Blue Spring Ride, T3 — Io Sakisaka

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧
アオハライド

Titre : Blue Spring Ride, Tome 3
● Rōmaji : Ao Haru Ride
Auteur : Io SAKISAKA
Date de Parution : 08 Octobre 2013
Éditeur : Kana
Nombre de Pages : 201
Prix : 6,85 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Futaba prend conscience qu’elle est amoureuse de Kô qui a seize ans, et non du garçon qu’il était dans le passé. Dans le même temps, elle apprend que son amie, Yûri, est également amoureuse de lui…

⌧ CHRONIQUE ⌧

La fin du second tome m’avait laissée assez inquiète. Je craignais que la déclaration de Yûri ne vienne tout ficher en l’air et que Io Sakisaka parte sur le filon surexploité de la jalousie à outrance. Si j’apprécie tant « Blue Spring Ride », c’est pour ce mélange unique de douceur, de légèreté et de nostalgie. Pour sa façon de mettre en avant ce qu’il y a de meilleur en nous, peu importe les douleurs du passé. Alors oui, Futaba tergiverse, culpabilise et n’arrive à renoncer ni à son amitié avec Yûri, ni à ses sentiments pour Kô, mais elle reste elle-même et ne tombe pas dans le panneau de la mesquinerie. Cette « mésaventure » va même l’aider à grandir et à s’affirmer. Elle va ainsi pouvoir faire la paix avec un événement survenu au collège qu’elle n’avait jamais pleinement compris, et aussi trouver le courage d’affronter ce qu’elle ressent pour le Kô d’aujourd’hui.

Dans ce tome, la dynamique du groupe est intacte et les personnages évoluent de façon significative. Me voici donc pleinement rassurée ! Kô continue à présenter un visage impassible tout en laissant parfois échapper des bribes de sa véritable personnalité, et cela donne naissance à d’autres moments-clés très touchants. Sa mauvaise volonté ne trompe plus personne : Futaba tient bon et lui tient tête, bientôt épaulée par Yûri, Kominato et Murao. D’abord contrarié par cette coalition, Kô laisse apparaître des failles sur sa carapace et commence à s’interroger : n’y a-t-il pas d’autres solutions pour lui que de continuer à repousser les autres, quitte à en souffrir ?

En fin de tome, la mangaka nous propose une nouvelle intitulée « L’attraction des étoiles », mettant en scène Murao. J’étais ravie de découvrir l’origine de son attirance pour le professeur Tanaka, car son comportement soulevait beaucoup de questions dans mon esprit. C’est doucement équivoque tout en respectant l’ambiance mignonne du shojo.

Entre anecdotes tantôt amusantes, tantôt émouvantes, dilemmes et problèmes de communication, Io Sakisaka m’a à nouveau charmée. La psychologie des personnages est aussi soignée que son coup de crayon, alors vite la suite !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s