Suicide Island, T1 — Kouji Mori

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧
 自殺島

Titre : Suicide Island, Tome 1
Rōmaji : Jisatsutou
Auteur : Kouji MORI
Date de Parution : 17 Novembre 2011
Éditeur : Kazé
Nombre de Pages : 224
Prix : 7,50 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

« Si je ne peux pas mourir, je n’ai alors pas d’autre choix que de vivre ».
Hospitalisé après une tentative de suicide, Sei se réveille sur une île coupée de la civilisation où la société japonaise exile les suicidaires récidivistes. Avec ses compagnons, tous plus fragiles et torturés les uns que les autres, il va devoir se battre pour survivre dans cet environnement hostile et trouver en lui-même la force de tenir bon, coûte que coûte.

⌧ CHRONIQUE ⌧

J’ai tout d’abord été interpelée par le titre de ce manga, puis par sa belle couverture aux tons ternes et déprimants, nous mettant directement dans l’ambiance de ce seinen. Le suicide est en effet un gros problème au Japon, société soumise à un stress quotidien et aux harcèlements moraux et physiques très fréquents. Suicide Island tape donc d’emblée là où ça fait mal mais il le fait avec tact et pudeur. On est loin des massacres à la « Battle Royale » même s’il y a tout de même quelques images « dures » comme à l’arrivée des suicidaires sur l’île. Le mangaka semble privilégier la psychologie, le caractère de ses personnages pour mon plus grand plaisir. Voir des scènes de violence gratuite juste pour le plaisir de montrer du sang et du gore, je n’adhère pas vraiment…

Kouji Mori a abordé toutes sortes de réactions face à cet exil aussi involontaire qu’imprévu. Il y en a qui abandonnent dès le départ, d’autres qui veulent se battre contre ce destin qu’on leur impose, mais beaucoup hésitent, sont perdus, ne savent que faire ni comment réagir, préférant voir en Ryô un meneur à suivre comme autant de moutons suivant le troupeau… Sei, le héros, n’appartient réellement à aucun des groupes qui se mettent en place. Il ne trouve pas sa place et se tourmente plus que de raison.

Face au manque de nourriture, les instincts les plus primaires se réveillent et Sei se retrouve enfermé dans la spirale infernale l’ayant mené droit à l’hôpital en tant que récidiviste. Il recommence à se couper avant de se reprendre en mains comme à chaque fois. Quoi qu’il en dise, il se bat pour rester en vie, ce qui est vraiment contradictoire pour un suicidaire, mais il le réalise lui-même peu à peu et c’est un tout nouveau Sei déterminé et remontant la pente que l’on trouve à la fin de ce premier tome prometteur.

⌧ BANDE-ANNONCE ⌧

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s