Ces lieux sont morts — Patrick Graham

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

Titre : Ces lieux sont morts
Auteur : Patrick GRAHAM
Date de Parution : 15 Mai 2014
Éditeur : Fleuve Éditions
Nombre de Pages : 417
Prix : 20,90 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Le docteur Eric Searl du Good Samaritan Hospital de Los Angeles ne vit que pour les « endormis ». Ceux qu’un accident ou qu’une maladie a plongés dans un coma profond et qu’il faut accompagner vers le réveil… ou la mort. Searl serait un pur héros s’il s’occupait aussi bien des « éveillés », et en particulier de sa propre famille.
C’est bien pour cela que Rebecca, sa nouvelle compagne, le maudit lorsqu’il rate leur avion à la veille de Noël et qu’elle se retrouve à conduire les trois enfants de Searl dans le chalet familial. Un lieu totalement isolé en plein cœur des Rocheuses. Malgré une tempête de neige épouvantable, Rebecca arrive tant bien que mal à bon port.
Sa seule erreur de parcours aura été de vouloir sauver un jeune auto-stoppeur du froid. Un auto-stoppeur bègue qui lui a menti sur sa destination. Lorsque Searl prend la peine d’appeler Rebecca, ce qu’il entend à l’autre bout du fil, ce sont des portes qui claquent, les hurlements des siens, et « L’Enlèvement au Sérail ». Puis cette voix, glaçante : « Àààà votre plaaace, je deviendrais complètement fffou, doc. » La voix de celui qui a agressé sa famille et enlevé sa petite fille. Pour Searl, le compte à rebours a commencé…

⌧ CHRONIQUE ⌧

Eric Searl, le héros, est un type assez froid en apparence. Il semble rester en surface de tout et ne s’impliquer en rien, en dehors de son boulot. Il travaille auprès de patients dans le coma et est reconnu comme un grand spécialiste en la matière. On apprend petit à petit ce qu’a été sa vie : son propre passage dans le coma, sa reconstruction, son premier mariage,… On voit bien le lien de cause à effet, et on le sent encore hésitant dans sa relation avec Rebecca, sa nouvelle compagne. Et ce ne sont pas les trois enfants de Searl qui aident à arrondir les angles ! Megan est en phase « adolescente blasée et désagréable ». Marty est vulgaire, irrespectueux et parfois sujet à des crises de colère/violence. Seule Kirsten, la petite dernière, semble incarner l’innocence de l’enfance avec sa poupée et ses gentilles paroles.

L’ambiance de départ n’avait déjà rien de bien réjouissant… Mais la loi des séries étant ce qu’elle est, Searl et Rebecca vont aller de Charybde en Scylla. Le médecin rate leur avion pour le Colorado à cause d’une patiente qu’il insiste pour prendre en charge, Rebecca – déjà furieuse – doit subir les moqueries incessantes des deux têtes à claques et se fait par-dessus le marché harceler par un poids-lourd au beau milieu d’une tempête de neige. On se dit que ça ne pouvait pas être pire… et bien, si ! Le jeune homme que Rebecca prend en stop pour lui épargner de marcher dans le froid se révèle être un dangereux serial-killer et la première partie du roman se boucle sur la découverte du drame, à travers les yeux de Searl arrivé en catastrophe sur les lieux après un coup de fil très inquiétant.

Dans la seconde partie, on retrouve le neuropsychiatre en fragile équilibre. Il se retrouve seul face à lui-même et à son sentiment de culpabilité, et n’a pour seul but que de retrouver la petite Kirsten, kidnappée par Liam, le psychopathe. À ses côtés, un shérif du Colorado en fin de vie et une unité du FBI qui se révèle de plus en plus suspecte. Patrick Graham nous relate également le calvaire de Kirsten : la terreur constante dans laquelle la fillette est plongée, les scènes horribles dont elle est témoin, le bourrage de crâne de Liam qui lui fait croire que son père la croit responsable de tout le reste. L’auteur envoie du lourd et on se doute bien que la lumière que l’on aperçoit enfin au bout du tunnel se révélera factice.

Dans la troisième et dernière partie, un nouveau petit saut dans le temps nous présente le combat de Searl auprès d’une patiente, la seule à pouvoir lui dire où est Kirsten et si elle est encore en vie… Le récit nous plonge un peu plus dans l’horreur au fur et à mesure qu’on en apprend davantage sur les origines de Liam. Ce thriller m’a vraiment fait froid dans le dos et il m’était assez difficile de lâcher le livre pour aller me coucher ! L’auteur parvient parfaitement à jouer sur la dualité de certains personnages, tant du côté de Liam que de celui de Searl, et évite ainsi l’écueil d’un manichéisme trop marqué. J’avais entrevu la vérité sur Liam bien avant la grande révélation, et pourtant, Patrick Graham me mettait à chaque fois le doute. C’était vraiment impressionnant de croire et de réfuter sans arrêt la même hypothèse, sans jamais savoir sur quel pied danser !

J’ai été néanmoins un peu déstabilisée par le léger côté fantastique dans la façon qu’a Searl d’appréhender et soigner le coma. Je ne m’y attendais pas du tout, mais cela n’enlève finalement rien à la qualité de l’intrigue. Il faut tout de même savoir que toutes les questions ne trouvent pas leur réponse dans ce roman et qu’une suite est fort probable, puisque Patrick Graham nous fait comprendre que Searl pourrait être lié bien plus qu’il ne le pense au fond du problème.

Amateurs de frissons et de nuits blanches, ruez-vous sur ce titre !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s