Graffiti Moon — Cath Crowley

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

● Titre : Graffiti Moon
Auteur : Cath CROWLEY
Date de Parution : 03 Janvier 2013
Éditeur : Albin Michel – Wiz
Nombre de Pages : 299
Prix : 13,50 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Faites que j’arrive à temps. Faites que je rencontre l’Ombre. Celui qui peint dans la nuit. Qui peint des oiseaux pris au piège sur les murs de brique et des gens perdus dans des forêts fantômes. Qui peint des garçons au cœur couvert d’herbes folles et des filles fauchant ces herbes à la tondeuse. Un type qui peint des choses pareilles est forcément quelqu’un dont je pourrais tomber amoureuse.

⌧ CHRONIQUE ⌧

La structure de l’intrigue est assez atypique. On passe du point de vue de Lucy à celui d’Ed, et vice-versa – comme cela arrive dans d’autres romans. Mais quelques poèmes de Léo viennent se glisser entre deux et les chapitres se juxtaposent légèrement par moment, comme pour mieux mettre en valeur les liens qui se tissent au fil de l’histoire. La narration présente un style très oral : pas de descriptions alambiquées, immersion encore plus poussée dans le quotidien des deux protagonistes. Les dialogues des premiers chapitres m’ont un peu gênée, je n’avais pas l’impression d’avoir en face de moi des adolescents à la veille de l’âge adulte (ils fêtent la fin de leurs années de lycée). Mais le roman prend pleinement son envol une fois que Lucy rejoint ses amies au café du coin et qu’elles finissent toutes par déambuler aux côtés de trois garçons : Ed l’Ombre, Léo le Poète, et Dylan.

Le rythme devient alors très prenant, et les personnages gagnent en profondeur et en maturité, à travers une série de courts flashbacks qui nous permettent de mieux appréhender ce qu’ils sont aujourd’hui. On entre dans le vif du sujet : Lucy cherche l’Ombre et se retrouve avec Ed sans soupçonner un instant la vérité. Ed garde le silence, persuadé que la vérité la décevra au-delà de toute raison. Jazz, la meilleure amie de Lucy, s’entiche de Léo, qui cache lui-aussi son identité (bien que moins farouchement qu’Ed) suite à d’anciens déboires amoureux. Quant à Daisy, elle s’applique à faire savoir à son petit-ami Dylan qu’il a intérêt à grandir un peu s’il ne veut pas que tout s’arrête là. Les deux garçons, celui qui peint et celui qui donne un titre ou rédige un poème sur chaque tag, s’engagent dans une véritable partie de cache-cache. Au début résignés ou amusés, ils vont petit à petit se retrouver piégés dans leur propre jeu, conscients que leurs choix n’ont pas forcément été les bons…

Le couple le plus mis en valeur est bien sûr constitué de Lucy et Ed. La jeune souffleuse de verre en herbe, des rêves d’artiste plein la tête, aux parents un peu bohèmes, et le jeune homme paumé qui ne sait pas quoi faire, ni où aller, ni qui fréquenter depuis qu’il a perdu son substitut paternel. Sans repère, il erre, se dévalorise, ne sait plus trop qui il est. Il est obnubilé par ses défauts alors qu’il est empli de qualités que Lucy perçoit clairement à travers ses graffitis. Mais sa quête de l’Ombre alors que, sans s’en rendre compte, elle l’a directement à ses côtés ne fait que renforcer le sentiment d’Ed que tout cela ne vaut même pas le coup d’essayer… Plongé en plein dilemme, il tente de sauver les apparences à travers un humour grinçant, d’autant plus facile que son premier rendez-vous avec Lucy quelques temps auparavant s’est conclu d’une façon pour le moins… fracassante ! Pourtant, à travers les échanges de la bande ce soir-là, il remettra progressivement en question sa position de chat échaudé.

Il parviendra à déverrouiller ses ressentis et quelques-uns de ses secrets les plus pesants à travers les références culturelles échangées avec Lucy. Et c’est là un autre point essentiel de ce roman. Personnellement, j’ai trouvé ça si bien géré que je me suis installée près de mon ordinateur pour rechercher sur Google les œuvres dont ils parlaient, car je n’en connaissais pas certaines. Pour pouvoir pleinement savourer les discussions qui en découlent. Ce n’est pourtant pas une obligation, on peut très bien poursuivre la lecture sans s’arrêter sur ces détails. Mais le fait justement que l’auteure ait réussi à me donner envie d’en savoir plus sans m’y obliger dénote dans mon esprit d’une grande habileté artistique et je ne peux que l’en remercier !

Mais je vous laisse découvrir par vous-même si Lucy démasquera l’Ombre cette nuit-là, et si Ed et Léo trouveront enfin une voie de rédemption… ou s’ils cèderont à la facilité en allant jusqu’au bout du casse qu’ils ont planifié, faute de trouver mieux pour se sortir du pétrin…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s