Once upon a time — Odette Beane

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

● Saga : Once upon a time, Tome 1
● Titre français :  Renaissance
● Titre original :  Reawakened
Auteur : Odette BEANE
Date de Parution : 13 Juin 2013
Éditeur : Michel Lafon
Nombre de Pages : 343
Prix : 16,95 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Il existe une ville dans le Maine où tous les personnages de contes de notre enfance sont piégés entre deux mondes, sous l’emprise de la terrible malédiction de la Méchante Reine. Pour Henry, dix ans, seule Emma, sa mère biologique qu’il n’a jamais connue, peut les délivrer.
Lorsque le garçon la retrouve et lui annonce qu’elle est la fille de Blanche-Neige et du Prince Charmant, Emma pense qu’il s’invente des histoires. Inquiète, elle décide de le ramener chez lui, à Storybrooke, où elle fait la rencontre de Regina, l’inquiétante mère adoptive de Henry. Dans cette ville à l’atmosphère irréelle, Emma devra accepter son destin, car face à l’amour véritable, même les pires maléfices sont impuissants.

⌧ CHRONIQUE ⌧

Appréciant grandement la série TV, j’étais très enthousiaste à l’idée de découvrir la novélisation de « Once Upon a Time ». Malgré quelques défauts dans la deuxième saison, les créateurs parviennent à nous embarquer dans un univers incroyable, mêlant habilement monde réel et imaginaire, contemporanéité et contes pour enfants. On y retrouve Blanche-Neige, son Prince Charmant et la Méchante Reine, le petit Chaperon Rouge, Cendrillon, le Capitaine Crochet, la Belle et la Bête, la Belle aux Bois Dormants, et tant d’autres. C’est un vrai régal et les connexions entre les différents personnages sont très bien pensées.

On retrouve dans ce roman une des recettes du succès de la série TV : une intrigue à deux voies. Dans notre monde, sur Terre, on évolue de façon chronologique, tandis que dans le monde des contes, c’est tout l’inverse. On part d’une Blanche-Neige paria, dont la tête est mise à prix, et on remonte lentement le temps pour découvrir comme elle en est arrivée là, comment et pourquoi la Reine s’est acharnée à lui faire tout perdre.

Malheureusement, de mon point de vue, le livre trouvera difficilement son public. Je ne l’ai trouvé adapté ni aux inconditionnels de la série, ni aux néophytes voulant s’y initier. Il n’apporte rien de plus par rapport aux épisodes abordés, mais ce qui m’a surtout gênée, ce sont les tailles apportées dans l’intrigue. Des moments-clés se sont retrouvés abrégés en quelques mots, comme le passé de Charmant – qui permet pourtant de mieux comprendre comment il en vient à repousser son héritage. Pareil pour l’arrivée de Belle dans la vie de Rumpelstiltskin. Comment pourrait-on comprendre l’impact de cette rencontre jusque dans la ville de Storybrooke ? La dualité du Ténébreux est complètement mise en arrière-plan, alors que c’est une des épices qui font la saveur de l’univers. Et le dernier détail qui m’a affligée : vers la fin du roman, quand David émet des doutes à l’égard de Mary Margaret, il n’est fait nulle mention des rêves qui l’ont induit en erreur. Comment comprendre son attitude dans de telles conditions ? Des détails m’avaient déjà un peu chiffonnée dans la série (Blanche cheveux longs avec des vêtements médiévaux Vs Mary Margaret cheveux courts avec des vêtements modernes… et il arrive malgré tout à confondre ?), mais ce passage, pour quelqu’un qui n’a pas encore vu la série, devient complètement incompréhensible.

Au niveau du style de l’auteure, je n’ai pas non plus adhéré. Les phrases sont trop longues, la ponctuation et les participes présent trop invasifs. Les dialogues sont trop… oraux. Ils comportent des répétitions qui passent très bien quand on parle de visu avec quelqu’un, mais le rendu est très maladroit à l’écrit. En parlant à Emma au tout début du livre, Henry passe du tutoiement au vouvoiement, avant de revenir au premier, et ce, sans aucune raison. Il n’y a aucune description et il est, de ce fait, très difficile de s’attacher à l’univers et aux personnages, qui paraissent bien plus superficiels qu’ils ne le sont dans la série. Tout est basé sur l’action, et même en connaissant bien l’univers, j’ai été gênée par ce manque de visualisation. Je n’ai pas été transportée dans la féerie de l’autre monde. J’ai également regretté le manque de transition entre les différentes intrigues. On en entendrait presque le « clap » de fin de tournage, sauf que ça passe nettement moins bien dans un roman.

L’ensemble donne une nette impression d’avance-rapide. Il aurait peut-être été plus judicieux de scinder la 1ère saison en deux novélisations, pour pouvoir détailler les subtilités et les clins d’œil qui font l’intérêt de la série TV. Et surtout, offrir aux personnages la profondeur qu’ils méritent. Une grosse déception, et pour une fois, je conseillerai plutôt la télévision à un livre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s