Les 10 passages tirés de la page 81 de vos 10 dernières lectures

TTT_______________________________________________________
Le « Top Ten Tuesday » est un rendez-vous hebdomadaire au cours duquel chaque lecteur dresse son top 10 en fonction du thème proposé. Il a été repris en français sur le blog « Frogzine » .
_______________________________________________________

Petit aveu avant de commencer : je réalise que dans mes dix dernières lectures, il y avait beaucoup d’emprunts à la bibliothèque ou de livres que j’ai depuis donnés à des copinautes. Du coup, c’est un peu compliqué d’en extirper une phrase page 81 ! J’ai attrapé les dix derniers romans que j’avais encore sous la main et cela a donné…

  • « Les jeunes, je vous présente Citrus Bleu. Ainsi nommée parce que c’est un citron, a précisé Alaska. Citrus Bleu, je te présente les jeunes. Si vous arrivez à mettre la main dessus, vous aurez peut-être envie d’attacher vos ceintures. Et toi, le Gros, de servir de ceinture à Lara. »
    — Qui es-tu Alaska ?, John GREEN
  • « Il examina les alentours pour être sûr que personne ne regardait. Elle avait déjà remarqué qu’il faisait ça, soit quand il allait être méchant, soit au contraire, quand il allait être gentil. Comme la fois, l’été précédent, un jour où il faisait vraiment chaud, où il lui avait donné une canette de Shasta à la fraise bien glacée, son parfum préféré, comme ça, sans raison. Son frère paraissait en permanence surveiller du regard qui pouvait l’observer. »
    — Un dimanche soir en Alaska, Don REARDEN
  • « Agatha connaît cette maison. Trois mois plus tôt,elle a vu l’ambulance s’y arrêter, gyrophare éteint. Elle a vu le drap blanc qui recouvrait le brancard, les contours vagues d’un corps. Elle a vu converger tous les habitants de la rue, les bras chargés de plats Dieu-merci-c’est-vous-et-pas-moi. »
    — La balade des pas perdus, Brooke DAVIS
  • « Les jours suivants, les cours se répètent telle une litanie, un mouvement perpétuel, une vague d’encre à jamais recommencée. Yuna, de plus en plus sereine et expérimentée, calligraphie désormais avec une spontanéité qui tient du prodige. Sans se lasser, jamais. Elle avance. Trait après trait. Sur le chemin de l’écriture. Et de la beauté. »
    — Zen, Maxence FERMINE
  • « Le concours de talents a beaucoup de succès. Évidemment, quand les garçons ont réalisé qu’ils devaient s’inscrire auprès de la Rousse du car de l’enfer, ils ont eu un moment d’hésitation. Mais nous avons quand même 32 candidatures. Et pour des numéros très variés, comme dans un vrai concours de talents. »
    — Le prof, moi & les autres, Rachel McINTYRE
  • « J’écris : Avec toi, je me sens fluide comme de l’or, je m’écoule… J’envoie sans même réfléchir. Je pourrais continuer à citer Virginia Woolf – croyez-moi, il y a des passages encore plus chauds-, mais je préfère me citer moi-même. J’attends sa réponse. Trois minutes. Cinq minutes. Dix. Quinze. »
    — Tous nos jours parfaits, Jennifer NIVEN
  • « Je plissai les yeux et m’efforçai de penser intensément à la petite chouette effraie que j’avais eu le droit de tenir sur ma main un jour, à l’âge de neuf ans, dans un parc ornithologique en Allemagne. Les chouettes pouvaient encore mieux voir la nuit que les chats et elles pouvaient surtout voler sans bruit. Quand j’ouvris de nouveau les yeux, je me trouvais à une belle hauteur, à plusieurs mètres au-dessus du sol, les griffes plantées dans la branche d’un cèdre. »
    — Silver T1, Kerstin GIER
  • « La chambre était plongée dans le noir total. Enfin, non – pas tout à fait. Une lueur grisâtre formait un halo autour des rideaux. Lauren et Luke étaient allongés à côté de moi. Je me suis penché au-dessus de mon fils. Il respire, Dieu merci. Et puis Lauren a bougé, imperceptiblement. Tout allait bien.  »
    — Extinction, Matthew MATHER
  • « Si vous aviez vu son père, a renchéri ma mère. Un soldat. Mort au Kosovo. Un héros. Bien sûr, l’armée britannique ne m’a jamais donné un sou. On n’était pas mariés. J’ai accéléré ma marche arrière. Je ne supporte pas quand elle se lance dans ses histoires. Pour autant que je me souvienne, mon père était bel et bien soldat. Mais si elle n’a rien perçu de l’armée ou de quiconque à sa mort, c’est parce qu’il était déjà marié et père de quatre autres enfants. Comme héros, il y avait mieux. »
    — Te (re)trouver, Keren DAVID
  • « Celle qui me suit flotte au-dessus de nous comme un nuage. Elle brille en rose pâle, rouge vif, bleu clair et jaune miel. Elle aime bien quand on est tous ensemble – ma soeur, mon père et moi. Elle fait semblant d’être avec nous, ça la rend heureuse. Mais en fait elle n’est pas là. Pas pour de vrai. Celle de la rivière s’enroule de plus en plus autour de la sacoche en cuir que ma sœur a laissée à l’arrière de la camionnette. Elle me regarde en crachant comme un chat pas content, mais je l’ignore. »
    — Celles de la rivière, Valerie GEARY
Publicités

2 réflexions sur “Les 10 passages tirés de la page 81 de vos 10 dernières lectures

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s