Spice & Wolf, Tome 1 (ROMAN)

spice & wolf 1⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧
狼と香辛料

● Titre français : Spice & Wolf, tome 1
Rōmaji : Ookami to Koushinryou
Auteur :
Isuna HASEKURA
Date de Parution :
12 Mars 2015 
Éditeur :
Ofelbe
Nombre de Pages :
470
Prix :
19,90 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Déesse de la moisson, Holo est une louve qui peut prendre l’apparence d’une attirante jeune fille. Délaissée par les paysans de son village pour qui les vieilles légendes ne servent plus qu’à effrayer les enfants, Holo décide de rejoindre ses terres natales du Nord à bord de la carriole d’un marchand itinérant, l’énigmatique Lawrence Kraft.

Tandis qu’ils découvrent de nouveaux horizons en troquant leurs cargaisons de ville en ville, le duo va apprendre à se connaître et rapidement devenir très complice. Mais méfiance : les faux-semblants, les arnaques et les pièges bordent leur chemin… Le talent divin de Holo pour comprendre la nature humaine leur sera bien utile pour reconnaître les bonnes affaires et déjouer les tromperies.

Êtes-vous prêts à suivre cette charmante déesse dans un voyage initiatique parsemé de plaisirs simples, de rencontres, mais aussi de dangers ?

⌧ CHRONIQUE ⌧

Intrigue ∎∎∎ Rythme ∎∎∎∎∎ Créativité ∎∎∎∎∎
Écriture ∎∎∎∎ Personnages ∎∎∎∎∎ Sentiments ∎∎∎∎∎

La saga Spice & Wolf vient de se terminer au Japon en 17 tomes. Cette édition française parue chez Ofelbe en regroupe les deux premiers. Avant de développer mes impressions sur ce livre, j’aimerais revenir sur le concept de light novel. Les light novels sont des romans destinés à un public de jeunes adultes, comportant généralement quelques illustrations. Il existe un système de portage pour les plus populaires d’entre eux, qui sont alors adaptés sous d’autres médias comme les mangas ou les animés. Le style d’écriture est assez simple pour rester accessible à tous et privilégie les dialogues, tout en introduisant de nombreux détails sur l’univers dépeint.

Dans Spice & Wolf, nous partons à la rencontre d’un jeune marchand de vingt-cinq ans : Lawrence Kraft. Il est à une époque-charnière de sa vie puisqu’il a acquis toutes les bases de son métier, mais ne possède pas encore assez de fonds pour ouvrir sa propre boutique dans un village. Il continue ainsi à déambuler de villes en villages à travers le pays et les nations limitrophes pour faire affaire, acheter à bas prix une marchandise qu’il revendra plus cher là où la demande est la plus forte. Il a le goût des négociations, de l’économie et du voyage, et pourtant la solitude lui pèse de plus en plus. Mais quand il rêvait d’un compagnon de voyage, il ne s’attendait probablement pas à ce que ce dernier se présente sous la forme d’une grande louve, divinité d’une époque quasi révolue. A la fin d’une fête rituelle, Holo la Louve Sage se réfugie à son insu à l’arrière de sa charrette. Pour cela, elle revêt une forme humaine, à l’exception de ses oreilles et de sa queue de canidé. Quand le marchand la découvre, il passe de la surprise à l’incrédulité, avant de finalement accepter d’escorter Holo jusqu’à son Nord natal, loin des hommes qui ont tourné le dos à ses pouvoirs au profit des avancées en matière d’agronomie.

Le début est très prenant. L’ambiance rurale de Spice & Wolf est ravissante, et comme au Moyen-Âge, l’Église joue un rôle prépondérant dans la société. Digne représentante de rituels païens, Holo est directement dans la ligne de mire des religieux et n’a donc pas intérêt à dévoiler sa nature à n’importe qui. Elle forme une drôle d’équipe avec Lawrence. Tour à tour sage conseillère, fière combattante et gamine capricieuse, la louve est facétieuse et aime taquiner Lawrence qui a bien du mal à avoir le dernier mot. On sent l’excitation de Holo face à ce nouveau chapitre qui s’ouvre dans sa vie, d’où son comportement tantôt enthousiaste tantôt boudeur et puéril. Mais on sent aussi ces siècles d’existence qu’elle cache derrière cette apparence de jeune fille, et qui lui confèrent une précieuse expérience dans de nombreux domaines. Au-delà même de l’amitié qu’ils développent au gré de leurs pérégrinations, Holo constitue un solide atout pour les affaires de Lawrence.

Des affaires qui viennent malheureusement entacher le plaisir de la lecture dans la première moitié de ce double tome. Isuna Hasekura appuie trop fortement sur les notions économiques de son histoire, nous noyant sous les taux de change de monnaies imaginaires et les calculs de pertes et de bénéfices. C’est sincèrement dommage car le scénario de Pazzio reste intéressant et bien pensé, mais l’auteur nous rabat tellement les oreilles avec les enjeux d’une telle magouille – Lawrence a gros à y gagner, comme à y perdre -, allant même jusqu’à se répéter d’un chapitre à l’autre, que cela nuit au bon déroulement de l’intrigue. Il finit toutefois par rebondir et nous offrir un final mettant enfin un peu d’action à l’honneur.

Dans la seconde partie, ce défaut est moins gênant. Isuna Hasekura a toujours tendance à ressasser les idées de base ou les gestes routiniers de Holo, mais l’action est bien plus équilibrée et j’ai pu à nouveau profiter du voyage. Lawrence et Holo jouent au plus malin ; c’est à celui qui sera le plus habile dans les transactions financières qu’ils effectuent d’une ville à l’autre. Mais tel est pris qui croyait prendre, et les voici tous les deux à courir après la montre pour éviter la débâcle après s’être montrés trop gourmands.

Malgré leurs chamailleries incessantes et la nature inconstante de Holo, les relations entre les deux protagonistes évoluent peu à peu vers quelque chose de plus intime. Ils sont mignons et amusants, même s’il m’a manqué une petite étincelle pour pleinement m’attacher à eux.Tous les autres personnages qu’ils sont amenés à côtoyer sont éclipsés par leur duo de chic et de choc et abordés de façon superficielle, ce qui n’empêche toutefois pas quelques jolis retournements de situation en découvrant ce qui se cache derrière les masques de certains.

En dehors de l’aspect économique trop envahissant dans la première partie, Isuna Hasekura nous présente un univers agréable à parcourir. Le fil rouge de cette histoire reste le voyage vers le Nord pour reconduire Holo sur ses terres d’origine, mais on en est encore loin. Les deux premiers tomes font office de mini-épisodes bien distincts, rythmés par les négociations entre marchands itinérants et marchands établis en ville. C’est une série qu’il faut savoir prendre le temps de découvrir, et maintenant que c’est fait pour ma part, je suis curieuse de lire les premiers tomes de l’adaptation manga !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s