Love Letters to the Dead — Ava Dellaira

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

Titre : Love Letters to the Dead
Auteur : Ava DELLAIRA
Date de Parution : 15 Mai 2014
Éditeur : Michel Lafon
Nombre de Pages : 316
Prix : 16,95 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Une simple rédaction demandée par un prof : écrire à un disparu. Laurel a choisi Kurt Cobain, parce que sa grande sœur May l’adorait. Et qu’il est mort jeune, comme May. Si elle ne rend jamais son devoir, très vite, le carnet de Laurel se remplit de lettres à Amy Winehouse, Heath Ledger… À ces confidents inattendus, elle raconte sa première année de lycée, sa famille décomposée, ses nouveaux amis, son premier amour. Mais avant d’écrire à la seule disparue qui lui tient vraiment à cœur, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente, et faire face à ce qui s’est vraiment passé la nuit où May est décédée.

⌧ CHRONIQUE ⌧

Laurel était très proche de May, sa sœur aînée. Elles s’inventaient des origines féeriques et tentaient tant bien que mal de souder leurs parents dont le mariage battait de l’aile. Mais il y a six mois, May est morte. La thèse de l’accident a été retenue, mais se pourrait-il que quelque chose d’encore plus lourd se cache derrière un drame déjà conséquent ?

Aujourd’hui, la famille de Laurel est complètement éclatée. Sa mère est partie en Californie pour tenter de reprendre pied, abandonnant sa fille aux bons soins d’un père devenu amorphe et d’une tante un peu trop attachée à sa religion. Laurel fait la navette entre les deux, comme elle le faisait entre son père et sa mère après leur divorce quelques années plus tôt. Ce mouvement de va-et-vient lui apporte un repère dans une vie sur laquelle elle a l’impression de ne plus avoir le moindre contrôle. L’autre avantage à vivre chez sa tante par intermittence (malgré le couvre-feu très strict et les séances shopping ringardes), c’est que Laurel peut fréquenter un autre lycée. Un lycée où personne ne connaissait May, un lycée où elle n’est pas « la fille dont la sœur est morte ». Ou du moins, le pensait-elle…

Mal dans sa peau, Laurel essaie de calquer son apparence sur celle de sa défunte sœur dans l’espoir de se donner un peu d’assurance et la force de se faire de nouveaux amis. May était une jeune fille fantaisiste et charismatique ; on sent que Laurel l’idolâtrait… Cette dernière va tout d’abord se lier avec deux filles, un peu marginales elles aussi : Hannah et Natalie, puis avec Sky, un garçon apprécié de tout le monde mais autour duquel plane un nuage de mystère.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les personnages secondaires contribuent fortement à l’impact de ce roman sur le lecteur. Si tante Amy symbolise une femme tellement écrasée par la solitude qu’elle est prête à accepter n’importe quoi, Hannah et Natalie nous proposent une leçon de tolérance. Terrorisée à l’idée de faire son coming-out, Hannah tente de dissimuler son homosexualité en multipliant les conquêtes, au grand dam de Natalie qui partage pourtant ses sentiments. Au fur et à mesure que l’on en apprend davantage sur le passé d’Hannah, on se dit qu’elle n’est pas franchement mieux lotie que Laurel. Il y a aussi ce couple à la force tranquille qui fume à l’arrière du lycée, Tristan et Kristen. Tous les deux en dernière année, ils se retrouvent face à un choix douloureux : leurs orientations scolaires respectives pourront-elles s’accorder ou vont-elles sonner le glas de leur relation amoureuse ?

Et pendant ce temps, Laurel perd pied, doucement mais sûrement. À trop vouloir ressembler à May, elle en oublie sa propre identité et adopte de plus en plus de comportements à risques. La vérité sur l’accident la ronge et elle n’ose se confier à personne, à part dans des lettres adressées à des défunts. Il s’agissait à la base d’un devoir donné par l’un de ses professeurs à la rentrée. Le temps passe et Laurel continue de rédiger de nouvelles lettres, sans pour autant jamais rendre son devoir. Elle écrit à des personnalités qui lui sont chères, et qui l’étaient également bien souvent dans le cœur de May. Son quotidien, relaté à travers ces fameuses lettres, va faire monter Laurel en pression. Et quand la vérité éclate enfin, j’avoue avoir été moi aussi complètement pétrifiée. Je vous laisse cependant le soin de découvrir si celle-ci engloutira l’adolescente torturée, ou si elle l’allégera d’un terrible fardeau.

« Love Letters to the Dead » nous offre une histoire très touchante, qui montre les dérives d’une jeune fille pas aussi encadrée qu’elle en aurait besoin pour se remettre du deuil qu’elle porte en elle sans mot dire. Ce roman nous montre également ce qu’est l’amitié, la vraie, et les limites à ne pas franchir… y compris en amour.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s