Nino l’Esquisseur — Ophélie Bruneau

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

Titre : Nino l’Esquisseur
Auteur : Ophélie BRUNEAU
Date de Parution : 1er Septembre 2013
Éditeur :  Le Chat Noir
Nombre de Pages : 13
Prix : 0,99 € (exclusivité numérique)

⌧ SYNOPSIS ⌧

Nino Rezon n’est pas un collégien comme les autres : héritier d’un don rarissime, il passe son temps libre à observer les fées pour le compte des archivistes de Soleil-du-Diable. En ce jour où un loup-garou a mis le village en émoi, la prudence s’impose, mais Nino ne suit que son instinct. Peut-on aller trop loin pour une esquisse ?

⌧ CHRONIQUE ⌧

Comme indiqué sur la fiche technique, ce titre est une nouvelle exclusivement numérique, se situant dans l’univers de « L’Ouroboros d’Argent ». Il vaut mieux avoir lu le roman d’abord, où vous manqueriez les petits clins d’œil qui y sont faits.

Nino est un adolescent habitant le village de Soleil-du-Diable. Sa nature de lorgnefée implique des pouvoirs réduits, ce n’est donc pas un grand sorcier. Pourtant, il n’est pas amer ni vraiment complexé. Il adore compléter les archives familiales avec les croquis qu’il réalise chaque fois qu’il rencontre une fée. Les gens capables de les observer sont rares.

Dans cette nouvelle, on le découvre en pleine course-poursuite. La fée qu’il a débusquée est d’une espèce qu’il n’avait encore jamais vue, mais surtout, elle ne tient pas en place. C’est un garçon complètement investi dans ce qu’il entreprend, dans la mission qu’il s’est donnée dans la vie. Hors de question d’abandonner avant que l’esquisse soit complète ! Cette histoire bucolique est une belle ode à la Nature : on fourrage les buissons, on franchit les ruisseaux, on gravit les montées et dévale les descentes aux côtés de Nino… pour arriver sur les terres d’un voisin tout sauf commode.

Malgré le format court de cette histoire, j’y ai pris beaucoup de plaisir. J’ai aimé découvrir les coulisses de « L’Ouroboros d’Argent » et surtout en apprendre davantage sur le pouvoir de Capucine à travers l’escapade de Nino. C’est le seul point qui m’avait fait défaut dans le roman. Ophélie Bruneau est parvenue à me faire apprécier ses personnages en quelques lignes à peine. Que ce soit l’adolescent un peu tête-brûlée ou sa tante qui déjouera les plans du voisin grognon en un joli pied de nez.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s