Les Disparus de Mapleton — Tom Perrotta

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

● Titre français : Les Disparus de Mapleton
Titre original : The Leftovers
Auteur : Tom PERROTTA
Date de Parution : 22 Août 2013
Éditeur : Fleuve Éditions
Nombre de Pages : 429
Prix : 20,90 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Que feriez-vous si certains de vos proches, de vos amis, de vos voisins, disparaissaient soudain en même temps, en une fraction de seconde ? Sans aucune explication ? Pourriez-vous continuer à vivre comme si de rien n’était ? C’est la question que se posent les habitants de Mapleton.
Même s’ils n’ont pas été touchés directement, Kevin, le nouveau maire, sa femme Laurie et leurs deux enfants, Tom et Jill, se débattent pour retrouver un sens à leur vie. Laurie part rejoindre une secte de « pénitents », Tom un groupe d’illuminés hippies, et Jill, autrefois lycéenne modèle, se livre à tous les excès.
Peut-on faire son deuil quand l’autre disparaît sans raison ?
Une chronique décapante et émouvante, un portrait sans concession mais humaniste de gens ordinaires dépassés par un extraordinaire bouleversement.

4⌧ CHRONIQUE ⌧

Chronique incisive des habitants d’une petite ville américaine face à un drame mondial inexpliqué

Avant d’entamer cette lecture, il faut savoir que Tom Perrotta n’aborde pas le pourquoi du comment de toutes ces disparitions simultanées. Je préfère le préciser dès le départ, car c’est un reproche que je vois souvent, tant du côté du livre que de son adaptation télévisée. Ce roman n’en est pas moins très prenant, car l’auteur dépeint à merveille combien il est difficile de faire le deuil quand il manque des réponses à nos questions et combien les réactions peuvent varier chez l’être humain face à un même événement. Tom Perrotta s’attaque ici aux survivants, à ceux qui restent (comme le montre si bien le titre original : the Leftovers), et non aux Disparus de Mapleton proprement dit.

L’action se noue principalement autour de la famille Garvey. Kevin, père et ancien chef d’une entreprise florissante, a été récemment élu maire de Mapleton. Il lutte comme il peut pour protéger les habitants de la ville qu’il représente, tout en tentant de sauver sa famille… Sa femme Laurie, incapable d’aller de l’avant, a rejoint une secte dont les membres font vœu de silence, s’habillent de blanc, fument le plus souvent possible et harcèlent les autres en les suivant dans la rue ou en les dévisageant. Les Coupables Survivants s’évertuent à empêcher les autres de tourner la page pour mieux se reconstruire. Son fils, Tom, s’est rapproché d’un pseudo-messie qui a pris la grosse tête et perdu le contact avec la réalité. Le jeune garçon a quitté la fac pour le servir, mais se retrouve rapidement à traverser les États-Unis avec l’une des femmes (enceinte) de son gourou, tout en devant échapper à la police. Sa fille, Jill, brûle son adolescence par les deux bouts, faute d’encadrement et de soutien adapté.

L’auteur passe ainsi de l’un à l’autre et nous montre leur évolution à travers les différentes interactions sociales qu’ils tissent bon gré mal gré avec leur entourage. Il nous parle d’amour, de secondes chances, de famille, de rédemption, de pardon, d’espoir et d’amertume… et nous expose différentes manières d’aborder un même deuil. Tous les personnages de ce roman pataugent dans la souffrance et l’incompréhension ; certains s’y noieront, d’autres parviendront à rejoindre laborieusement la rive.

Alors forcément, comme tout ouvrage basé sur la psychologie des personnages, il n’y a pas beaucoup d’action ni de rebondissements. L’ambiance se veut pesante et indolente pour mieux nous montrer le marasme dans lequel est plongé le monde entier. L’intrigue est parsemée d’impuissance, de remords et de regrets, de tensions, d’envies contradictoires, de différences entre ce qu’on voudrait et ce qu’on a, ce qu’on voudrait faire et ce qu’on peut vraiment… Différentes croyances tentent de s’approprier le drame pour (re)peupler leurs bancs, mais ont une fois de plus davantage tendance à diviser les gens qu’à les unir. Quand la science ne trouve pas d’explications logiques à un phénomène d’une telle ampleur, les passions s’enflamment et les fanatiques sont plus dangereux que jamais…

À noter qu’aux États-Unis, le 26 juin dernier, HBO a lancé l’adaptation de ce roman en série TV. Officiellement renouvelée pour une seconde saison, elle est fidèle à l’esprit du livre malgré les différences inévitables entre les deux médias. L’ambiance de la série est encore plus marquée et particulière, frôlant le bizarre et le dérangeant. Certains épisodes sont assez perturbants mais je ne peux que féliciter toutes les personnes à l’origine de ce projet, que je trouve jusqu’ici très réussi. Pour les plus curieux, voici la bande-annonce de la première saison !

⌧ BANDE-ANNONCE ⌧

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s