Toutes ces choses qui nous échappent — Wendy Wunder

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

● Titre français : Toutes ces choses qui nous échappent
Titre original : The Museum of Intangible Things
Auteur : Wendy WUNDER
Date de Parution : 18 Février 2015
Éditeur : Hachette
Nombre de Pages : 350
Prix : 15,90 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Certains ont des sœurs, des cousins. Moi, j’ai Zoe. Depuis l’année de nos sept ans, j’ai un certain talent pour veiller sur elle et la protéger de ses coups de tête excentriques. En tout cas jusqu’ici j’arrivais toujours à la canaliser.
Cette fois, c’est plus compliqué : Zoe veut partir, quitter le trou où on vit. Elle dit qu’elle a besoin de prendre la route et de nous éloigner de nos vies minables ; qu’elle refuse d’être considérée comme folle.
Je vais suivre Zoe. Parce que je dois l’aider à recouvrer son état normal. Parce qu’elle est la seule personne sur qui je puisse compter dans ce monde. Et je me dis qu’elle a raison : on doit partir pour apprendre toutes ces choses qui nous échappent et dont nous avons tant besoin : l’audace, l’insouciance et, qui sait, peut-être même le bonheur…

⌧ CHRONIQUE ⌧

Hannah et Zoe n’ont jamais connu que leur New Jersey natal. La première – la narratrice – a grandi entre un père alcoolique et une mère dépressive depuis son divorce. Hannah ne peut compter que sur elle-même. Après les cours, elle vend des hot-dogs sur un petit stand pour réunir de quoi pouvoir aller à l’université. En attendant, elle vit au bord d’un lac avec sa mère, dans une maison en piteux état. Dans cette petite ville, tout se sait et les rumeurs vont bien meilleur train que l’économie locale. Hannah n’est encore qu’une adolescente mais elle porte sur ses épaules un sacré fardeau. En plus d’assumer le rôle de la personne responsable auprès de ses parents et de faire des pieds et des mains pour tenter d’assurer malgré tout son avenir, elle sert de chaperon à Zoe, sa meilleure amie.

Zoe est tout aussi attachante. Elle est fantasque, volage, elle papillonne à droite et à gauche sans jamais se poser. Elle dégage une énergie impressionnante et possède un aussi bon fond que Hannah. Son petit frère Noah souffre du syndrome d’Asperger et elle lui organise régulièrement des ateliers chez eux pour tenter de lui faire comprendre la subtilité des émotions humaines. Mais voilà, Zoe est bipolaire et son côté électron libre ne présage pas forcément de bonnes choses. Alors Hannah prend le relais, cherche des petits trucs pour l’aider à surmonter cette vie en dents de scie. Elle la calme quand l’excitation se fait trop intense, la dynamise quand la dépression la colle au lit. Les deux jeunes filles partagent une relation unique qui m’a envoûtée de bout en bout. Elles vivent en symbiose malgré leurs différences et semblent former les deux moitiés d’un seul tout.

Cependant, un jour, la bulle éclate et les petites astuces d’Hannah ne suffisent plus à surmonter la crise. Refusant de se voir cantonnée au rôle de la folle du village, Zoe prend la route sur un coup de tête. Bon gré mal gré, Hannah décide de l’accompagner pour mieux la protéger d’elle-même. Débute alors un périple d’est en ouest, où la traversée de chaque état sera labellisée par une leçon de vie, un précepte que Zoe veut enseigner à sa meilleure amie pour à son tour lui venir en aide. Elle lui transmet un peu de ce qu’elle est pour lui faire comprendre qu’elle doit s’affirmer tout en s’accordant plus d’insouciance et d’amusement au quotidien. Quand l’une des deux sombre, l’autre émerge, et vice-versa.

Les aventures de Zoe et Hannah sont très pittoresques et font parfois sourire. Le lecteur visite les États-Unis à travers leur regard à la fois émancipé et inquiet. Jusqu’aux derniers chapitres, on ignore comment cette histoire va se conclure. Leur amitié semble inébranlable, mais l’état de Zoe est de plus en plus préoccupant. De sa plume légère, Wendy Wunder nous offre sa version du Carpe Diem et nous parle des difficultés qu’éprouvent souvent les adolescents à trouver leur place en société. Hannah vient d’un milieu défavorisé, Zoe est trop instable. Leur entourage semble vouloir décider à leur place ce à quoi elles sont destinées. Enfermées dans un carcan qui les étouffe chaque année un peu plus, elles prennent ici leur envol… pour le meilleur et pour le pire !

Ce trésor d’humanité et de sensibilité nous fait subtilement passer d’un extrême à l’autre. Certains chapitres pétillent comme des bulles de champagne pour nous inciter à croquer la vie à pleines dents sans plus tarder, tandis que d’autres nous mettent du plomb dans l’estomac pour nous ramener à la dure réalité. Comme si l’auteur avait voulu créer une intrigue à l’image de la maladie de Zoe : sur des montagnes russes incessantes, elle brûle la chandelle par les deux bouts.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s