Sword Art Online, Tome 1 (ROMAN)

SAO aincrad 1⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧
ソードアート・オンライン

● Titre français : Sword Art Online, Tome 1 – AINCRAD
Rōmaji : Sōdo Āto Onrain
Auteur : Reki KAWAHARA
Date de Parution : 12 Mars 2015
Éditeur : Ofelbe
Nombre de Pages : 514
Prix : 19,90 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Un « Game Over » entraînera une mort réelle.
Kirito a accepté cette certitude depuis qu’il a décidé de combattre en « solo » à l’intérieur de l’Aincrad, cette gigantesque forteresse volante qui sert d’univers au redoutable jeu en ligne connu sous le nom de Sword Art Online.
Comme lui, des milliers de joueurs connectés, pris au piège dans ce monde virtuel où le moindre faux pas peut être fatal, luttent pour regagner leur liberté. Kirito veut conquérir seul les cent étages qui le mèneront au combat final, mais c’est sans compter sur l’obstination d’Asuna, une habile épéiste avec qui il va devoir s’allier.
Démarre alors une course effrénée pour survivre dans un monde où l’art de l’épée fait loi.

⌧ CHRONIQUE ⌧

Intrigue ∎∎∎∎ Rythme ∎∎∎∎ Créativité ∎∎∎∎
Écriture ∎∎∎∎ Personnages ∎∎∎∎∎ Sentiments ∎∎∎∎∎

En commençant Sword Art Online, j’ai très vite renoué avec ma propre expérience professionnelle en tant que MJ sur un MMORPG. Cette lecture m’a permis de faire remonter à la surface de nombreux souvenirs, bons… comme mauvais quand je n’étais que joueur de base et que je tombais en solo sur des PK. L’intrigue m’a vite rappelé .hack//SIGN, dont l’univers est aussi dédié à un jeu de rôle en ligne massivement multi-joueurs mais où Tsukasa était le seul à ne pouvoir s’en déconnecter. Si d’emblée, cette nouvelle saga ne criait pas d’originalité me concernant, j’étais tout de même impatiente de m’y plonger !

Premier jour de l’ouverture du monde de SAO nommé Aincrad. Les joueurs suivent encore les tutoriels pour s’habituer aux déplacements dans une réalité virtuelle et apprendre à se battre. Les monstres pullulent à chacun des cent étages de la forteresse qui devront être conquis à la seule force de l’épée. Malgré l’ambiance medieval-fantasy, la magie n’existe pas ici. Kirito avait accès à la beta du jeu et part en solo retrouver au plus vite son ancien niveau. Au détour d’une conversation avec un autre joueur, ils réalisent tous deux que l’option de déconnexion n’apparaît plus dans leurs menus respectifs. La panique s’étend et bientôt, les joueurs se retrouvent confrontés à un terrible dilemme : pour sortir de SAO sans détruire leur cerveau relié à la console, ils devront venir à bout des cent étages… avec une seule vie, comme en vie réelle !

J’ai beaucoup aimé la diversité des réactions chez les joueurs prisonniers de SAO. Reki Kawahara semble avoir pensé à tout. Certains sont paralysés par la peur de mourir et attendent que d’autres se sacrifient en première ligne pour faire avancer la quête. D’autres partent du principe que perdus pour perdus, autant succomber à toutes leurs envies et à leurs pires instincts. Heureusement, il reste un groupe de conquérants qui va de l’avant pour sortir de ce cauchemar et pour tout miser sur la solidarité. Bien qu’il continue à jouer seul de son côté, Kirito prête souvent main forte aux guildes œuvrant sur le front, en particuliers lors des combats contre les boss de niveau. Chaque étage est unique, avec sa propre ambiance, sa ville protégée, ses paysages… et ses labyrinthes criblés de monstres divers.

J’ai sincèrement apprécié le voyage, d’autant plus que grâce à Asuna – figure forte et courageuse, les joueurs féminins ne sont pas cantonnés au rôle de demoiselles en détresse. La relation se développant entre Kirito et Asuna est touchante (bien qu’un peu rapide par moments) et on se prend facilement d’amitié envers des personnages secondaires comme Klein ou Agil, que j’aurais aimé découvrir plus en profondeur. L’intrigue ne connaît pas de temps mort et j’ai été surprise de voir le premier ARC prendre fin en milieu de tome. La seconde partie est en effet dédiée à quatre nouvelles se déroulant un peu plus tôt dans la chronologie. Elles mettent chacune en scène Kirito, qui va faire la connaissance de plusieurs jeunes filles. Quelques détails m’ont légèrement contrariée comme la façon dont Kirito pose la main sur la tête de ces filles comme si elles n’étaient que de pauvres petites brebis égarées. Vu l’âge de Silica, cela passait encore mais pour les autres, nettement mois… Je ne trouvais pas non plus que cela collait au personnage de Kirito qui est très refermé et semble mal à l’aise avec les contacts physiques. Deuxième point dans ces nouvelles : Kirito évoque à plusieurs reprises ce qui s’est passé avec la Guilde des Chats noirs de la Pleine Lune. Il le fait avec facilité alors que dans la première partie, on avait l’impression qu’il prenait énormément sur lui pour en parler avec Asuna, qui semblait par là-même être la première à avoir été mise au courant du drame.

Quoi qu’il en soit, j’ai passé un très bon moment avec ce premier omnibus. L’univers des MMORPG est très bien retranscrit et l’angoisse d’une mort réelle au premier game over ajoute une sacrée dose de piment à l’action. Les personnages sont tous intéressants à leur manière et même si je ne sais pas trop comment l’auteur compte rebondir après la très jolie fin de la première partie, j’ai hâte de le découvrir !

Publicités

Une réflexion sur “Sword Art Online, Tome 1 (ROMAN)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s