Unbroken — Melody Grace

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

Saga : Beachwood Bay • Tome 1
● Titre : Unbroken  
Auteur : Melody GRACE
Date de Parution : 09 Janvier 2014
Éditeur : Prisma
Nombre de Pages : 286 pages
Prix : 16,95 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Juliet est tombée folle amoureuse d’Emerson l’été de ses 18 ans dans la maison appartenant à ses parents en bord de mer. Après une relation passionnelle, le beau ténébreux la laisse tomber subitement. Quatre ans plus tard, Juliet a poursuivi ses études, surmonté tant bien que mal cet abandon et construit une relation équilibrée avec un garçon très bien, gentil et attentionné. Ses relations avec sa famille ne sont pas au beau fixe depuis qu’elle a perdu sa mère, autre cicatrice encore ouverte, mais elle refuse d’y penser et s’est forgé une carapace protectrice en se murant dans l’oubli et en avalant cachet sur cachet.
Quand son père veut vendre la maison de la plage, Juliet y retourne trier ses affaires et, comme elle le craignait, croise Emerson qui habite toujours là. Un simple regard et toute la passion resurgit subitement. Sincère ou manipulateur, Emerson va tout faire pour récupérer la jeune fille, aux prises avec un dilemme déchirant : choisir entre les deux garçons…

⌧ CHRONIQUE ⌧

Ma première rencontre avec le New Adult avait été très décevante. « Face Cachée » représentait à mes yeux tout ce qui me donne envie de fuir les romans un tant soit peu érotiques : au niveau du scénario, c’était encore plus stérile qu’en plein désert et j’attends bien plus d’une lecture qu’une simple succession de scènes coquines. Heureusement, « Unbroken » m’a redonné confiance en le genre.

Tout n’est pas parfait. Au point de vue de la mise en page, par exemple. Les dialogues m’ont un peu gênée car des parties narratives y sont incluses en plusieurs phrases, si bien que par moment, on ne sait plus trop si c’est le personnage qui parle ou la narration qui a repris. Et vice-versa. Alors, bien sûr, on finit par s’y retrouver, mais de simples ajouts de guillemets auraient grandement amélioré le confort de lecture.

Au niveau de l’intrigue, la période des examens approche pour Juliet. Fiancée à Daniel et promise à une belle carrière, elle est épaulée par sa meilleure amie Lacey, à défaut de sa famille. En effet, sa mère est morte il y a quatre ans, son père joue aux écrivains maudits et néglige tout le reste, sa sœur est superficielle à souhait. Bref, Juliet se sent seule et avait comblé ce vide affectif avec Emerson juste avant le décès de sa mère. Le jeune homme en pleine révolte l’a cependant plaquée de la pire façon qui soit, juste après l’enterrement. Melody Grace a d’ailleurs bien su narguer le lecteur et le pousser à tourner les pages pour en découvrir les circonstances. Je regrette cependant de ne pas avoir vu le couple Juliet/Emerson avant leur rupture ; j’aurais aimé voir les bonnes choses qu’ils ont pu partager avant la débâcle, leur complicité, l’intensité de leurs liens au quotidien, dans le détail.

Juliet a eu besoin de beaucoup de temps pour se remettre de cette double perte et affronte ses crises de panique à coup d’anxiolytiques. Mais en manque d’argent, sa famille décide de vendre la maison de la plage qui a vu le double drame de sa vie. Juliet insiste alors pour se rendre sur place et récupérer les effets personnels de sa mère, dont les autres membres de la famille n’ont apparemment rien à faire.

Dès son arrivée à Cedar Cove et déjà pleine d’appréhension, Juliet rencontre Emerson et ses vieux démons refont surface. Le jeune homme semble encore plus brisé que dans son souvenir… et plus néfaste aussi. Elle ne sait plus trop quoi penser et elle hésite entre la peur de gâcher son avenir avec Daniel et celle d’abandonner une personne qui lui a tant tenu à cœur. La donne se complique encore quand elle réalise que la sœur d’Emerson la tient pour responsable de leur rupture il y a quatre ans, et que Daniel s’est mis en tête de la réconcilier avec sa famille.

Quelques scènes « hot » viennent parsemer ce récit, mais de façon équilibrée (même si j’ai trouvé la demoiselle particulièrement… démonstrative dans les cris qu’elle laisse échapper). Elles viennent appuyer la romance au lieu de la justifier. Juliet manque encore un peu de maturité et ne voit la vie qu’en noir et blanc. Ses sentiments et leur évolution sont bien dépeints et la rendent très attachante ; elle apprendra à nuancer ses jugements : la vie avec Daniel n’est peut-être pas aussi idyllique qu’elle s’en était jusque là convaincue, et Emerson peut-être pas aussi malveillant qu’il y paraît.

Bien que la fin puisse sembler un peu cliché, je pense lire la suite quand elle paraîtra. Une lecture légère, où une jeune fille reconsidère un amour d’été après des années de recul et de vécu. S’agit-il de l’histoire d’une seconde chance ou d’une éternelle malédiction ? À vous de le découvrir !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s