Rock Star Vampire — Yves Bulteau

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

Titre : Rock Star Vampire
Auteur : Yves BULTEAU
Date de Parution : 13 Septembre 2013
Éditeur :  Le Pré aux Clercs – Pandore
Nombre de Pages : 377
Prix : 16 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Selma a 17 ans. Ses sensations sont celles d’un fauve, sa force physique est surhumaine. Elle aime le goût du sang et ne supporte pas la lumière du soleil. Ses parents lui cachent-ils quelque chose de grave, comme une maladie incurable ? La nuit lui inspire des chansons étranges qu’elle poste sur le net. Découverte sur Youtube par un producteur avisé, Selma rejoint un groupe de rock, mené par un jeune guitariste de génie au charme envoûtant. Mais la force sombre qui possède Selma lui interdit d’aimer…

⌧ CHRONIQUE ⌧

Selma est différente et en est douloureusement consciente. Toute petite déjà, elle avait cet étrange attrait pour la viande crue et le sang, quand les enfants de son âge se ruent sur tout ce qui est sucré. Elle n’a jamais froid et n’a besoin que de très peu d’heures de sommeil. En revanche, elle supporte mal une trop forte luminosité. Un cas inhabituel que même les meilleurs médecins ne parviennent pas à décrypter. Et plus le temps passe, plus ces différences s’accentuent…

Selma a maintenant dix-sept ans, mais ne trouve plus sa place au lycée. Quand un producteur débarque chez elle un beau jour pour lui proposer un contrat, elle n’en revient pas. Elle surveillait les visionnages de ses chansons postées sur Youtube, mais plus par curiosité qu’autre chose. Ses chansons dont les paroles lui viennent la nuit quand le reste du monde est paisiblement endormi, des chansons aux accords étranges et non conventionnels, comme issus d’un autre monde.

Ses parents finissent par accepter et Selma s’installe avec les trois autres membres de leur futur groupe : Lisa la blondinette batteuse qui ne tient pas en place, Shon le bassiste, tranquille et désordonné, et surtout Rik le guitariste qui sait mieux que quiconque perfectionner les mélodies de Selma. Rik à la patience infinie, Rik le professeur, Rik le compatissant, le prévenant, le solidaire, l’ami, le confident… et plus encore ?

Selma découvre un avant-goût de la vie d’adulte, son indépendance et les responsabilités qui vont avec. Le quatuor s’entend bien, il progresse tout autant pendant les répétitions ; tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes. L’intrigue est jusqu’ici assez calme et répétitive, mais elle n’en reste pas moins agréable à parcourir, et une fois le livre refermé, elle me paraît en effet très importante pour bien comprendre les liens qui unissent Selma à Rik, tout comme les doutes et les espoirs de cette première. L’auteur arrive habilement à masquer le mot que nous attendons tous : vampire. J’ai apprécié cette petite partie de cache-cache, qui reflète tant la vraie vie où nous craignons souvent d’affronter nos peurs les plus profondes.

Le groupe connaît son apogée et un premier concert… Mais l’univers de Selma bascule d’un instant à l’autre, sans crier gare. Frappée par un drame innommable, elle n’a alors de cesse de découvrir l’origine de sa condition. Elle ne peut plus se contenter d’hypothèses ou d’illusions, elle ne peut plus se mentir. Elle se lance dans une sorte de quête initiatique, où les dernières certitudes qu’elle avait dans la vie s’écroulent elles-aussi. Rik insiste pour l’aider, prend ses distances, revient, se met en danger… Leur relation est ambigüe et navigue entre peur et attraction.

Malheureusement, Selma va se retrouver submergée par la vérité. En tirant sur un bout de fil, elle a mis à mal une tapisserie très fragile et une véritable course contre la montre s’engage alors. Parviendra-t-elle à rectifier ses erreurs, à mettre fin à ses maladresses involontaires ? Ou est-elle condamnée à perdre un peu plus encore ?

La fin reste très ouverte et pourrait sembler trop facile. Mais la force physique de Selma, qui paraît par moment sans limites, est compensée par son manque d’assurance et de confiance en elle. Privée de ses racines, elle se cherche et nous apparaît très humaine et attachante. La mythologie abordée manque par certains côtés de profondeur, mais a le mérite de nous présenter une vision différente du monde des « vampires ». L’action de cette seconde partie est menée tambours battants et nous offre plusieurs rebondissements.

Pour paraphraser l’intrigue que nous propose ici Yves Bulteau, je citerai Spiderman : « Avec de grands pouvoirs viennent de grandes responsabilités ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s