Phobos, Tome 1 — Victor Dixen

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

Saga : Phobos [TOME 1]
Titre : Les Éphémères
Auteur : Victor DIXEN
Date de Parution : 11 Juin 2015
Éditeur : Robert Laffont – Collection R
Nombre de Pages : 433
Prix : 17,90 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Six prétendantes. Six prétendants. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer.
Ils veulent marquer l’Histoire avec un grand H.
Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.
Elle veut trouver l’amour avec un grand A.
Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour…
Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

⌧ CHRONIQUE ⌧

Intrigue ∎∎∎∎∎ Rythme ∎∎∎∎ Créativité ∎∎∎∎∎
Écriture ∎∎∎∎ Personnages ∎∎∎∎ Sentiments ∎∎∎∎

Avec Phobos, Victor Dixen imagine un futur où le président des États-Unis aurait opté pour la libéralisation des grandes institutions publiques afin de rembourser la dette du pays. La NASA a ainsi été revendue à un groupe de fonds d’investissement privé qui a néanmoins poursuivi la conquête vers Mars. Une base a été construite sur la planète rouge, du matériel largué, et pour rendre tout cela plus rentable, les dirigeants décident de s’allier à Serena McBee, une psychiatre de renom, pour mettre au point un programme de téléréalité révolutionnaire : le projet Genesis. Les candidatures sont ouvertes à l’international, nul ne connaît les critères de sélection et le but est simple : trouver six filles et six garçons, leur faire subir un entraînement intensif et les envoyer vers Mars pour un aller simple (avec caméras embarquées) où six mariages seront célébrés et où naîtront ainsi les premiers bébés d’une nouvelle colonie.

Léonor est française et fait partie du voyage. Elle a été abandonnée toute petite par ses parents et à dix-huit ans, elle vit une vie peu reluisante entre foyer d’hébergement et usine de production à la chaîne. Elle n’avait rien à perdre à quitter la Terre et elle a hâte de connaître un nouveau départ dans la vie une fois arrivée sur Mars. Cet enjeu est pour elle plus important que tout le reste, et contrairement aux autres filles qui ne font que discuter des garçons du programme, elle a à cœur de garder le contrôle de sa vie et de ses choix. Mais peut-on réellement commander ses sentiments ?

La narration reste focalisée sur Léonor, mais papillonne régulièrement ailleurs pour nous donner une vision plus vaste de l’univers mis en place par l’auteur. On a accès aux coulisses de l’émission, à la vie privée de Serena et à celle de quelques personnages secondaires qui pourraient prendre une plus grande place à l’avenir. Par contre, Victor Dixen occulte complètement ce qui se passe du côté des garçons. C’est parfois assez frustrant puisque derrière le concept de téléréalité se cachent souvent des mensonges et des manipulations. On ne sait donc pas forcément à quoi s’en tenir pendant les séances de speed-dating. Mais j’ai trouvé ce choix particulièrement judicieux : comme les candidates, nous devons tenter de cerner le jeune homme en face de nous en de courtes séances de 6 minutes ou d’après ce que les autres filles en disent. Qui joue la comédie pour faire le plus beau mariage ? Qui est sincère ? Comment préserver son jardin secret quand on vit dans une telle promiscuité ? De chapitre en chapitre, on navigue entre plusieurs incertitudes et cela ajoute vraiment du piquant au roman.

Ce premier tome est bien plus encore. Il aborde avec intelligence les dangers d’une libéralisation extrême, des magouilles politiques et industrielles. Il nous rappelle que la notion de direct est assez relative puisque les montages sont réalisés de manière à faire pleurer dans les chaumières et à récolter ainsi un maximum d’argent de la part des populations. Il y a tout un pan nettement moins glamour que ce que l’on veut bien montrer à l’écran. Le seul point nuancé que j’aurais à apporter à cet excellent premier tome est lié à Serena. À force d’y intégrer de nombreux détails (déjà précisés dans la narration et déjà connus de ses interlocuteurs), ses paroles peuvent parfois paraître ronflantes et didactiques. Ce n’est pas systématique, mais j’ai à plusieurs reprises trouvé que cela manquait de naturel. Les événements survenant sur Terre permettent en tout cas de rythmer à merveille le roman, qui aurait sans cela eu tendance à se montrer répétitif du fait du schéma introduit par l’auteur (les séances de speed-dating six fois par semaine, la vie quotidienne dans un espace aux possibilités aussi réduites, etc). L’emploi d’ellipses temporelles permet également de mieux mettre l’ensemble en valeur et d’en souligner l’originalité.

Dans la vie de tous les jours, je boycotte systématiquement les émissions de téléréalité. Et pourtant, Victor Dixen a réussi à me bluffer et à me captiver de bout en bout. Comme beaucoup, j’ai eu envie de tordre le livre dans tous les sens en arrivant à la fin et je piétine déjà d’impatience à l’idée d’en lire la suite !

Publicités

Une réflexion sur “Phobos, Tome 1 — Victor Dixen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s