La balade des pas perdus, de Brooke Davis

la balade des pas perdus⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

● Titre français : La balade des pas perdus
● Titre original : Lost and found
Auteur : Brooke DAVIS
Date de Parution : 08 Octobre 2015
Éditeur : Fleuve Éditions
Nombre de Pages : 334
Prix : 18,50 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

À sept ans, Millie a déjà vu pas mal de Choses Mortes. La première, c’était Rambo, le chien. La vingt-neuvième, une mouche. Au numéro 28 de son Livre de Choses Mortes, Millie a écrit : « MON PAPA »…
Voilà deux jours que la fillette, cachée dans un rayon de supermarché, attend que sa mère revienne la chercher. Ce ne sera pas sa mère mais Karl, dit « le Dactylo », veuf en cavale depuis qu’il a fui sa maison de retraite. Et puis Agatha Pantha, la vieille voisine acariâtre qui a du poil au menton. Il faut bien l’avouer : ces trois perdus-là se sont trouvés.
Pour rattraper la mère de Millie, il n’est pas un vol, un incendie, une poursuite en bus, une bagarre de bar qui arrêtera ce trio infernal, quitte à mettre une jolie pagaille dans tout l’outback australien. Et, au passage, ré-enchanter la vie.
Parce que les pas perdus vont toujours quelque part…

⌧ CHRONIQUE ⌧

Intrigue ∎∎∎∎∎ Rythme ∎∎∎∎∎ Créativité ∎∎∎∎∎
Écriture ∎∎∎∎∎ Personnages ∎∎∎∎∎ Sentiments ∎∎∎∎∎

Un premier roman tendre et un peu fou, dont la plume inoubliable nous rappelle à la vie.

La thématique de ce roman a sûrement été vue et revue par le passé puisque à travers celui-ci, Brooke Davis réfléchit sur la mort, sur la difficulté de chacun à faire son deuil et sur les différentes façons de se reconstruire. L’auteur venait de perdre sa mère dans un terrible accident quand elle a commencé à coucher mots et sentiments sur le papier. Mais plus que le sujet du roman, c’est son ton qui lui confère cette ambiance atypique et qui en fait un véritable ovni dans le paysage littéraire.

Millie – sept ans – évoluait sereinement au cœur d’une famille aimante quand son père tombe gravement malade et finit par en mourir. Quelques temps plus tard, sa mère, incapable de se relever après cette terrible perte, l’abandonne dans un supermarché. La fillette obéit et attend bien sagement le retour des chaussures dorées de sa maman. Ainsi débute ce que Millie appelle le Premier Jour de l’Attente et elle respecte à ce point les consignes qu’elle se retrouve enfermée dans le magasin à la nuit tombée, sans que personne n’ait rien remarqué du drame dans lequel l’enfant était plongée… Les renforts viendront de là où personne ne les attendait, sous les traits de deux personnes âgées !

Karl était dactylo et ne peut s’empêcher de taper ses paroles dans le vide avant de les prononcer. Sa femme Evie, l’amour de sa vie, est décédée. Leur fils a de plus en plus de mal à faire accepter la présence de son père auprès de sa conjointe. Pourtant, le vieil homme refuse de se résigner. Il est grandiloquent, fantasque et imprudent, comme s’il était bien décidé à faire toutes les folies qu’il ne s’était jamais permis dans sa jeunesse. Les gens ont tendance à le considérer comme fou ou gâteux, mais il n’en est rien. L’esprit de Karl tourne à cent à l’heure, c’est juste le corps qui ne suit plus trop ! Il comprend instinctivement la petite Millie dès leurs premiers échanges et se sent vite responsable d’elle, même si au fond rien ne l’y obligeait. C’est sur ses directives que la fillette quittera enfin la solitude glacée des rayons du magasin.

Elle partira alors à l’assaut de son ancienne voisine. Agatha est aussi vieille que Karl mais ne le vit pas du tout de la même façon. Son corps, ses rides, ses bourrelets,… tout en elle la dégoûte. Elle est veuve elle aussi, mais n’a jamais su montrer à ses proches qu’elle les aimait. Aujourd’hui, elle incarne la sorcière du quartier qui ne quitte jamais sa maison, cette mamie acariâtre qui se tapit derrière ses rideaux pour espionner le monde et affubler les passants de noms d’oiseaux. Obnubilée par le temps qui passe inexorablement, elle oublie de profiter de celui qu’il lui reste. Quand elle voit la gamine frapper l’estomac vide à sa porte, c’est tout son univers qui bascule et contre toute attente, elle finit par quitter cette bulle dans laquelle elle s’était volontairement enfermée pour tenter d’aider Millie à retrouver sa mère.

Débute alors un road-trip des plus surprenants, où deux personnes âgées combattent rhumatismes et voyous alcoolisés, et enchaînent les méfaits – eux qui sont censés incarner la voix de la sagesse et donner l’exemple à Millie. Au cours de leur périple échevelé (au sens propre comme au figuré), les liens entre Millie, Karl et Agatha se resserrent mais une question plane continuellement au-dessus de leurs têtes : la mère de Millie veut-elle être retrouvée ? Incapables d’avouer ces doutes à une fillette aussi démunie que leur petite protégée, Karl et Agatha vont jouer au chat et à la souris pour mieux brouiller les pistes. Karl parle de ses malheurs à Manny, le mannequin dérobé qui les accompagne depuis la sortie du centre commercial, tandis que de son côté, Agatha a de plus en plus de mal à rester insensible à ce qui l’entoure. Cet improbable trio rencontrera en chemin d’autres personnages aussi hauts en couleurs et rocambolesques qu’eux et chaque échange, chaque dialogue, dévoilera davantage la vulnérabilité de Millie.

Avec ce tout premier roman, Brooke Davis frappe fort ! Elle possède un style unique, constitué de phrases courtes et dynamiques conjuguées au présent. En parcourant ce texte, on a l’impression de voir le monde à travers les yeux d’un enfant. Le ton est curieux, candide et amusant, mais l’on a aussi souvent mal au cœur pour Millie, cette petite fille de sept ans si attachante et volontaire alors qu’elle a tout perdu. Rien ne semble pouvoir l’arrêter et l’énergie qu’elle déploie suffit à illuminer les gens qui la côtoient. Elle incarne à elle seule ce vent de renouveau aussi terrifiant qu’espéré, ce souffle qui suffit à bouleverser des vies qui jusqu’ici se contentaient de peu et s’étaient résignées à la fin de tout. Chaque page est un délice de fraîcheur et d’humanité, où l’on nous parle paradoxalement de la mort et du chagrin à travers une foule de sourires.

Publicités

3 réflexions sur “La balade des pas perdus, de Brooke Davis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s