Les Insurgés, de Malorie Blackman

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

● Titre français : Les Insurgés
Titre original : Noble Conflict
Auteur : Malorie BLACKMAN
Date de Parution : 15 Avril 2015
Éditeur : Milan – Macadam
Nombre de Pages : 343
Prix : 15,20 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Après des années de guerre, une nouvelle société a vu le jour.

Son nom : le peuple de l’Alliance.
Son principe : la vie humaine comme bien le plus précieux.

À 17 ans, Kaspar choisit de dédier sa vie à ce principe. Il sera Gardien, l’un de ces soldats d’élite chargés du maintien de l’ordre. Mais face aux Gardiens il y a les Insurgés, des rebelles qui multiplient attentats et sabotages. Et parmi les Insurgés il y a Rhéa. Grâce à elle et à son étrange pouvoir d’empathie, Kaspar commence à comprendre : la vie humaine érigée en valeur suprême pourrait bien cacher un terrible secret d’État.

⌧ CHRONIQUE ⌧

Intrigue ∎∎∎∎ Rythme ∎∎∎∎∎ Créativité ∎∎∎∎
Écriture ∎∎∎∎∎ Personnages ∎∎∎∎∎ Sentiments ∎∎∎∎∎

Dans un lointain futur se côtoient deux civilisations. À l’ouest, l’Alliance respecte la Terre et développe ses technologies en fonction de cette dernière. À l’est, les Croisés sont tombés dans la démesure et à trop en vouloir, ils ont tout perdu. La nature s’est retournée contre eux et les quelques survivants errent sur une terre aride et stérile. Les Insurgés forment un groupuscule au sein des Croisés et aujourd’hui encore, ils en veulent plus et lorgnent sur les terres de l’Alliance pour un nouveau départ dans la vie – quitte à se l’octroyer par la force et par le sang. S’ensuit une guerre des nerfs, où les Insurgés multiplient les attentats pour faire céder le Haut-Conseil de l’Alliance et terroriser ses citoyens.

Kaspar est né au cœur de l’Alliance et a été élevé par son oncle dans une ferme à la frontière des deux nations. Las de se terrer à chaque alerte, il a rejoint l’Académie et sa discipline militaire implacable pour devenir un Gardien et protéger son pays des envahisseurs. Courageux et travailleur, il refuse de se servir de la renommée de ses défunts parents pour obtenir un avancement. Mais sa vie bascule dès la cérémonie de remise des diplômes et il en vient très vite à se poser d’innombrables questions sur les objectifs réels des Insurgés, tout comme sur la légitimé de son gouvernement à refuser d’abattre les terroristes. L’Alliance se targue d’être noble et respectueuse de toute forme de vie ; elle refuse de s’abaisser au niveau de ses bourreaux en tuant et en pillant. Si l’on déplore régulièrement l’escalade de la violence dans les faits divers, Malorie Blackman nous montre les limites d’une défense avec des armes non-létales. Mais les apparences sont parfois trompeuses et choisir un camp ne s’est jamais révélé aussi complexe.

L’intrigue est classique pour une dystopie post-apocalyptique, et de ce fait elle se révèle également assez prévisible. Pourtant, Malorie Blackman tire une fois de plus son épingle du jeu. Elle nous propose une réflexion intéressante sur l’éveil des consciences et de la collectivité, sur la notion de bien et de mal. Comme disait Sartre, « L’enfer, c’est les autres. » mais nous sommes tous l’ennemi de quelqu’un. À partir de là, comment définir quel parti est réellement dans son bon droit ? Les personnages sont aussi forts et attachants que dans les autres œuvres de l’auteur. On souffre à leur côté, on est même choqués face à la cruauté des choix qu’ils sont amenés à faire. La plume de Malorie Blackman est ainsi : elle fait ressortir ce qu’il y a de pire tout comme ce qu’il y a de meilleur en chacun de nous. Elle nous ébranle sans la moindre concession pour mieux nous amener à réfléchir sur ce que l’on prend pour acquis.

J’ai dévoré ce roman en une seule après-midi. Impossible de le lâcher tant les tensions allaient grandissant. J’avais hâte de comprendre comment les dernières pièces du puzzle allaient s’emboîter, et de découvrir ce qui se tramait derrière ce fameux pouvoir d’empathie et les visions de Kaspar. J’avais hâte de voir ce qu’il adviendrait de lui et de ses compagnons d’armes, de Voss (le supérieur qui passe son temps à aboyer), de Mackenzie (la documentaliste qui nous explique les principes particulièrement élaborés d’un internet futuriste) et de Rhéa (la mystérieuse Insurgée qui ne ressemble pourtant pas à un monstre). Une fois de plus, Malorie Blackman a maltraité mon petit cœur sensible, et une fois de plus, c’était délicieusement agréable !

Publicités

2 réflexions sur “Les Insurgés, de Malorie Blackman

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s