[Extrait] Graffiti Moon

— Tu devrais lui dire que tu veux qu’elle revienne, m’a conseillé Bert après son départ.
— Ou pas.
— Qui ne risque rien n’a rien.
Il a terminé sa bière.
Je suis resté derrière le comptoir, à passer en revue toutes les manières de la récupérer, mais chacune menait au même point : moi lui avouant que je restais ici, et elle partant sans moi. J’avais la sensation que le monde était trop étroit.
J’ai raconté à Bert que je devais partir tôt et ai emporté une bombe de peinture; mon cerveau s’est éteint et mes mains se sont allumées à la place. Je me suis évadé sur le mur. J’ai peint un fantôme enfermé dans un bocal. En reculant pour mieux le voir, je me suis rendu compte que le plus triste n’était pas qu’il allait manquer d’air. Le plus triste, c’est que dans cet espace confiné, il avait encore assez d’air pour toute une vie. À quoi pensais-tu, petit fantôme ? Te laisser piéger comme ça ?

Graffiti Moon — Cath CROWLEY — paru chez Albin Michel – Wiz en 2013
Pages : 71-72 sur 299

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s