Suicide Island, T3 — Kouji Mori

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧
 自殺島

Titre : Suicide Island, Tome 3
Rōmaji : Jisatsutou
Auteur : Kouji MORI
Date de Parution : 23 Mai 2012
Éditeur : Kazé
Nombre de Pages : 224
Prix : 7,69 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Alors qu’il se rend dans la montagne pour chasser le cerf, Sei croise le chemin d’un homme semblant vivre sur l’île depuis longtemps. Ce dernier lui raconte que des criminels ont autrefois été déportés sur cette île, qui devint le théâtre de luttes sanglantes. Suite à cette rencontre, le jeune homme se retrouve à nouveau seul face à la nature hostile… Les conditions extrêmes auxquelles Sei tente de survivre commencent alors à fournir des éléments de réponse à ses questions existentielles et, peu à peu, il retrouve goût à la vie. Pendant ce temps, certains de ses compagnons se préparent à quitter l’île à bord d’une embarcation de fortune…

⌧ CHRONIQUE ⌧

Nouvelle déception !

J’ai réellement l’impression que la série se dégrade… Le dessin pas exceptionnel mais acceptable perd en qualité dans ce tome avec pas mal de personnages qui apparaissent avec un corps nettement atrophié, perdant donc en crédibilité et réalisme.

Sei qui a des pulsions meurtrières alors qu’il était pacifique voire même carrément apathique avant de se décider à partir à la chasse. Changement qui survient en quelques jours…

Des notes explicatives qui si dans le tome 2 étaient sympas et instructives, deviennent clairement intrusives et cassent le rythme de l’intrigue ainsi que l’ambiance instaurée par le dessin et le contexte.

Des aberrations déjà relevées dans le tome 2 qui deviennent malheureusement encore plus prononcées dans ce tome 3. Sei passait son temps enfermé dans sa chambre. Malgré ça, il a réussi à construire seul un arc sans autre outil qu’un couteau qu’on lui a magiquement laissé entre l’hôpital et le débarquement. Il sait quelles plantes sont comestibles ou pas, comment survivre sans source d’eau à proximité, il fait mouche avec ce fameux arc quasiment à chaque fois alors qu’au lycée, il était juste « spectateur » du club de tir et cerise sur le gâteau, il sait bien évidemment comment dresser un chiot à peine sevré à la chasse. Et ce, quand bien même l’animal n’a même pas encore eu le temps d’établir le moindre lien avec lui. Si seulement tous les chiots pouvaient comprendre et obéir si rapidement, ça limiterait certainement le nombre d’abandons dans les refuges…

Une seule partie m’a plu au final. Le passage en flashback sur la vie de Ryô, expliquant enfin pourquoi il s’est retrouvé sur l’île du suicide malgré son apparente force de tempérament.

Quant à la fin et le pseudo-rebondissement… Terriblement prévisible…

Je ne suis pas sûre de continuer la série après cette nouvelle déception. Au prix où sont les mangas, avec la hausse de la TVA en avril dernier en prime… Ça devient franchement rédhibitoire… J’écris rarement des chroniques aussi négatives mais il n’y avait pas moyen de faire autrement. Pareil sur la longueur de celle-ci. Pas moyen d’ajouter d’autres commentaires tellement je suis dépitée de voir le thème partir en live après un début aussi prometteur…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s