Atlantide, T1 — Kevin Emerson

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

Saga : Atlantide, Tome 1
Titre français : Le Code Perdu
Titre original : The Atlanteans • The Lost Code
Auteur : Kevin EMERSON
Date de Parution : 09 Avril 2014
Éditeur : Milan – Macadam
Nombre de Pages : 465
Prix : 15,90 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Il y avait avant. Et il y a maintenant.
Une Terre dévastée par les radiations solaires.
Une civilisation qui a sombré dans le chaos.
Et puis il y a Éden-Ouest, le paradis sous dôme. C’est là qu’Owen va passer ses vacances, sélectionné comme quelques autres. Paradis ? Pas si sûr.
D’abord des blessures étranges. Une mise en garde énigmatique. Une transformation inquiétante…Et une certitude : Owen peut sauver ce qu’il reste de la Terre. À condition qu’il comprenne quel est son rôle. Et comment le jouer…

⌧ CHRONIQUE ⌧

Le monde décrit ici pourrait bien être le nôtre d’ici un siècle. Le trou dans la couche d’ozone a provoqué un réchauffement climatique, une montée des eaux a ravagé les littoraux et les radiations émises par le soleil n’ont jamais été aussi dangereuses pour la peau. Sur cette Terre désertique, les Hommes ont déserté les grandes métropoles d’antan et ont trouvé refuge sous terre, comme Owen et son père. Les ressources se font rares, le rationnement alimentaire réduit au minimum vital et gagner sa vie n’a jamais été aussi épuisant. Quelques privilégiés vivent pourtant comme si rien n’avait changé, à l’abri sous cinq dômes répartis de par le monde : Les « Éden ».

Le père d’Owen souhaite que ce dernier profite un peu de son enfance et l’encourage à s’inscrire au tirage au sort chargé de désigner quelques adolescents extérieurs à Éden-Ouest. Les heureux élus se voient offrir un séjour dans un camp de vacances aux conditions idylliques. Contre toute attente, Owen l’emporte et nous suivons ainsi son quotidien au sein du camp, parmi d’autres jeunes et des animateurs. Son groupe connaît un petit tyran comme c’est souvent le cas. Sangsue l’ignore la plupart du temps mais est sans répit pour quelques autres. Chouchou du directeur du camp, il se croit tout permis et prend un malin plaisir à affubler ses compagnons de chambre de surnoms ridicules et à leur pourrir la vie sans raison. Kevin Emerson nous livre ici la parfaite tête à claques !

De son côté, Owen est un garçon plutôt tranquille. La malnutrition ne lui a pas assuré un corps de rêve et cela ne l’aide pas à s’intégrer lors des épreuves de natation. Il n’est ni soumis ni volontairement solitaire, mais n’ayant pas l’habitude de telles interactions sociales, il ne sait pas trop comment s’y prendre et personne ne lui accorde la moindre chance de s’ouvrir aux autres. Il compte donc les jours le séparant de son retour auprès de son père à Yellowstone Hub, la cité souterraine, sans faire de vagues ni se plaindre.

Lors d’une compétition de natation dans les eaux du lac d’Éden-Ouest, Owen est pris d’une crampe et se noie. Secouru de justesse par Lilly, une animatrice-stagiaire, il se retrouve à l’infirmerie et découvre d’étranges blessures sur son cou. Vu le titre du livre et le contexte global, il ne m’a pas été très difficile de deviner ce qui se cachait sous ce point. Mais suivre les pensées d’Owen, son évolution, était très intéressant et bien amené par l’auteur. Le personnage principal n’en est devenu que plus attachant, et sa quête d’intégration encore plus complexe. Pourtant, dans l’adversité, il va trouver des alliés là où il s’y attendait le moins… mais se faire d’implacables ennemis dans la foulée !

En creusant pour découvrir le pourquoi du comment des transformations qu’il subit, Owen va réaliser que malgré son nom, Éden est loin d’être un paradis sur terre. Derrière des gamins insouciants se cachent un directeur dérangeant, un médecin tourmenté et des techniciens d’une froideur intransigeante malgré le rayonnement solaire. Avec d’autres jeunes connaissant un sort similaire au sien, Owen va percer de sombres secrets qui l’amèneront à reconsidérer le monde tel qu’il le connaît.

Kevin Emerson exploite ici avec brio le mythe de l’Atlantide et dresse un parallèle aussi surprenant que passionnant entre l’antique civilisation des Atlantes et la nôtre. Si au début, l’action est un peu lente à démarrer, elle finit par décoller pour ne plus nous quitter. L’auteur mêle adroitement mythologies et sciences, insouciance et horreur, amours amitiés et jalousies, et nous montre que la vérité se cache toujours derrière des concepts manichéens erronés.

Une mention spéciale pour le jeu proie-prédateur qui reflète à merveille l’ambiance des camps de vacances et nous offre avec humour une bouffée d’oxygène, avant que l’intrigue ne prenne un tournant décisif. À mi-chemin entre un Indiana Jones des temps modernes et les Mystérieuses Cités d’Or, Kevin Emerson nous lance à la recherche du Code Perdu et de sa signification, dans une quête effrénée riche en rebondissements et en virages renversants. Le tout dans une dystopie d’autant plus inquiétante qu’elle paraît plausible sur bien des points vu le contexte environnemental actuel.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s