Pardonne-lui, de Jodi Picoult

pardonne lui⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

Titre français : Pardonne-lui
Titre original : The Storyteller
Auteur : Jodi PICOULT
Date de Parution : 13 Septembre 2013
Éditeur : Michel Lafon
Nombre de Pages : 469
Prix : 20,50 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Sage Singer est une solitaire. Elle dort le jour et travaille la nuit dans une boulangerie, où elle oublie les blessures de la vie en pétrissant le meilleur pain de la ville. Quand elle rencontre Josef Weber, un vieil homme insomniaque, Sage a enfin le sentiment d’avoir trouvé quelqu’un à qui se confier. Malgré leurs différences, chacun devine les cicatrices intimes de l’autre, et une amitié inattendue voit le jour.
Jusqu’au soir où Josef lui révèle le terrible secret qu’il cache depuis soixante ans et lui demande la plus incroyable des faveurs : le tuer. Confrontée à un choix moral impossible, Sage fouille dans l’histoire de sa famille pour tenter de résoudre son dilemme. Mais alors qu’elle plonge dans les horreurs de la Seconde Guerre mondiale à la recherche de la vérité, elle découvre que la frontière est parfois bien floue entre amour et trahison, justice et vengeance. Et elle devra répondre à la plus difficile des questions : certains actes sont-ils impardonnables ?

5⌧ CHRONIQUE ⌧

Jodi Picoult ouvre son récit avec les aventures d’Ania, aux doux accents fantastiques. N’ayez crainte, ce n’est pas le thème du livre, qui est très ancré dans la réalité et les faits historiques. On découvre par la suite d’où viennent ces petits épisodes, et pourquoi l’auteure a choisi de les incorporer ainsi. L’idée intrigue dans un premier temps, mais se révèle sincèrement excellente quand on en comprend les tenants et aboutissants !

Le roman se resserre ensuite autour de Sage, une jeune boulangère qui vit complètement repliée sur elle-même depuis la mort de sa mère. La cicatrice qui lui barre le visage ne l’aide pas non plus à aller de l’avant, et c’est dans un groupe de soutien qu’elle apprendra à connaître Josef, une rencontre qui bouleversera sa vie de bien des façons.

Alors qu’elle commençait enfin à tisser des liens d’amitié en dehors de ses relations de travail, Sage se heurte de plein fouet à un terrible aveu : Josef est un ancien officier SS et lui demande de l’aider à mourir. Les questions se multiplient dès lors : Josef regrette-t-il réellement les crimes qu’il a commis pendant la seconde Guerre Mondiale ? Quel est son degré d’implication dans la Solution Finale ? Est-il vraiment ce qu’il prétend être ? Pourquoi l’avoir choisie, elle ? Le pardon est-il possible quand les faits sont si graves ?

L’univers de Sage bascule. Même si elle n’est pas pratiquante, elle reste issue d’une famille juive. Sa grand-mère Minka est d’ailleurs une survivante des camps de concentration. La jeune boulangère est complètement perdue et ne peut se confier à personne, Josef étant un membre très respecté de leur communauté. Elle se tourne donc vers la police et le FBI, et fait la connaissance de Leo, l’agent chargé de vérifier ses informations et de recouper archives et témoignages. Un chasseur de nazis qui prend son métier très à cœur.

Petit à petit, l’enquête progresse et nous mène vers la seconde partie du roman, où Minka nous raconte le ghetto et les camps, les travaux forcés, les injustices et la cruauté humaine. Elle nous raconte comment sa famille s’émiette au fil du temps, comment ses amitiés s’effondrent devant les multiples drames de son existence. Les années passent mais ce genre de récits glace toujours autant le sang. Comme il est souligné tout au long du livre, il est d’autant plus effroyable de voir ces citoyens devenus ennemis en leur propre pays sans véritable raison que les génocides n’ont malheureusement pas cessé après 1945… Jodi Picoult s’est très bien documentée et a recueilli des témoignages de survivants par elle-même pour étayer son récit et mieux rendre l’horreur de ce pan de notre Histoire.

Dans la troisième et dernière partie du roman, tout se recoupe. L’histoire d’Ania, l’enquête de Leo, les relations de Sage avec les autres et les dilemmes qu’elle doit affronter alors qu’elle était déjà hantée par ses propres démons depuis des années. Les révélations finales m’ont beaucoup ébranlée et la justesse de l’ensemble est sidérante. Les réflexions de l’auteure sur le pardon et ses limites sont approfondies jusque dans les moindres recoins. On sent l’implication de Jodi Picoult de bout en bout du récit, sa volonté de faire passer un message et de pousser le lecteur à réfléchir à son tour aux questions posées ici.Qu’aurions-nous fait à la place de Sage ? Mais aussi, qu’aurions-nous fait à la place de Josef, si nous avions été élevés dans une Allemagne ravagée et poussés par les mouvements populaires ?

Comme le dit si bien Goldman dans l’une de ses chansons, on ne pourra jamais savoir ce qu’on a vraiment dans le ventre, tant qu’on ne sera pas directement confrontés aux épouvantables drames de l’Histoire. Qui sera le héros ? Qui sera le bourreau ? Qui aura la force de se relever ? Qui se cachera pour ne pas avoir à assumer ? L’œuvre de Jodi Picoult est bouleversante en tout ça. Elle nous montre comment prendre du recul, comment ne pas avoir le jugement trop facile. Elle nous dépeint l’horreur de la guerre et les tourments d’une jeune femme brisée par un accident. Le tout s’entremêle à la perfection dans une intrigue très prenante, malgré le côté terrible de cette lecture, car il ne s’agit malheureusement pas uniquement de fiction…

Publicités

Une réflexion sur “Pardonne-lui, de Jodi Picoult

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s