La petite fille de la rue Maple — Elaine Hussey

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

Titre français : La petite fille de la rue Maple
Titre original : The Sweetest Hallelujah
Auteur : Elaine HUSSEY / Peggy WEBB
● Date de Parution : 1er Novembre 2013
Éditeur :  Harlequin – Mosaïc
Nombre de Pages : 348
Prix : 19,90 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Shakerag, quartier noir de Tupelo, Mississippi. Été 1955
C’est sur un air de blues joué à l’harmonica que Billie, dix ans, apprend que sa mère va mourir. Face à l’inacceptable, elle décide alors de braver son entourage et de retrouver son père, un musicien de blues autrefois renommé, mais qui vient de passer plusieurs années en prison, un homme dont ni sa mère ni sa grand-mère ne lui parlent jamais. Pour Billie, c’est la seule façon de défier le sort, et de trouver un nouveau point d’ancrage dans un monde qu’elle voit encore comme une enfant, mais que l’adolescente qui pointe en elle pressent plein de mystères et de dangers. Sans savoir qu’en se lançant dans cette quête elle va faire voler en éclats des secrets enfouis depuis bien longtemps, et faire éclater une vérité bouleversante sur ses origines.

⌧ CHRONIQUE ⌧

L’été 1955, Billie a dix ans et vit dans un quartier défavorisé. La ségrégation fait rage et le gouvernement peine encore à intervenir. Les lynchages sont malheureusement encore assez fréquents et c’est donc dans ce climat austère et tendu que grandit la petite fille noire.

Billie est une enfant éveillée et malicieuse, curieuse et culottée. Elle n’a pas la langue dans sa poche, même si elle ne manque jamais d’amour envers sa mère Betty Jewel et sa grand-mère Queen. Elle écoute régulièrement aux portes, mais cette fâcheuse habitude lui joue un drôle de tour : elle apprend que sa mère est atteinte d’un cancer et n’en a plus pour très longtemps. Betty Jewel est d’autant plus apeurée qu’elle ne voit personne pour prendre soin de Billie après son départ. Le père de la fillette est en prison, Queen trop âgée, ses amies trop fragiles ou avec une charge familiale déjà trop lourde pour pouvoir nourrir une bouche supplémentaire. Sur le coup du désespoir, Betty Jewel fait paraître une petite annonce dans le journal local et une journaliste s’intéressera alors à elle.

Cassie a quarantaine d’années. Elle a fait plusieurs fausses couches par le passé et son mari est maintenant décédé. Elle est seule, même si son beau-père et sa belle-sœur & meilleure amie la soutiennent du mieux qu’ils peuvent. Connue pour ses articles controversés, elle jouit pourtant d’une bonne position dans la société, mais tout est sur le point de basculer : en essayant de venir en aide à Betty Jewel, Cassie s’attirera les foudres des deux camps : celui des Blancs comme celui des Noirs.

Elaine Hussey a parfaitement su rendre le climat du sud des Etats-Unis, aux accents de blues et à la chaleur écrasante. Elle nous emmène à la découverte du passé de deux femmes brisées, qui continuent encore et toujours à se battre et qui n’hésitent pas à aller à l’encontre de ce que leur conseille leur entourage. Ainsi entourée de femmes fortes (car Ma’am Queen n’a rien à leur envier), il n’est guère étonnant de voir Billie aussi décidée et débrouillarde. Elle n’a jamais connu son père dont l’existence demeure tabou dans la famille, mais décide de partir à sa recherche, convaincue que lui seul peut encore sauver sa maman condamnée. Elle déterrera par là-même une vérité qui remettra en cause bien des souvenirs, amitiés et autres relations.

Ce roman est une pure merveille. Malgré un petit côté parfois un peu « trop beau pour être vrai », Elaine Hussey parvient à nous faire ressentir les tensions racistes de l’époque des deux côtés de la barrière. J’ai tourné les pages en me demandant quand les choses allaient déraper et j’étais souvent emplie d’appréhension pour ses personnages si attachants. Car l’autre grande force de cette auteure se trouve dans sa narration. Elaine Hussey retranscrit à la perfection les pensées et les réactions d’une fillette de dix ans, ainsi que celles d’une femme d’âge mûr ayant du mal à faire son deuil. Elle nous livre un formidable message d’espoir et de rédemption, nous parle de la vie et du pardon, de (in)tolérance et de préjugés, tout en allégeant le sérieux des thèmes abordés par quelques touches d’humour, à travers les frasques de Billie.

Je me suis retrouvée immergée dans le Mississippi des années 50. J’en ai dégusté la vie, tantôt langoureuse, tantôt agitée, à l’image de son histoire avant et après la Guerre de Sécession. Ce roman prend place à une période charnière où les consciences commencent à s’éveiller, mais où il y a encore tant à faire pour faire évoluer les mentalités. Un livre que je ne peux que recommander aux adeptes de drames familiaux sur fond de réalité historique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s