Tous nos jours parfaits, de Jennifer Niven

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

Titre français : Tous nos jours parfaits
Titre original : All the bright places
Auteur : Jennifer NIVEN
Date de Parution : 17 Septembre 2015
Éditeur : Gallimard Jeunesse
Nombre de Pages : 381
Prix : 17,50 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Quand Violet et Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut du clocher du lycée, décidés à en finir avec la vie.
Finch est la « bête curieuse » de l’école. Il oscille entre les périodes d’accablement, dominées par des idées morbides et les phases « d’éveil » où il déborde d’énergie. De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais neuf mois plus tôt, sa sœur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s’est isolée et s’est laissée submerger par la culpabilité.
Pour Violet et Finch, c’est le début d’une histoire d’amour bouleversante: l’histoire d’une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir.

5+++⌧ CHRONIQUE ⌧

Ce roman commence sur une corniche en haut de la tour d’un lycée. Après quelques accrochages et de longues semaines d’absence en cours, Theodore Finch doit montrer patte blanche et voir régulièrement le conseiller psy de l’établissement. Et pourtant, on le retrouve perché là-haut, à fixer le vide et à se demander si le moment est vraiment venu. De l’autre côté du clocher, se trouve Violet, ex-pom pom girl et élève studieuse. Elle a perdu sa sœur aînée dans un accident il y a neuf mois de ça et ne parvient pas à faire son deuil. Elle ne sait pas trop ce qu’elle est montée faire sur cette corniche mais cet instant constituera le point de départ d’une relation riche et complexe. L’une est appréciée par ses pairs, l’autre considéré comme un fou irrécupérable…

Car si Violet est soutenue et entourée, parfois même trop couvée comme chaque fois qu’elle avance ses « circonstances atténuantes » devant ses professeurs, Finch – lui – est complètement livré à lui-même. Ses parents sont séparés, sa mère est du genre démissionnaire, détachée de tout ce qui se passe dans la vie de ses trois enfants. Son père est violent et taciturne, déjà remarié, et les repas dominicaux en sa compagnie sont une torture pour la fratrie. Violet ne peut pas faire un pas sans devoir envoyer un SMS à ses parents ; Finch évolue comme un électron libre sans jamais rendre de compte à personne. On peut difficilement envisager héros plus antagonistes que ces deux jeunes gens, mais comme le veut le fameux dicton : les opposés s’attirent.

Finch va poursuivre Violet de ses attentions pour s’assurer qu’elle ne risque plus rien, et mettre un point d’honneur à lui redonner goût à la vie. Pour ce faire, rien de mieux qu’un devoir de classe à réaliser en binôme à travers tout l’État de l’Indiana ! Il va la mener par monts et par vaux, lui faire voir les choses à sa manière, l’encourager à mettre ses phobies de côté pour renouer avec une existence normale et épanouie. Quant à Violet, elle réalise progressivement combien son nouvel ami est isolé de ses camarades comme de sa famille. Il est seul à lutter contre ses démons qui un jour le rendent déluré et désinhibé, et le suivant sombre et désespéré. Elle va pourtant prendre goût à ces incessantes montagnes russes, et avec tout l’humour, le charme et l’énergie que Finch est capable de déployer, forcément elle finit par en tomber amoureuse. Ils sont tous les deux très attachants ; on adore les suivre dans leurs déambulations et on s’en amuse souvent. Mais l’ombre qui plane au-dessus des humeurs de Finch va grandissant et nous tétanise chaque fois que le jeune homme affronte les moqueries d’autres élèves ou chaque fois qu’il monte s’enfermer dans sa chambre sans parler du mal qui le ronge. Les tensions deviennent de plus en plus palpables et l’on craint le pire tout en espérant le meilleur…

Tous nos jours parfaits est un roman bien ficelé, bien pensé. Avec une délicatesse infinie et une sensibilité à fleur de peau, Jennifer Niven aborde des thèmes douloureux comme la différence, le deuil d’un être aimé et les tentatives de suicide chez les jeunes. Elle nous montre l’envers du décor, si je puis dire, nous fait vivre les drames des autres de l’intérieur pour mieux nous permettre d’appréhender les problématiques qui découlent de telles épreuves. Elle nous offre ainsi une belle et douloureuse leçon de vie sans jamais porter le moindre jugement et se fait la porte-parole de ceux qui ne savent pas vers qui se tourner. C’est un roman bouleversant. Vraiment. Je ne sais pas quoi dire de plus…. Je serais tentée d’ajouter qu’il n’est pas à mettre entre toutes les mains vu comment j’en suis ressortie ébranlée, mais d’un autre côté, on a tant à en apprendre car un jour ou l’autre dans la vie, on est ou l’on côtoie une Violet ou un Finch.

Publicités

Une réflexion sur “Tous nos jours parfaits, de Jennifer Niven

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s