Love whispers even in the rusted night

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧
錆びた夜でも恋は囁く

Titre : Love whispers even in the rusted night
Rōmaji : Sabita Yoru Demo Koi wa Sasayaku
Auteur : Tanaka OGERETSU
Parution : 28 Juillet 2016
Éditeur : Taïfu Comics – Yaoi
Pagination : 200
Prix : 8,99 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Je me suis encore fait frapper par Kan, mon petit-ami, mais ça m’est égal. Mes sentiments pour lui sont de toute façon déjà bien altérés… C’est alors que Mayama, un ancien camarade de collège, est réapparu devant moi. Comme autrefois, il se soucie de moi, de mes bleus et de mes cicatrices… Et comme autrefois, un simple de ses baisers me paralyse sans que je ne puisse rien y faire.

Une histoire de retrouvailles et d’amour où la violence et la douleur se mélangent aux sentiments éprouvés par les personnages torturés d’Ogeretsu Tanaka.

⌧ CHRONIQUE ⌧

Avec un tel titre, on s’attend à une histoire d’amour torturée, aux accents doux-amers, où l’on se surprend à chuchoter lorsqu’on aurait envie de se révolter contre le monde entier. Un titre qui reflète bien son personnage principal : Yumi. Ce jeune homme vivote de petits boulots en intérim, une situation précaire que Kan, son petit-ami, ne manque jamais de lui rappeler. Ils se connaissent depuis le lycée mais leur relation actuelle n’a plus rien à voir avec leurs débuts. Kan est cinglant, méprisant et violent. Il rabaisse sans arrêt Yumi, le frappe quand ce dernier n’agit pas comme il le voudrait. Même leurs étreintes relèvent plus de l’épreuve de force que d’un acte d’amour. Yumi encaisse sans broncher, il parvient même à en sourire. Désabusé et prisonnier d’une histoire qui n’est pourtant plus, il couvre les arrières de Kan auprès de son entourage et continue d’accepter l’inacceptable. Jusqu’au jour où son chemin recroise celui de Mayama, son premier amour au collège. Toujours étudiant, ce dernier prépare sa thèse et se montre d’un calme olympien en toute circonstance. Là où Kan entre en éruption pour trois fois rien, Mayama affiche un visage indéchiffrable, comme s’il portait un masque pour protéger du monde extérieur ce qu’il peut penser et ressentir. La mangaka nous relate alors leur première rencontre… et leurs retrouvailles. Petit à petit, ils vont réapprendre à se connaître, à s’apprivoiser. Ils vont devoir mettre de côté leur ego et accepter de se dévoiler l’un à l’autre pour faire avancer les choses, mais cela ne se fera pas sans heurts.

Le crayonné de Tanaka Ogeretsu est très agréable à parcourir. Les traits fins des personnages ne manquent pas d’expressivité, la mise en page est claire et les trames sont soignées. Quelques annotations comme « regard mauvais » ou « s’arrête net » m’ont fait hausser les sourcils : si la mangaka trouvait que le geste manquait d’évidence (ce qui n’était pourtant pas le cas), pourquoi ne pas l’avoir remanié ? Les graphismes constituent l’un des points forts de ce titre. Rappelons cependant pour les néophytes qu’un manga yaoi comporte bien souvent des scènes érotiques et qu’il n’est donc pas à mettre entre toutes les mains.

Dans ce manga, Tanaka Ogeretsu aborde plusieurs thèmes forts comme l’importance de la communication au sein d’un couple et le drame des violences domestiques, sujet d’autant plus tabou lorsqu’on est un homme. La patronne de Yumi sait bien que les coups pleuvent, et pourtant elle semble le prendre à la légère. Je déplore cependant la construction du manga qui ne fait que survoler une histoire qui aurait pu être bien plus riche et émouvante qu’elle ne l’a été pour moi.

L’absence quasi-totale de background a été un gros frein pour moi. Quelles relations Yumi entretient-il avec sa famille ? En a-t-il une, d’ailleurs ? Comment en est-il arrivé à accepter de se faire ainsi malmener sans jamais riposter ? Comment vit-il son homosexualité ? Quels rêves d’avenir peut-il donc bien avoir ? On le voit rire à des moments particulièrement saugrenus, mais on ignore tout des épreuves qui ont instauré chez lui de tels mécanismes de défense. Si les flashbacks permettent de comprendre comment Mayama et lui s’étaient rapprochés au collège, les passages concernant Kan se font rares. On a du mal à se projeter dans leur relation, on ne sait pas trop comment ils en sont arrivés à se fréquenter. L’auteur fait complètement l’impasse sur leurs bons moments car la nostalgie palpable de Yumi devant de vieux clichés ne laisse aucun doute qu’il y en a eu. Pourquoi Kan a-t-il autant changé ? Même sa décision finale semble tomber du ciel. C’est très frustrant de tant manquer de références, d’éléments-clés… et cela m’a empêché de m’attacher aux personnages. L’histoire aurait pu être très touchante mais les événements s’enchaînent à un rythme accéléré, sans aucun naturel, sans saveur ni consistance, et j’ai été la première à m’en désoler.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s