Mothership — Martin Leicht & Isla Neal

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

Saga : Ever-Expanding Universe
Titre : Mothership • Tome 1
Auteurs : Martin LEICHT & Isla NEAL
Date de Parution : 05 Septembre 2013
Éditeur : Fleuve Éditions – Territoires
Nombre de Pages : 364
Prix : 17,50 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Elvie, 16 ans, n’avait pas prévu de tomber enceinte de Cole, le beau gosse du lycée. Elle mène des études brillantes pour devenir ingénieur et n’a pas l’intention de s’embarrasser d’un bébé ! Son père, toujours prêt à gérer les crises, l’envoie sur une ancienne station spatiale transformée en maternité pour mineures ! Première surprise : sa pire ennemie est là, enceinte elle aussi. Deuxième surprise : la maternité est attaquée par un commando mené par… Cole qui lui annonce que les profs sont des aliens !
Elvie est bien décidée à sauver sa peau et à retourner sur Terre vite fait. Et il semblerait que Cole ne soit pas si crétin que ça finalement…

⌧ CHRONIQUE ⌧

mothership 1bJ’ai entendu parler de ce titre quelques temps avant sa parution en France. À l’époque, l’éditeur le présentait encore sous la couverture provisoire ci-contre. Le côté « ado » très marqué de cette dernière tendait à me persuader que ce roman se révélerait trop « jeunesse » pour moi et j’ai un temps passé mon chemin. Puis est apparue la couverture définitive, délicieusement colorée et pétillante… et surtout, complètement déjantée ! J’ai alors relu le synopsis et me suis aperçue qu’en effet, on pouvait lui trouver un côté déluré à lui aussi. Ma curiosité s’en est trouvée sacrément piquée ! Si je suis d’accord qu’on ne peut pas rire de tout, je ne suis pas pour autant la dernière à lâcher blagues et jeux de mots plus ou moins intelligents. Quelques chroniques de copinautes ont achevé de me mettre la puce à l’oreille et j’ai eu envie de vérifier par moi-même si Elvie était aussi barrée que sa photo en couverture… et la réponse est « oui » !!

Je lui laisse un instant la parole pour vous laisser en juger par vous-même :

Tout ce bazar (flasher et fondre) n’avait rien de si terrible, mais le problème, c’est que la seule et unique fois où c’est devenu vraiment chaud, je suis – hello, les cours de bio ? – tombée enceinte. Et puis Cole s’est défilé : le boulanger s’est tiré en me laissant avec une brioche dans le four. Et ça, c’est un peu pourri.

La deuxième emmerde, c’est quand on m’a enrôlée de force dans la Hanover School pour les Futures jeunes mamans. Je fais partie de la première promotion, alors ils n’ont pas encore de devise, mais s’ils décident d’en adopter une, je vote pour : « Catapultage dans le cosmos de jeunes filles tourmentées depuis 2074 ». Bon, c’est vrai, techniquement, on est en orbite basse, mais ça ne sonne pas aussi bien. Ça fait trois mois que je suis là désormais, et même si mon bébé doit sortir dans pas très longtemps (la semaine avant Noël… sympa le cadeau), je vais passer le reste de mon année scolaire ici, avec les autres.

Dès le début, le ton est donné ! Elvie a un sacré caractère : elle rêve d’aller en fac d’ingénierie pour intégrer par la suite le programme Arès, qui prévoit de terraformer Mars d’ici une bonne décennie. Elle tient ce projet de sa mère morte peu après sa naissance, une jeune femme dynamique et impatiente de découvrir le monde. Son père est toujours en vie et tient beaucoup à Elvie… un peu trop, même, quand il en vient à ouvrir ses « dossiers ». Son meilleur ami, Ducky, fait quasiment partie de la famille et ils passent énormément de temps ensemble. Mais Elvie n’a pas que des amis ; Britta, une pom-pom girl du lycée, lui fait la guerre depuis toujours. Quand elles atterrissent toutes les deux à la Hanover School, enceintes jusqu’aux yeux, la corvée vire carrément un cauchemar. Britta multiplie les vacheries avec son acolyte et Elvie encaisse sans trop broncher.

À cause de l’une d’elles, Elvie chute pendant le cours de gym et est dispensée des suivants. Elle file s’empiffrer du côté des distributeurs de nourriture (notez la crème glacée chocolat-fromage aux éclats de bretzels) mais une explosion vient ébranler la station. La Hanover School est attaquée par un mystérieux commando ! Elvie se hâte de rejoindre ses camarades… mais quand c’est chose faite, elle surprend leurs professeurs en train d’essayer de les noyer ! À partir de là, comment distinguer les alliés des ennemis ? S’ensuit une cavalcade effrénée avec les survivants, à travers tout le vaisseau, pour trouver un moyen de rejoindre la Terre. Un vaisseau à la dérive et condamné à très court terme. La mission devient encore plus délicate lorsque l’un des membres du commando se révèle être Cole… qui leur apprend qu’un peuple extraterrestre divisé en deux ethnies évolue parmi les humains depuis un moment déjà, et qu’il pourrait bien être à l’origine de la création de cette école.

La trame est assez classique et la fin facilement prévisible. Les traits de personnalité sont volontairement exacerbés, rendant certains personnages carrément caricaturaux. C’est un roman qu’il faut donc savoir prendre au second degré, une histoire de pur divertissement. Si vous gardez cela à l’esprit, l’aventure est franchement hilarante ! Elvie semble être l’une des rares adolescentes enceintes dotée d’un cerveau fonctionnel et son cynisme vient casser à souhait les caquètements de ses camarades de classe. On en apprend progressivement davantage sur ce peuple extraterrestre et sur les raisons de la présence de Cole à la Hanover School. C’est tout de suite moins tordant, et pourtant, Martin Leicht et Isla Neal parviennent à maintenir une ambiance légère et font des roulements d’yeux un sport particulièrement agréable !

Si vous cherchez une histoire décalée avec un humour (et un langage) débridé, ruez vous sur ce premier tome ! L’ambiance vaut clairement le détour et malgré le côté prévisible de l’intrigue, tout cela m’a donné très envie de découvrir la suite quand elle paraîtra en France.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s