Le 3ème Gédéon, T1 – Taro NOGIZAKA

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧
第3のギデオン

Titre : Le 3ème Gédéon, Tome 1
● Rōmaji : Dai-3 no Gideon
Auteur : Taro NOGIZAKA
● Parution : 08 Mars 2017
Éditeur : Glénat
Pagination : 220
Prix : 7,60 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Deux hommes que tout oppose s’engagent de concert sur le chemin de la Révolution. Gédéon, homme du peuple cherchant à se présenter aux états généraux pour aider un pays rongé par la misère, veut transformer le pays. Georges, aristocrate qui ne recule devant rien pour arriver à ses fins, veut le détruire. Entre l’amour et la haine, le bien et le mal, quel camp l’emportera ? Et au bout du chemin, qu’adviendra-t-il ? Un enfer sanglant ou une société idéale ?

⌧ CHRONIQUE ⌧

J’ai découvert Taro Nogizaka il y a quelques temps à travers son autre seinen « La Tour Fantôme » et pas de doute, on reconnaît ici sa patte sans le moindre problème. Les dessins sont toujours très soignés, qu’il s’agisse des décors ou des personnages. Le mangaka met aussi bien en valeur la nature que les villes et bâtiments de ce chapitre de notre Histoire, point assez délicat lorsque l’on a grandi et vit encore à l’autre bout du monde par rapport aux lieux de l’intrigue choisie. L’ensemble témoigne d’une extrême rigueur et minutie, mais le travail de documentation ne s’arrête pas à l’architecture puisque l’auteur détaille tout autant les vêtements d’époque et le contexte général dans lequel la France était plongée en l’an 1788.

On découvre un pays dévorée par les inégalités, où la noblesse et le clergé mettent chaque jour un peu plus le peuple à genoux. Les taxes pèsent de plus en plus lourd sur la vie des petites gens qui meurent déjà de faim suite aux ravages des cultures et aux épidémies au sein des troupeaux. L’hiver est là et n’arrange pas les choses. Et les hommes de foi, ceux qui devraient soutenir et encourager le peuple à tenir bon, profitent de leur position pour asseoir leurs privilèges et donner libre court à leurs plus inavouables travers. En ces temps de trouble, nous partons à la rencontre de Gédéon Aymé. Jeune père célibataire, il élève seul sa fille Solange à qui il tient plus que tout. Auteur de pamphlets, il essaie d’éveiller le peuple, de lui montrer une autre façon d’envisager l’avenir, et espère ainsi parvenir à tous les représenter lors des prochains Etats Généraux pour plus de justice et d’égalité parmi les Français. Pour survivre entre deux élans politico-philosophiques, il publie en cachette des écrits érotiques dont il n’est pas aussi fier.

Au cours de ces campagnes, il va retrouver son ami d’enfance, Georges. Aristocrate et Duc de Loire, ce dernier se range du côté de son quasi-frère alors qu’il aurait à priori beaucoup à y perdre si Gédéon parvenait à faire aboutir sa quête. Mais très vite, un malaise grandit entre les deux hommes. Malgré un parcours douloureux, Gédéon garde un côté un peu candide, rêveur et naïf. On a bien du mal à le relier à la révolte qui va bientôt rugir au cœur des campagnes. Quant à Georges, il affiche un physique androgyne tout en courbes délicates et traits fins, qui dissimule d’autant mieux la noirceur de son âme. Froid et sans pitié, il n’hésite pas à mentir et à tromper pour assouvir ses pulsions. Il est délicieusement ambigu et torturé, et on ne peut que se demander comment un jeune garçon sensible et idéaliste a pu devenir aussi violent et calculateur. Car derrière son masque, on sent qu’il cache davantage que cette cicatrice qui lui a valu la désapprobation de son père.

C’est un peu une partie du chat et de la souris qui s’engage entre Gédéon et Georges. Ils se servent l’un de l’autre pour avancer dans leurs projets respectifs et semblent pourtant sincèrement tenir l’un à l’autre malgré les années qui les ont séparés. Mais combien de temps une alliance née dans les non-dits pourra-t-elle durer ?

Taro Nogizaka nous offre un premier tome clair et documenté, avec des personnages complexes et expressifs comme il en a si bien le secret. J’espère qu’il ne tombera pas trop dans le manichéisme entre un Gédéon un brin innocent au milieu de la tumulte naissante et  un Georges volontiers sadique et implacable. Quoi qu’il en soit, ma curiosité est piquée et j’ai hâte de découvrir la suite !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s