Pandora Project — Yuna Minhaï Dekebat

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

● Titre : Pandora Project
Auteur : Yuna Minhaï DEKEBAT
Date de Parution : 15 Juillet 2014
Éditeur : Blind Symphonia Éditions
Nombre de Pages : 640
Prix numérique : 4,99 €
Prix papier : 29,90 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Newport, New Hampshire, dans un futur proche. L’Enfer a désormais un nom. Autrefois si radieuse, la ville de Newport n’est maintenant plus que l’ombre d’elle-même ; une ombre grandissante, oppressante, dévorant tout sur son passage. Dans ce monde où corruption et tyrannie ont depuis longtemps pris le pas sur la démocratie, Ensaï tente de reconstruire sa vie malgré l’amnésie qui le ronge. Bientôt, de douloureuses marques apparaissent sur son corps, et d’étranges murmures le poussent peu à peu au bord de la folie. Des secrets trop longtemps enfouis semblent se battre pour refaire surface… Comment échapper à cette inexorable chute vers l’enfer qui lui tend les bras ?

Désert d’Ekkar, Nevada. Des dunes majestueuses, un sable doré et ardent à perte de vue, dissimulant des mystères oubliés du monde… Depuis des siècles, le Clan d’Ekkar est le théâtre de combats muets qui s’immiscent dans la vie des quelques nomades qui foulent ces terres sacrées. Parmi eux, Heather, en passe de devenir malgré elle guide de son peuple, doit affronter une guerre millénaire qui, par l’aveuglement d’une poignée des siens, éclatera sans doute très bientôt. Mais comment guider tout un peuple, alors qu’elle ne parvient même pas à lutter contre ses démons intérieurs ?

Deux mondes que tout oppose, deux âmes tourmentées, unies à jamais par leur Destinée. Plongez dans les légendes ancestrales d’un peuple en perdition et découvrez leur Univers, par-delà les apparences.

⌧ CHRONIQUE ⌧

L’histoire commence dans un aéroport, quelque part dans le futur. Nous y rencontrons Ensaï qui ne sait où aller… et qui ne sait d’ailleurs pas non plus ni d’où il vient, ni qui il est. Alors que la milice locale s’apprête à intervenir, Ienzo, simple habitant de Newport et parfait inconnu, va le prendre sous son aile. La ville est sous le contrôle d’un tyran qui identifie chaque citoyen comme du bétail et prend soin d’entretenir la misère la plus extrême. Ce climat d’insécurité lui permet de mieux dominer la ville, mais Ensaï ignore tout des règles régissant Newport et les événements tournent vite à la chasse à l’homme.

En parallèle, nous découvrons Heather, une jeune femme membre d’un clan nomade vivant dans le désert du Nevada. Choisie par son peuple, elle s’apprête à en prendre le commandement, mais elle doit faire face à une poignée de rebelles qui ont une toute autre conception de leur mode de vie. Car le clan d’Ekkar est maudit depuis des générations et chacun d’entre eux cohabite bon gré mal gré avec une créature fantastique. Une créature partageant ses pouvoirs avec son hôte et avec qui elle peut dialoguer. L’équilibre de cette symbiose n’est pas toujours facile à préserver et c’est de là qu’émergent toutes les divergences d’opinion.

Yuna Minhaï Dekebat alterne les points de vue et passe d’Ensaï à Heather au gré des chapitres. On ne sait pas ce qui les relie, ni même s’il existe une réelle relation entre eux. Dans la première moitié du roman, Ensaï lutte pour se souvenir tandis qu’Heather semble avoir tout sacrifié pour oublier un événement auquel elle ne parvenait pas à faire face. Malgré l’intérêt de ses prises de conscience, les déambulations d’Ensaï commençaient à devenir répétitives. Les premières grandes révélations sont donc arrivées juste à temps ! L’intrigue s’est enrichie et complexifiée et j’ai été agréablement surprise par ce roman dont je n’avais jamais entendu parler.

L’auteur se joue des genres : elle nous présente ainsi une femme forte à la volonté inébranlable et un homme en proie au doute qui préfère systématiquement s’en remettre à un tiers. Le texte est dense et parsemé de descriptions détaillées. L’aspect visuel est tant soigné que je me serais parfois crue en pleine cinématique de jeux-vidéo RPG. Il reste néanmoins quelques tics de langage, comme ces phrases constituées d’un seul mot : « Colère. Rage. Désespoir. Soupir. ». Elles s’enchaînent par moment ; on les rencontre assez régulièrement et ce sont souvent les mêmes termes qui reviennent. Je trouve qu’elles n’apportent rien (les phrases d’avant comme d’après plantaient parfaitement le décor) et qu’elles ont plutôt tendance à casser le rythme lyrique de l’ensemble.

L’origine des créatures aurait peut-être valu d’être un peu plus approfondie, mais l’univers de « Pandora Project » n’en reste pas moins très bien dépeint. Le dépaysement est total, que l’on voyage dans la grisaille de Newport ou dans l’aridité du désert d’Ekkar, et les rebondissements se font nombreux une fois la première moitié du roman dépassée. On ne voit pas défiler les 640 pages de cet ouvrage qui nous offre, en plus du spectacle, des thématiques variées comme les limites de l’amour et de l’amitié, le courage et l’acceptation de soi, la destinée et l’importance de parfois se battre contre elle pour choisir son propre chemin. L’auteur nous pousse également à réfléchir sur le seuil à ne pas franchir entre dévouement et sacrifice, ainsi que sur les notions de totalitarisme et de résistance : Newport subit quand elle aurait toutes les raisons de se rebeller tandis que du côté d’Heather, quelques égoïstes mettent en danger le clan tout entier.

Malgré ses petits défauts (mais qui peut se vanter d’avoir un jour atteint la perfection ?) et le titre obscur ne reflétant pas du tout le contenu, ce roman vaut clairement le détour ! L’auteur nous propose également une playlist mais ne pouvant lire que dans le calme, je n’ai pas pu tester cet aspect de « Pandora Project ». Je suis toujours sceptique quand on me parle d’auto-édition et du site My Major Company, mais Yuna Minhaï Dekebat m’a bluffée et a mis à mal les préjugés que je pouvais avoir en la matière. Une chose est sûre : je saurai garder un œil sur ses prochains travaux !

⌧ BANDE-ANNONCE ⌧

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s