L’Ange sur le Toit, de Russell Banks

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

Titre français : L’Ange sur le Toit
Titre original : The Angel on the Roof
Auteur : Russell BANKS
Date de Parution : 20 Décembre 2013
Éditeur :  J’ai Lu
Nombre de Pages : 157
Prix : 4,50 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Au bord d’une route qui traverse le continent, à la croisée des chemins, hommes et femmes peuvent vivre un instant différent qui changera leur vision du monde.
Les personnages des nouvelles de Russell Banks reviennent sur ces moments particuliers où une petite entaille dans le quotidien pétrifié agit comme un détonateur. La jeune barmaid, l’homme d’âge mûr, l’homme divorcé, le couple marié, tous connaîtront un moment de grâce. Et si, au milieu de l’immensité de la complexité humaine, les êtres ne voulaient qu’essayer de se retrouver ?

⌧ CHRONIQUE ⌧

Ce recueil regroupe 9 nouvelles de l’auteur Russell Banks, chacune d’entre elles traitant à sa façon un thème commun : l’instant unique où l’individu prend conscience d’un détail autour duquel tourne sa vie, un instant si bouleversant que certains feront un choix aux conséquences irréparables…

En dehors de Djinn, elles semblent toutes se passer dans le même coin des États-Unis, avec des gens plutôt « low middle-class ». Des gens qui ont du mal à joindre les deux bouts, mais qui ne sont pas non plus dans les pires situations qui soient.

Djinn en est d’ailleurs la nouvelle la plus marquante, avec la toute dernière  Soirée du Homard. Ce sont des nouvelles choc : un homme, une femme, en prise avec leur quotidien, et qui soudain, ne peuvent plus encaisser les agissements de personnes de leur entourage. Ce sont de loin les deux révélations les plus marquantes et porteuses de ce recueil, celles qui changeront beaucoup de choses dans l’avenir des deux personnages.

D’autres nouvelles parlent plutôt de la rupture d’un lien affectif, un lien qui s’était amenuisé au fil des ans sans qu’aucun des deux partis ne s’en soient réellement rendu compte. Comme Rose et son père dans Moments privilégiés, ou Katie et Larry dans Juste une vache. Tandis que La Visite relate une relation brisée depuis longtemps ; le narrateur éprouve toutefois encore et toujours le besoin d’y repenser, incapable de se dépêtrer de son passé.

Assistée, Le Maure et Noël évoquent le temps qui passe. Le sablier s’est figé quelques instants pour les héros de ces nouvelles, qui réalisent combien celui-ci s’est vidé… trop vite … Certains opteront pour la résignation, d’autres tenteront dans un dernier effort de faire quelque chose de leur vie… et échoueront encore plus lamentablement comme Vann dans Les Plaines d’Abraham.

Ce recueil bénéficie d’une ambiance unique, mi-révélatrice mi-mélancolique. Il évoque des moments-clés de la vie quand bien même certains pourraient paraître anodins au premier coup d’œil. Certaines nouvelles laissent un goût d’inachevé, d’irrémédiable, de tristesse ineffable,… Et pourtant, en y réfléchissant un peu, on y trouve une petite étincelle, un non-dit puissant et enrichissant, une vraie leçon de vie.

Un livre troublant dès l’introduction, où l’auteur nous parle de sa propre enfance et de la relation qu’il entretenait avec sa mère. Des questions qu’une telle relation éveille en lui à l’âge adulte. Car c’est surtout de cela dont il est ici question : d’adultes confrontés aux choix qu’ils ont faits étant plus jeunes, aux traces qu’ils ont gardé en eux de leurs parents, de leur éducation. L’heure est au bilan et il est parfois bien amer…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s