Les Enfants de Calliope — Cyane

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

Titre : Les Enfants de Calliope
Auteur : CYANE
Date de Parution : 17 Mai 2014
Éditeur : Nats Éditions
Nombre de Pages : 304
Prix : 12,99 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

« On m’a dit qu’à dix-sept ans, on avait la vie devant soi… alors pourquoi ai-je l’impression de passer à côté de la mienne ? J’ai beau essayer, je n’arrive pas à trouver mon chemin. Je ne me sens pas jeune, mais en avance ; je ne me sens pas libre, mais étrangère ; je ne sens pas que tout m’appartient, car rien ici ne me fait envie. Je sais bien qu’au fond je ne suis pas encore mûre, que mes souhaits sont égoïstes, et que j’avance sans me soucier de l’avenir… Mais n’est-ce pas ainsi que ce monde fonctionne ? »

Dans cette vie, chacun cherche son chemin sans jamais se poser les bonnes questions. Et si les réponses étaient plus loin ? Le voyage extraordinaire que Juliette s´apprête à faire changera à jamais notre vision du monde actuel.

⌧ CHRONIQUE ⌧

Le synopsis nous présente l’héroïne, mais ne plante pas vraiment le décor. Du coup, dans les premières pages, je me suis un peu inquiétée : Juliette vit en 1985 mais nous parle d’une chanson de Coldplay de 2008. Une explication est donnée un peu plus tard, mais une quatrième plus explicite aurait pu éviter ce petit « désagrément », heureusement vite oublié.

Juliette Lenoster est une adolescente comme les autres. Sa vie se partage entre une famille sans histoires, sa meilleure amie, un béguin amoureux et quelques rivalités au lycée. Intriguée par le comportement mystérieux de son père et de son oncle plusieurs Noëls de suite, elle décide de fourrer son nez dans leurs affaires et se retrouve propulsée à Olympia, une ville située dans un très lointain futur.

L’auteur se sert alors de ce bond temporel pour nous présenter une vision très crédible de l’avenir, où l’Homme a enfin trouvé le moyen de respecter son environnement, mais où l’eugénisme fait rage tout en préservant les apparences… Le choc est rude pour Juliette, mais épaulée par Lucie (une autre fille née « naturellement ») et par Calliope (née par procréation assistée), elle finit par prendre ses marques. J’ai un peu regretté qu’elle s’adapte justement aussi vite dans le temps. Sa famille avait l’air paisible, épanouie, et elle ne s’en inquiète finalement pas plus que ça… jusqu’à ce qu’elle retrouve la trace de son oncle, le seul habilité à la ramener en 1985 mais empêtré dans un sombre complot qui ne le concernait pas à la base. Autre point : le rôle de Gabriel est tellement laissé en arrière-plan qu’on pourrait se demander si introduire une histoire d’amour était vraiment nécessaire. Une amitié aurait paru moins survolée sans toutefois empêcher l’Ange de jouer son rôle.

La plume de Cyane est agréable, mais manque encore par moment de maturité. Les dialogues ne paraissent pas toujours très naturels : des paroles qui s’enchaînent alors que des mouvements pourtant effectués par les personnages ne sont pas décrits, des maladresses comme ce début de phrase : « Tu sais, Juliette, sache que… », et des personnages qui – d’une ligne de dialogue à une autre – se transforment en véritable encyclopédie. Ce dernier point donne un aspect fortement « documentaire » au roman (structure de type fiction – pavé d’informations – reprise de la fiction). Le saut temporel de Juliette permet à Cyane de présenter son univers en détails, mais entraîne des problèmes de rythme par des transitions trop marquées. Il est également dommage qu’elle nous ait présenté le « méchant » de l’histoire alors que l’enquête n’avait même pas encore été ouverte ; une partie du suspense a ainsi été perdue.

Il n’en reste pas moins que « Les Enfants de Calliope » est une œuvre très intéressante. Le travail de recherche, de réflexion et de documentation de l’auteur est tout simplement époustouflant. Elle semble avoir pensé à tout et nous dépeint un futur possible et plausible. Ce roman nous offre également une belle leçon de vie, à savoir que même une fois que l’Homme aura trouvé moyen de conjuguer le progrès (technologique, médical, industriel, alimentaire…) avec le respect de son environnement et de l’héritage qu’il laissera aux générations suivante, il lui restera encore à combattre ses propres travers avant de pouvoir fonder une société réellement idéale, juste et égalitaire.

À noter : La fin laisse présager une suite [info non vérifiée], mais le roman peut très bien se lire comme un one-shot.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s