Si on parlait de… comment j’écris mes chroniques

si on parlait de__________________________________________
« Si on parlait de… » est un rendez-vous instauré par « La Tête dans les Livres » .

On y parle de livres, de vie bloguesque, de tout et n’importe quoi… le but étant de pouvoir exprimer son opinion en toute simplicité, mais toujours autour de la lecture et de nos blogs.
__________________________________________

‖  Pendant la lecture  ‖

J’ai du mal à me poser au quotidien pour faire les choses – y compris pour lire – mais une fois lancée, je suis complètement absorbée par ce que je fais. Du coup, je ne prends pas de notes en cours de lecture ; j’ai toujours l’impression que ça me casse l’ambiance, la magie des sentiments et de l’action. Il m’est bien sûr arrivé d’en prendre, mais en général, cette prise de notes exceptionnelle se présentait sous deux cas de figure: ① j’étais en plein déménagement et n’avais pas le temps de bloguer, ou carrément pas accès à internet. ② le roman était de mon point de vue une véritable catastrophe et je notais les nombreux points noirs de façon à pouvoir bâtir un avis construit et argumenté.

Je suis un peu plus faible sur les citations dont je suis très friande. Mais là encore, je ne veux pas briser l’instant alors oubliés crayon et papier ! J’attrape mon smartphone et photographie le passage qui m’a interpellée. Je n’interromps ma lecture que pour quelques secondes et je mets la citation au propre dans les jours qui suivent.

Vous l’aurez compris, la lecture reste un moment privilégié pour me déconnecter de la réalité, m’immerger dans la peau et dans la vie d’un(e) autre. C’est aussi pour cela que je ne bois pas en lisant, ni ne grignote ou écoute de la musique. J’ai besoin d’être au calme et essaie au maximum de brider toute distraction.

‖ Combien de temps après ? ‖

J’essaie autant que possible de mettre des mots sur mon ressenti dans un délai maximum d’une semaine après avoir terminé un livre. Au-delà, notes à l’appui ou pas, il me devient de plus en plus difficile de trouver les mots. Je me souviens de l’histoire mais ai plus de mal à passer à la rédaction de mon avis, car les émotions soulevées se sont estompées et je suis également trop plongée dans ma lecture suivante.

Cette vérité est cependant moins marquée dans les cas des BD et des mangas. Je peux les faire traîner un mois et retrouver toutes les idées qui m’étaient venues en feuilletant les pages au hasard une minute ou deux.

D’un autre côté, j’évite tout autant de rédiger mon avis le jour même. Les émotions sont encore trop vives et je manque de lucidité et d’impartialité. On prend toujours un peu parti dans nos lectures, bien entendu, mais cela n’empêche pas de parfois reconnaître quelques qualités à un livre qu’on a pourtant détesté.

En bref, j’ai besoin de prendre du recul avant d’attaquer une chronique… un peu… mais pas trop !

‖ Notation & Organisation ‖ 

Comme tout le monde, au début, je me suis cherchée. Je ne savais pas trop comment m’y prendre, comment organiser et étayer un avis. J’avais souvent peur d’en dire trop, ou pas assez (d’ailleurs, ça m’arrive encore de temps en temps ^^). Pour prendre mes marques, je suivais un schéma : intrigue, écriture, personnages, conclusion. Et à force de chroniquer, je suis partie en free-style. C’est bien là que je m’épanouis le plus ! Je tape mes chroniques comme elles me viennent. Je me relis pour les rares fautes que je laisse échapper, pour supprimer des répétitions ou regrouper des phrases au thème similaire. Je m’assure une dernière fois que ça glisse bien quand je survole l’ensemble, je mets les mots-clés en gras et PAF je publie ! La plupart du temps, hors codage et remplissage de fiche, j’ai besoin d’une demie-heure pour rédiger une chronique.

Par contre, je ne suis pas fière de mes toutes premières. Je les trouve courtes, survolées et certaines notes me font grimacer. Je pense que si je devais relire certains titres chroniqués en 2012 par exemple, je serais moins clémente. Mais je laisse ces billets tels quels ; ils font partie de mon histoire sur le web et j’assume. Ça montre aussi que je sais évoluer au fil de mes lectures et que je me pose de plus en plus de questions sur les textes que j’explore. Comme on dit, c’est en forgeant qu’on devient forgeron 🙂

Dernièrement, j’ai affiné le système de notation des chroniques « romans ». Je n’affiche plus un avis global allant d’une demie-étoile à cinq, mais des évaluations plus ciblées sur six points définis : Intrigue – Rythme – Créativité – Écriture – Personnages – Sentiments. Prenez Insaisissable de Tahereh Mafi par exemple. Cette femme a une plume d’une poésie et d’une magie incroyables ! Elle m’a littéralement subjuguée sur la forme, alors que le fond m’a au final paru assez banal. J’avais besoin d’un système plus représentatif pour exprimer en un simple coup d’œil tout ce que je pouvais ressentir au cours d’une lecture.

Je préfère aussi parler de ressenti, car je reste mal à l’aise à l’idée de noter le travail des autres alors que je n’ai aucune formation pour ça. Une note, c’est subjectif : ça dépend de beaucoup de facteurs comme la thématique du livre, l’humeur dans laquelle on est en le commençant, de notre caractère, de notre vécu. Mais je le fais tout de même car évaluer mes lectures avec des chiffres (que je reprends dans les bilans mensuels) me permet de hiérarchiser mes goûts en la matière.

En ce qui concerne la rédaction en elle-même, je n’utilise pas de brouillon papier. J’ai bien assez de feuilles volantes à la maison entre les patterns amigurumi, les storyboards griffonnés pour des mini-BD à venir ou les idées de textes. Je tape de suite mes avis à l’ordinateur. Par contre, j’ai perdu confiance en Word après des plantages d’ordinateur à répétition (j’ai collectionné les épaves avant de pouvoir adopter Mini-Reyes au printemps dernier). Qu’y a-t-il de plus horrible que d’apporter le point final à ta chronique, de te dire que tu as assuré et d’un coup,  BZZZIT !! Plus rien ! En fait, je tape mes avis dans QuickNote, une extension Firefox affichant du texte en brut et qui sauvegarde systématiquement ce que tu fais tous les dix caractères. Très pratique !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s