Camille, mon envolée – Sophie DAULL

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

Titre : Camille, mon envolée
Auteur : Sophie DAULL
Parution : 24 Août 2016
Éditeur : Le Livre de Poche
Pagination : 191
Prix : 6,60 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Camille, 16 ans, a été emportée en quatre jours par une fièvre foudroyante. Dans les semaines qui ont suivi la mort de sa fille, Sophie Daull a commencé à écrire. Écrire pour ne pas oublier Camille, son regard « franc, droit, lumineux », les moments de complicité ; l’après, le vide, l’organisation des adieux, les ados qu’il faut consoler, les autres dont les gestes apaisent. Écrire pour rester debout, vivre quelques heures chaque jour en compagnie de l’enfant disparue, endiguer le raz de marée des pensées menaçantes.
Loin de l’épanchement d’une mère endeuillée, « Camille, mon envolée » est le récit d’une résistance à l’insupportable, où l’agencement des mots tient lieu de programme de survie.

5⌧ CHRONIQUE ⌧

Quelques jours avant Noël 2013, Camille, seize ans, est clouée au lit par une forte fièvre. En quatre jours à peine, sa famille et ses amis passeront de la boutade type « il n’y a que toi pour tomber malade pendant les vacances » à l’incrédule anéantissement : le cœur de Camille a cessé de battre.

Dans ce témoignage où Sophie Daull s’adresse d’un bout à l’autre à sa fille disparue, son envolée, son chaton, elle va nous faire revivre leurs derniers jours ensemble. De décembre à avril, elle va parler de son combat présent pour ne pas se laisser dévastée par le chagrin et des moments où elle ne pourra malheureusement pas faire autrement que de lâcher prise et tout laisser sortir. Elle revient une à une sur ces quatre terribles journées d’agonie, sa lutte contre les médecins qui l’étiquetaient « mère surprotectrice », la lutte de Camille contre cette fièvre qui ne la quitte plus et qu’aucun médicament ne parvient à soulager.

Il m’est toujours aussi difficile de chroniquer un témoignage. On ne peut pas parler d’intrigue, de personnages, de rythme ou quoi que ce soit. Ce sont des textes qui prennent souvent aux tripes et qu’on ne peut pas évaluer de la même façon qu’une fiction. Mais avec « Camille, mon envolée », chaque phrase transmet une émotion. On sent la douleur de l’auteure dans la narration, dans son vocabulaire, dans l’enchaînement de ses pensées. Sa plume est à la fois orale et poétique, elle transmet tout un tas de choses avec des mots très simples. Des fois, des rimes se posent, involontaires ou non, qui sait ? Après tout, Sophie Daull est une comédienne qui part régulièrement en tournée à travers la France avec sa troupe de théâtre. Une écriture paradoxale – vivante et dévastée – qui nous relate un drame infini avec quelques mots d’humour, des phrases qui dansent sur les pages et dans les esprits. On entendrait presque sa voix et pour la première fois de ma vie, je ne sais pas pourquoi, mais j’ai ressenti le besoin de lire les premiers chapitres à voix haute.

Pourtant, l’éditeur tient ses engagements en nous promettant un récit poignant mais juste. L’émotion, l’injustice envahissent tout, forcément, mais sans jamais tomber dans le pathos ou le spectacle. C’est le combat d’une mère face à l’impensable, face à l’impossible, une mère qui s’efforce d’aller de l’avant ; il y a tant à faire alors que tout est pourtant fini…

À la fin, on remarque que Sophie Daull a sorti un nouveau livre qui s’intitule « La Suture » et qui nous parle de Nicole, la mère prématurément disparue de l’auteure. On sentait bien déjà à travers « Camille, mon envolée » qu’elle n’avait jamais pu tourner cette page, qu’elle ressentait le besoin de coucher là aussi les mots sur le papier pour s’en défaire, s’en libérer. Je n’ai pas encore eu l’occasion de le lire mais je pense que pour Sophie Daull, l’écriture thérapeutique a fait ses preuves et j’espère sincèrement que la vie saura se montrer plus clémente envers elle à l’avenir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s