres. Ils sont courts et accélèrent encore l’effet « course contre la montre » ressenti par notre équipe d’enquêteurs, mais parfois un nouveau chapitre est entamé alors qu’il est dans la continuité directe du précédent et cela aurait donc peut-être mérité un petit regroupement. À partir de la 4ème partie, certains chapitres concernant Eva ou le tueur sont au présent quand tout le reste est conjugué au passé, et un certain détail du grand final m’a échappé et donc un peu frustrée, car même si j’ai des idées sur le sujet, j’aime quand les choses sont claires et nettes dans mon esprit. J’espère que « Le Mois de Sire Cédric » chez Book en Stock me permettra d’aborder le sujet avec l’auteur, mais ces quelques minauderies mineures de ma part n’ont en rien entamé le plaisir que j’ai eu à dévorer cet ouvrage et à découvrir ce formidable auteur français qui n’a rien à envier aux « plus grands » outre-Atlantique.

La fin est magistrale, époustouflante, surprenante. Elle nous laisse pantois tant l’auteur aura réussi à brouiller les pistes du commencement jusqu’au dénouement, apportant une certaine réflexion sur les motivations de l’être humain et une intrigue à l’intensité et à la finesse grandissantes…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s