Inséparables, T1 — Ai Minase

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧
ハチミツにはつこい

Titre : Inséparables – Tome 1
● Rōmaji : Hachimitsu ni Hatsukoi
Auteur : Ai MINASE
Date de Parution : 04 Juin 2014
Éditeur : Panini Manga
Nombre de Pages : 192
Prix : 6,99 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Amour… Amitié… Où commence l’un, où finit l’autre ? Voisins et amis d’enfance, Koharu et Natsuki sont à tel point inséparables que tous leurs amis aimeraient les voir en couple. Nos héros n’ont aucune intention de les satisfaire mais leur entrée au lycée va bouleverser leurs sentiments et mettre leurs convictions à rude épreuve !

⌧ CHRONIQUE ⌧

Ai Minase est déjà connue pour son manga « Namida Usagi », mais pour moi, c’est une première ! Je ne la connaissais pas avant d’ouvrir Inséparables. Le premier mot qui me vient à l’esprit en le refermant est « classique ». Il y a comme un air de déjà-vu, tant dans l’histoire que dans le crayonné de la mangaka. Les dessins sont soignés et agréables à parcourir, mais le character design est similaire à bien d’autres. J’ai trouvé que celui-ci avait aussi tendance à rajeunir les personnages.

Deux raccourcis dans l’histoire m’ont paru un peu trop gros pour être entièrement crédibles. J’ai ainsi eu du mal à croire que le rideau qui se décroche soit si potentiellement dangereux, surtout quand on voit l’épaisseur de la planche de bois à la fin de l’épisode. Il n’y avait pas non plus de quoi attenter à la vie de qui que ce soit avec si peu de hauteur… Je reste également sceptique sur le fait qu’on ait pu construire deux maisons voisines avec des balcons positionnés en vis-à-vis direct. Bonjour les cambriolages ! Certes, il n’y a là rien d’impossible mais ça m’a tout de même paru trop facile.

Les personnages paraissent pour le moment assez stéréotypés. Koharu est d’une taille très petite, énergique et un brin garçon manqué avec Natsuki, qui – quant à lui – joue au faux pervers pour se donner des airs de play-boy. Viennent alors une jolie fille essayant de cacher sa vulnérabilité derrière un comportement aux accents mystérieux, un brun à lunettes, froid et cassant (cher double triangle amoureux, je t’aperçois déjà !), et pour finir une copine rondelette qui décide de vivre un amour par procuration en poussant Koharu dans les bras de son ami d’enfance. Les deux héros sont attachants, amusants et… terriblement naïfs (voire niais) concernant l’évolution de leur relation, mais pourquoi pas ?

Malgré ces quelques bémols, la découverte est restée agréable, à défaut d’être transcendante. « Inséparables » semble constituer une lecture idéale pour l’été, puisque fraîche et légère, mais il vaut mieux ne pas s’y plonger avec de hautes attentes niveau originalité ou complexité de la trame. À voir ce que l’avenir réservera à ces deux tourtereaux qui s’ignorent !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s