Insaisissable, T1 — Tahereh Mafi

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

Saga : Insaisissable – Tome 1
Titre français : Ne me touche pas
Titre original : Shatter Me
Auteur : Tahereh MAFI
Date de Parution : 04 Octobre 2012
Éditeur : Michel Lafon
Nombre de Pages : 381
Prix : 16,95 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

« Ne me touche pas » je lui murmure. Je mens mais ne lui dis pas. J’aimerais qu’il me touche mais ne lui dirai jamais. Des choses arrivent quand on me touche. Des choses étranges. De mauvaises choses. Des choses mortelles. »
Juliette est enfermée depuis 264 jours dans une forteresse à cause d’un accident. Un crime. 264 jours sans parler, ni toucher personne. Jusqu’au moment où un gardien vient partager sa cellule. Derrière sa nouvelle apparence, elle le reconnaît : c’est Adam, celui qu’elle aime en secret depuis l’enfance. Pourquoi est-il enfermé avec elle ? Pourquoi lui pose-t-il tant de questions ? Et pourquoi semble-t-il ignorer qui elle est ?
Le monde de Juliette est régi par un organisme tout-puissant, le Rétablissement. Il contrôle l’accès à la nourriture, à l’eau et n’hésite pas à tuer pour asservir le peuple. Avide de pouvoir absolu, le fils du leader, Warner, contrôle sa propre armée et son propre territoire. Mais ce qu’il désire par-dessus tout, c’est Juliette.
Avant d’en faire sa captive, il l’a observée en cachette pendant des années. La malédiction de Juliette est pour lui une force, une arme inestimable. Mais cette dernière n’a pas l’intention de se laisser faire. Après une vie de paria, elle trouve pour la première fois la force de se battre et de rêver à un avenir avec celui qu’elle croyait avoir perdu pour toujours…

⌧ CHRONIQUE ⌧

J’ai été séduite dès les premières pages par le style de l’auteure. Tahereh Mafi a une plume que je ne peux que qualifier de « magique ». Elle alterne deux écritures – tantôt hachée, tantôt fluide et imagée – pour mieux dépeindre l’âme de Juliette, torturée entre ses désirs, ses rêves, et la réalité de son existence.

Cette dernière est en effet enfermée dans une cellule d’isolement, sans personne à qui parler, depuis près d’un an. Depuis sa plus tendre enfance, elle ne peut toucher personne sous peine de voir survenir d’horribles drames, dont l’un d’eux lui vaut son emprisonnement actuel. Elle est fragile, brisée, s’accroche comme elle peut à la vie. Son dernier refuge consiste à tenir une sorte de journal, tout en sachant qu’on ne lui offrira jamais de nouvelles pages ni d’autres crayons lorsque ceux qu’elle a seront épuisés. Les phrases raturées, les répétitions, parfois même une ponctuation volontairement aléatoire sur quelques lignes, une mise en page déroutante avec des sauts de ligne là où il n’y en a a priori pas besoin… tout cela reflète parfaitement l’état fébrile dans lequel se trouve Juliette, prête à sombrer à tout instant dans la folie, à cause de la solitude, des privations et des souffrances qu’elle endure depuis trop longtemps. Ce style incroyablement original déstabilise, mais Tahereh Mafi ne pouvait trouver plus adéquat pour évoquer la psyché de son héroïne.

L’autre force qui habite sa plume réside dans les nombreuses métaphores, aussi visuelles que pertinentes, démontrant l’univers idyllique et poétique que Juliette s’est créé dans la tête pour affronter ses tourments et le monde dystopique dans lequel elle évolue. Un monde dont l’écosystème s’effondre petit à petit et où un dictateur a pris le pouvoir sous l’égide d’un régime militarisé nommé le Rétablissement. Les troupeaux sont décimés, le temps est instable et hostile, les récoltes s’amenuisent, les oiseaux ne volent même plus comme pour mieux dénoncer le manque total de liberté des populations ayant survécu au désastre qui se met en place à l’échelle mondiale. Juliette est quelqu’un de bien et a développé un imaginaire très riche pour faire face à un monde décadent où tout le monde manque de tout, hormis une poignée de hauts militaires.

Elle est déchirée entre sa soif immense d’être enfin acceptée et sa volonté inébranlable de rester elle-même, fidèle à ses convictions malgré l’adversité. Ce dilemme est parfaitement souligné par l’arrivée d’Adam dans sa cellule. Elle est tiraillée entre deux extrêmes : elle s’applique à le repousser, à le maintenir loin de ce qu’elle est – tant pour le protéger que pour elle-même se préserver – mais rêve en même temps d’un contact physique, d’une conversation, d’échanges amicaux,… Elle se cherche encore et va errer d’espoirs en trahisons, de doutes en épreuves inhumaines, de sentiments naissants qui se révèleront tantôt positifs, tantôt négatifs.

J’ai cru pendant la majeure partie de ma lecture que ce roman allait se voir estampillé « Coup de Cœur ». Malheureusement, le triangle amoureux qui se met en place me gêne dans la mesure où les deux « élus » possèdent une capacité commune. Le monde a beau être dépeuplé, je trouve que les statistiques en restaient tout de même faibles pour qu’une telle chose soit possible. Pire encore : les quelques éléments, soulevés peu avant la conclusion, au sujet du pouvoir de Juliette m’ont à la fois frustrée et donné envie de crier. Je trouve vraiment navrant que l’auteure soit retombée sur une piste aussi banale.J’aurais sûrement été moins déçue par ce final si la plume de l’auteure n’avait pas été aussi originale et détonante, mais j’avoue que les derniers chapitres ont considérablement douché mon enthousiasme pour cette nouvelle saga. Je lirai la suite – en anglais puisque je l’ai commencée dans cette langue – mais malheureusement pas dans l’immédiat…

lu en anglais US

 

⌧ BANDE-ANNONCE ⌧

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s