Sunny, Tome 1

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧
サニー

Titre : Sunny, Tome 1
● Rōmaji : Sanī
Auteur : Taiyou MATSUMOTO
Date de Parution : 21 Novembre 2014
Éditeur : Kana – Big
Nombre de Pages : 217
Prix : 12,70 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Un centre d’accueil pour enfants en difficulté sociale abrite des personnalités fort différentes, mais tous portent en eux une solitude qu’ils gardent au fond de leur cœur. Leur lieu de prédilection : une vieille Nissan « Sunny ». L’endroit où tout devient possible, où l’imaginaire n’a plus de limites !

⌧ CHRONIQUE ⌧

Il s’agit de ma seconde participation au prix de la BD d’Angoulême, organisé chaque année par Priceminister, et ce fut encore une fois une expérience très positive ! Pourtant, en feuilletant l’ouvrage à la réception, ce n’était pas gagné. Les dessins relèvent de la vieille école et les visages sont d’un trait si simple qu’il en paraît presque enfantin. Je pense malheureusement que ce point (conjugué au prix assez prohibitif de l’ouvrage) aurait suffi à me décourager de tenter l’aventure par moi-même, et ça aurait été bien dommage !

Taiyou Matsumoto explore le quotidien d’un foyer mixte abritant des orphelins de tout âge et de tout horizon. Pour ce faire, il s’inspire de sa propre expérience passée et même s’il avoue lui-même avoir édulcoré certains aspects de cette vie en communauté, il dresse un portrait réaliste et percutant de ces jeunes en manque de repères, d’affection et de stabilité. Le mangaka n’aborde que rarement les raisons ayant amené ces enfants au foyer. Ils ont tous une histoire différente, mais ils partagent pourtant un point commun : la vieille voiture Sunny qui trône au milieu du jardin. Si Haruo, le petit rebelle insolent qui aime chaparder les lunettes de soleil de ses aînés, se raconte au volant de l’engin mille histoires dont il est le grand héros, d’autres y viennent pour fumer en douce ou partager des magazines pornographiques. Quant aux filles, elles s’y réfugient comme dans un confessionnal pour évoquer leurs secrets les plus intimes. On trouve également entre ces murs Tarô, un garçon présentant un handicap mental, et Junsuke qui cherche en classe à s’intégrer aux enfants des maisons – ceux qui ont une famille et une vie normale – malgré sa morve au nez, ses manières de pie voleuse et son jeune frère lui collant aux basques.

sunny

Tout ce petit monde va accueillir Sei, un petit binoclard renfermé qui en est encore à fantasmer un retour parmi les siens. Les gamins du foyer vont lui faire visiter les lieux et lui enseigner les règles régentant cette communauté pour le moins hétéroclite, mieux que n’aurait pu le faire le directeur souvent alité. Malgré les chagrins et les menus conflits entre habitants de la maisonnée, il s’en dégage une réelle symbiose. Les titres originaux des chapitres plantaient le décor dès les premières pages et nous plongent dans des tranches de vie où de petits événements (pas toujours aussi anodins qu’il n’y paraît) se succèdent pour nous montrer avec pudeur et nostalgie comment chaque orphelin gère l’abandon, le silence et la solitude. Ce premier tome est parsemé de non-dits très touchants, et derrière une rythme indolent se cachent des trésors d’humanité. Une œuvre qui mérite assurément d’être connue !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s