Charley Davidson, T4 — Darynda Jones

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

Saga : Charley Davidson, Tome 4
Titre français : Quatrième tombe au fond
Titre original : Fourth grave beneath my feet
Auteur : Darynda JONES
Date de Parution : 12 Juillet 2013
Éditeur : Milady
Nombre de Pages : 427
Prix : 8,20 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Être Faucheuse, c’est glauque. Et détective privée, dangereux. On peut dire que je cumule. C’est pour ça que j’ai décidé de prendre un peu de temps pour moi. Rien de tel que passer quelques commandes au télé-achat pour reprendre du poil de la bête. Je ne comprends pas pourquoi Cookie en fait tout un plat ! Ce n’est pas comme si on manquait d’argent : Reyes Farrow, le très chaud fils de Satan, m’en doit plein. Cela dit, pour lui demander de régler sa dette, il faudrait que je sorte de chez moi… Mais avec un pyromane qui met le feu, littéralement, à Albuquerque, et cette femme qui a besoin de mes services parce qu’on cherche à l’assassiner, je préférerais rester en pyjama.

⌧ CHRONIQUE ⌧

Qu’il est bon d’enfin pouvoir se replonger dans les aventures de Charley !

Ce quatrième tome est un nouveau festival d’humour décalé comme je l’aime, de cynisme et de prises de tête affectives. Charley fulmine après son père pour ce qu’il lui a fait à la fin du troisième volet de ses péripéties, et on la comprend bien ! Pourtant, le fait de prendre ses distances avec lui va légèrement influencer ses relations avec le reste de la famille. Oncle Bob reste fidèle à lui-même, mais la belle-mère de Charley semble moins virulente. Sans parler de vrai revirement, elle paraît vouloir mettre un peu d’eau dans son vin pour soutenir son mari et arranger les choses.

J’adore toujours autant Cookie, qui n’a de cesse – épaulée par Gemma, la sœur de Charley – de rabrouer la Faucheuse, devenue accro au téléshopping. Le syndrome post-traumatique a été très bien géré et cela fait du « bien » de voir une héroïne qui n’est pas invulnérable physiquement ni mentalement. Elle n’en paraît que plus humaine. En parlant de son humanité, on en découvre plus sur ses origines profondes, ce qui fait d’elle une Faucheuse, d’où elle tient ses pouvoirs… qu’elle va d’ailleurs commencer à développer bon gré mal gré. Reyes lui avoue la signification du surnom qu’il lui donne depuis toujours. Le côté mythologique se développe et j’en suis toute aussi friande que le reste !

On retrouve le déséquilibre du premier tome entre l’intrigue policière et celle à plus long terme reliant Charley et Reyes, mais cela ne me gêne toujours pas. D’autant plus qu’on arrive à un tournant décisif de l’histoire. Finie la rigolade, les démons sont de sortie ! Artémis, la Gardienne de Charley, s’adonne aux exorcismes multiples et le sang coule un peu partout. Par contre, j’avoue que les chamailleries Charley/Swopes m’ont manqué et que je suis un peu inquiète pour le devenir de ce dernier. Il a changé et on sait bien pourquoi, mais jusqu’où cela ira-t-il ? Est-il vraiment encore lui-même ? Diverses théories s’empilent dans mon esprit à son sujet et j’ai hâte de voir laquelle sera la bonne !

De la même façon, j’ai été étonnée que le gang de motards soit si peu présent. La fin du troisième tome m’a induite en erreur : je pensais que l’action tournerait grandement autour de Donovan. Darynda Jones m’a encore une fois bien eue, mais c’est aussi pour ça qu’on l’aime ! Surtout que la marge dégagée lui a permis d’introduire un nouveau personnage que j’ai apprécié dès les premières lignes. J’espère retrouver le jeune Quentin dans les prochains tomes, il est si attachant !

La relation amoureuse entre Charley et Reyes est toujours aussi complexe et tourmentée, mais va pourtant évoluer au stade supérieur. Ils se cherchent, se trouvent, et blessés se repoussent… mais leurs âmes sont liées et ils finissent toujours par se rapprocher à nouveau. D’habitude, ce genre de ballet a tendance à m’agacer, mais je le trouve ici bien géré. Tout avance dans la logique des choses, à un rythme parfaitement normal. Je suis conquise par les passages où Reyes interagit avec les proches de Charley, ce qui arrive de plus en plus. Ils m’arrachent systématiquement un sourire amusé et/ou attendri. Malgré les épreuves de la vie et du passé, ce groupe d’amis et ces membres d’une même famille vivent vraiment en symbiose et il se dégage une telle chaleur humaine qu’on mourrait d’envie de les connaître pour de vrai, de faire partie de leur univers.

Même si ce nouveau roman n’est pas un coup de cœur comme ces prédécesseurs, j’ai passé un merveilleux moment ! La lecture de cette saga est pour moi devenue incontournable dès sa sortie, et je dévore le tout en un temps record, passant du rire à la gorge serrée en une fraction de seconde. Charley Davidson prend aux tripes, mais je suppose qu’entre accros à la caféine, il ne pouvait en être autrement !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s