Après la vague — Orianne Charpentier

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

Titre : Après la vague
Auteur : Orianne CHARPENTIER
Date de Parution : 02 Janvier 2014
Éditeur : Gallimard – Scripto
Nombre de Pages : 162
Prix : 8,90 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Il fait beau, ce jour-là, à la terrasse de l’hôtel. La famille est attablée. On discute d’un temple à visiter. Mais avec cette mer turquoise… Maxime n’a aucune envie de bouger. Il va rester ici, tranquille, à profiter de la plage avec Jade, sa sœur jumelle. Quelques minutes plus tard, une vague apparaît. Une vague qui n’en finit pas de grossir. Une vague qui engloutit tout. Dans leur course folle, Jade lâche la main de son frère.
Pour Max, il n’y a plus de mots. Plus de larmes. Plus de présent. Plus d’avenir. Pourra-t-il survivre à ce drame?

Le cheminement vers la reconstruction d’un adolescent frappé par le tsunami dévastateur de 2004. Un récit d’une sensibilité exemplaire où l’émotion prend à la gorge.

5+++⌧ CHRONIQUE ⌧

Vu le format assez court, je ne m’attendais pas à être aussi émue par ce roman. Et pourtant, dès le prologue, le ton est donné. Quelques réflexions générales sur la vie, des phrases-choc, je suis déjà conquise.

Max est en vacances en Thaïlande avec ses parents, son frère aîné et sa sœur jumelle, Jade. Il adore cette dernière, mais il est à cet âge ingrat de l’adolescence où on croit tout savoir et en l’occurrence, il trouve que Jade ne sait pas se mettre en valeur et s’applique à le lui faire savoir dès le petit-déjeuner. Malgré cela, la jeune fille décide de rester à l’hôtel avec lui pendant que leurs parents et leur frère partent visiter un temple à l’intérieur des terres. Quelques signes avant-coureurs pointent à l’horizon, sur la plage, mais qui aurait pu imaginer ? Le tsunami arrive vite, beaucoup trop vite… Max entraîne sa sœur vers les hauteurs de leur hôtel ; ils sont tous les deux engloutis, mais un seul remontera à la surface.

De retour en France, la famille tente tant bien que mal de se remettre du deuil et du traumatisme. Ils vont tous de l’avant, en s’investissant notamment dans des œuvres humanitaires… sauf Max, qui culpabilise et qui ressent cette absence comme nul autre. Avec des mots simples, Orianne Charpentier nous plonge dans les abîmes les plus sombres. On assiste, aussi impuissants que ses proches, à la descente aux enfers de Max. Max qui lutte, mais Max qui continue à se faire rattraper par des flots tumultueux. Il y a la colère, l’abandon, le désespoir, l’envie que tout s’arrête enfin…

Les réactions de Max m’ont paru d’un naturel désarmant. Sans verser dans le voyeurisme, Orianne Charpentier le fait cheminer et dépeint sans concession une personne pour qui on ne peut rien faire, car on ne peut aider quelqu’un qui ne veut pas être sauvé. Mais petit à petit, au gré de quelques rencontres (un sans-abri, une sœur en voyage, un danseur,…), Max trouve son chemin vers la rédemption et l’acceptation.

Le prologue et le passage où le sans-abri explique à Max ce qu’il fait pour les gens et ce que les gens font pour lui sont vraiment très marquants. J’ai adoré la plume de l’auteur qui nous livre des vérités d’une telle profondeur avec un style pourtant si sobre. Et même si j’aurais aimé que le livre soit plus long pour mieux savourer cette incroyable reconstruction de l’être humain, je ne peux que le classer en coup de cœur tant il est juste et touchant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s