La Trilogie de l’Empire – Tome 1 : Fille de l’Empire

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

Saga : La Trilogie de l’Empire – Tome 1
Titre français : Fille de l’Empire
Titre original : Daughter of the Empire
Auteurs : Raymond E. FEIST & Janny WURTS
Date de Parution : 22 Février 2013
Éditeur : Milady
Nombre de Pages : 573
Prix : 10,20€

⌧ SYNOPSIS ⌧

Elle s’appelle Mara. Elle devait rentrer au couvent pour le reste de sa vie, mais le destin en a décidé autrement. La mort de son père et de son frère la propulse du jour au lendemain à la tête du clan Acoma, l’une des familles les plus prestigieuses de l’empire.
Un empire où les luttes de pouvoir entre les nobles ont une telle importance qu’elles portent un nom : le jeu du Conseil. Intrigues, complots, alliances : tous les coups sont permis. Dans ce monde d’hommes, que peut une jeune femme comme Mara pour restaurer l’influence de sa maison, sans risquer l’assassinat ?
Seul un pari désespéré pourrait lui permettre d’échapper aux manigances de ses rivaux…

⌧ CHRONIQUE ⌧

Dès les premières pages, c’est le dépaysement assuré ! Nous voici plongés en plein cœur de Kelewan, un monde aux fortes saveurs asiatiques à l’image d’un Japon médiéval parallèle. Un monde riche dans ses paysages, ses us et coutumes, et ses ressources, où tout repose sur l’honneur des grandes familles. Un monde peuplé d’ambitieux, prêts à coloniser un monde de barbares sanglants de l’autre côté d’une Faille magique, peu importe le prix à payer… Si tout n’est pas dit dans ce premier tome, on sent d’emblée le solide potentiel de cet univers soigneusement dépeint. Un vrai délice dont j’ai hâte de découvrir tous les tenants et aboutissants puisqu’il me reste encore deux autres tomes à parcourir. Rien que pour l’ambiance originale du récit et les lieux que l’on n’a absolument aucune peine à visualiser, ce roman vaut le détour. Ajoutez-y une jeune fille qui va démontrer une force incroyable face à l’adversité et une trame générale tissée de fil en aiguille, et l’envoûtement est total !

Nous partons ainsi à la rencontre de Mara, une jeune fille de seize ans qui s’apprête, de son plein gré, à rentrer au couvent au service de la déesse Lashima. Malheureusement, un terrible drame la frappe juste avant qu’elle ne prononce ses vœux et sa vie change de tout au tout. De fille et sœur choyée et aimée, elle se retrouve dernière héritière d’une noble lignée, avec pour lourde responsabilité de non seulement assurer la pérennité du clan Acoma mais aussi de se venger des traîtres responsables de son double deuil. Si le domaine est encore intact et riche en ressources agricoles et financières, son armée a été décimée et ce n’est plus qu’une question de jours avant que le reste de l’empire apprenne à quel point Mara est vulnérable. Et les intrigants avides d’entrer parmi les Cinq Grandes Familles sont légions…

La civilisation décrite ici est terriblement codée, au-delà de tout ce que l’on peut connaître. Tout repose sur la notion d’honneur, mais l’honneur lui-même ne dépend en fait que de la ruse et de la subtilité des tactiques lancées contre les clans ennemis. Les lois sont implacables envers le moindre manquement à l’Étiquette, et pourtant, meurtres et complots sont fortement encouragés selon la logique du « pas vu, pas pris ». Tout est question d’apparences, de menaces voilées, de manœuvres sournoises où les intérêts changent aussi souvent que la direction du vent. Des guerres de sang ravagent des familles entières pour des conflits dont on ne connaît finalement même plus l’origine…

Mara, jeune fille naïve, débarque dans le jeu du Conseil. Les enjeux sont énormes et sa situation paraît désespérée. Ses plans le seront tout autant, et les enchères de plus en plus élevées. Si elle tombe dans les mains de l’ennemi, c’est la fin de sa famille et celle-ci entraînera tous ses serviteurs dans sa chute, selon les vieux codes de l’empire où l’on n’a aucune pitié pour les perdants. Peu importe alors les bons et loyaux services qu’ils auraient pu rendre par le passé. Un univers terriblement masculin où Mara est d’office insultée et sous-estimée. Mais ce que ni elle ni son domaine n’ont pour le moment : une force de frappe, elle le compensera à travers ses charmes féminins et sa grande intelligence. De nombreuses trahisons sont à craindre et arrivent bel et bien, mais elle tient bon. Elle est comme le phare inébranlable d’une île en pleine tempête et ne montre jamais à quel point elle se sent piégée et dévastée. Patience, maturité et clairvoyance deviendront ses maîtres-mots et quand de nombreux citoyens tsuranni se montreront lâches et perfides, Mara apprendra à manier les codes et la tradition en toute élégance, à l’image de la plus belle plante vénéneuse dont on ne soupçonne pas la menace avant d’y avoir goûté.

Malgré ses propres manigances, la jeune femme reste terriblement attachante et sympathique. Elle garde une âme pure, elle cherche juste à survivre dans un monde violent et sans pitié. Elle évolue pas-à-pas au milieu de ce bal masqué implacable où l’on écrase des ennemis ancestraux avec un sourire avant de mieux s’attaquer aux prochains…

Des noms spécifiques à l’univers pourraient en dérouter quelques-uns au début. Mais il est réellement facile de déduire quelle créature se cache derrière tel mot grâce au contexte, au sein-même de la phrase où on le trouve. Et au final, cela ne fait que repousser plus loin les limites de l’expérience tsuranni. Quelques pistes sont également introduites dans ce premier tome, mais on sent que leur potentiel n’est qu’effleuré et j’ai hâte de voir ce qu’elles révéleront à l’avenir !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s