Si on parlait de… pourquoi je tiens un blog

si on parlait de__________________________________________
« Si on parlait de… » est un rendez-vous instauré par « La Tête dans les Livres » .

On y parle de livres, de vie bloguesque, de tout et n’importe quoi… le but étant de pouvoir exprimer son opinion en toute simplicité, mais toujours autour de la lecture et de nos blogs.
__________________________________________

‖ Quand et comment j’ai sauté le pas  ‖

2011 – C’est le foutoir dans tous les domaines. Je m’efforce de m’éloigner d’une famille toxique mais ils n’ont pas dit leur dernier mot. La santé et le moral sont au plus bas, j’ai envie de tout lâcher. Je n’ai pas lu depuis une éternité. La dernière fois, c’était dans une bibliothèque du Nord et j’étais encore mineure. Je passais mon temps à lire pour m’évader et rêvasser quand j’étais gamine. Le passage à l’âge adulte et la prise d’indépendance plus tôt que prévu m’ont malheureusement coupée de ce plaisir.

Pourtant, en 2011, l’envie de m’y remettre se fait ressentir. Je ne sais simplement pas comment m’y prendre. Ça peut paraître idiot comme dilemme : « Va t’acheter un livre et pose-toi, grosse nouille ! » … Sauf que les livres, il m’en reste quelques-uns à la cave. Je n’arrive simplement pas à me motiver à les ouvrir et encore moins à me concentrer sur les mots que je parcours. Je suis là, mais mon esprit est ailleurs et l’obscurité n’aide pas à déchiffrer les caractères.

À force de traîner sur les forums de jeu de rôle narratif, je finis par tomber par hasard sur un forum de lecture. Je découvre une communauté dont je ne soupçonnais pas l’existence et tente peu après d’ouvrir le mien. Je recommence à suivre l’actualité littéraire, je sors de chez moi malgré mes phobies sociales et traînasse dans les rayons des librairies du coin. Je renoue timidement avec cette passion même si je ne lis encore que très peu.

2012 – Le forum s’essouffle. Je passe le plus clair de temps à administrer, animer et faire la promotion du site pour tenter d’apporter du sang neuf à notre communauté ; je recommence à négliger mon temps de lecture. Difficile de motiver les troupes quand la flamme des fondateurs vacille… Des membres me parlent alors des blogs littéraires, j’arrive sur Facebook et… waouh ! Je teste plusieurs plateformes, en trouve une qui répond à mes exigences à la mords-moi le nœud.  En avril, c’est ouvert et je fais la connaissance de mes premières copinautes livresques.

‖ Ce que bloguer m’a apporté ‖

2013 – À l’origine, j’ai ouvert un blog pour me remotiver et renouer avec une vieille amie : la lecture. J’avais besoin de m’aérer la tête, mais si j’étais la seule concernée par cette démarche, je savais que j’échouerais. J’avais donc décidé d’ouvrir ce projet aux yeux de tous, un peu pour me mettre la pression dans le sens « Si tu veux des échanges, comme sur les forums, va falloir te bouger, Tata Lyssa ! » . C’était une façon pour moi de me botter les fesses et de m’exhorter à sortir de l’inertie.

Ce blog m’a donné des objectifs quotidiens, hebdomadaires et mensuels. Il m’a ainsi permis de reprendre un peu confiance en moi, de me prouver que je pouvais le faire. Sans vouloir verser dans le sentimentalisme bon marché, je ne sais pas si j’aurais pu autant changer sans lui. Le cheminement est complexe, crypté. Le blog a entraîné de minuscules changements, dans mon quotidien et dans ma tête. Des changements qui en ont entraîné d’autres plus conséquents. Il m’a aussi introduit au sein d’une communauté qui, malgré ses drama, te donne l’impression d’exister pour quelqu’un d’autre que toi-même et te soutient dans les bons et les mauvais moments.

‖ Et maintenant ? ‖ 

2015 – Trois ans à peine ont passé mais j’ai l’impression que ça fait une éternité tant les choses ont changé ! Au départ, je galérais pour remplir le challenge 1 mois => 1000 pages de Crouton. Il m’a fallu bon nombre d’essais infructueux avant de pouvoir crier victoire. Aujourd’hui, j’ai fixé mon rythme de croisière à 2500 pages par mois. Moins, j’aurais tendance à me laisser aller (les vieilles mauvaises habitudes ont la peau dure) et à me dire qu’un peu plus ou un peu moins, qu’est-ce que ça peut bien changer ? Plus, j’aurais tendance à assimiler la lecture à une corvée. Quelque chose que je DOIS faire, et non quelque chose que je VEUX faire. Bref, c’est hors de question !

En 2012, j’avais du mal à alimenter le blog. En 2015, j’en tiens deux et gère une boutique A Little Market débutante pour faire rentrer un peu d’argent faute de trouver du travail (mon chat Gawyn a été diagnostiqué avec une cardiomyopathie hypertrophique en novembre dernier, ce qui occasionne de gros frais vétérinaires). Chimères Oniriques (aujourd’hui repris  sous le nom de « Bulles de Caractère » ) m’a permis de renouer avec le dessin – une passion aussi importante à mes yeux que la lecture. Et avec l’écriture aussi, même si l’exercice reste plus périlleux. Les idées fourmillent, mais j’ai encore du mal à me poser. J’ai tenté le NaNoWriMo à plusieurs reprises, mais ça a chaque fois été un gros flop et j’ai convenu que ce n’était pas pour moi. J’aborde aussi des sujets plus personnels, je parle de mes poilus, propose des galeries photo, des produits faits-main,… C’est un joyeux bazar, mais un bazar où j’aime me ressourcer et mettre des mots sur des pensées qui tournent en boucle dans ma tête.

Pourtant, comme beaucoup de blogueuses, je doute… J’ai envie de tout ficher en l’air quand les contrariétés s’accumulent ou que la motivation faiblit, mais l’expérience a montré que je n’en suis plus capable. Cela représente bien trop pour moi. Tout ce travail, sur moi-même et sur ces sites, étalé sur trois ans… toutes ces personnes rencontrées sur Facebook… ça fait partie de ma vie à présent. Sans parler des services-presse qui constituent une forme d’engagement : peu importe mes problèmes personnels, j’ai ma part de contrat à remplir. Alors quand la moutarde monte, on dit ce qu’on a à dire, on serre les dents et on attend que l’orage passe ! Ce blog, c’est une ancre – aujourd’hui comme au premier jour – et je ne pense pas être capable de m’en séparer.

En bref, si en 2011, on m’avait dit : « ouvre un blog littéraire et tu feras la connaissance de copinautes fiables et sincères, retrouveras l’inspiration dans de nombreux domaines, dénicheras enfin un appartement dans lequel il fait bon vivre, tenteras des choses nouvelles, renoueras avec l’écriture, le dessin… et la vie, avec ses bons et ses mauvais côtés… » , je vous aurais lâché au nez un bon gros rire cynique et désabusé. Comme quoi, il ne faut jamais dire jamais ! 😛

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s