Coeurs Vaillants, Tome 1 — Nina Rowan

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

Saga : Cœurs Vaillants – Tome 1
● Titre français : L’Équation Amoureuse
Titre original : A Study in Seduction
Auteur : Nina ROWAN
Date de Parution : 24 Janvier 2014
Éditeur : Milady Romance – Pemberley
Nombre de Pages : 395
Prix : 7,90 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Le vicomte Alexander Hall a fait l’acquisition d’un médaillon dans une boutique de prêteur sur gages. Il ne se doute pas une seule seconde que cet objet rare a une valeur sentimentale aux yeux de la ravissante Lydia, qui a un don incroyable pour les mathématiques. En bon gentleman, Alexander devrait lui restituer ce bijou de famille sans rien demander en échange. Mais il est curieux de voir jusqu’où est capable d’aller cette intrépide beauté à l’intelligence remarquable.

⌧ CHRONIQUE ⌧

Lydia vit seule avec sa jeune sœur et sa grand-mère. Ses parents sont décédés et les finances des Kellaway commencent à sérieusement décliner. Quand Lydia réalise que sa grand-mère a mis en gage un bijou cher à son cœur (un pendentif asiatique unique – héritage de ses parents), elle n’hésite pas à se présenter chez son nouveau possesseur à une heure indue et a entamé les négociations pour le récupérer. Malheureusement, le vicomte Alexander Hall ne semble pas décidé à se montrer arrangeant. Ce n’est pas une question d’argent; sa famille est bien nantie malgré le scandale les ayant récemment déchirés. L’homme à la tête de bien des responsabilités est immédiatement attiré par Lydia malgré ses vêtements austères, particulièrement par son intelligence mathématique hors normes – bien que de telles prouesses soient jugées inconvenantes pour une jeune femme à cette époque.

S’engagent alors divers affrontements de regards et de répliques. Lydia s’entête à lui proposer de résoudre des problèmes mathématiques, promettant une dette de plus en sa faveur s’il trouve la réponse et la restitution du bijou si elle venait en contrepartie à gagner le pari. Mais les apparences sont bien plus qu’il n’y paraît, tant chez l’un que chez l’autre. Alexander porte sur les épaules les conséquences du comportement de sa mère, Lydia le poids de la maladie ayant emporté la sienne. Le premier se montre arrogant et sûr de lui, Lydia butée et secrète. Si la vie du premier est largement étalée par de nombreuses rumeurs, la jeune femme s’entête à rester en retrait et à ne s’inquiéter que de sa petite sœur. Les deux devraient être mariés à leur âge et vont progressivement se rapprocher au fil de leurs challenges. Des liens vont se tisser entre eux, la petite sœur Jane, les frères et sœur d’Alexander. Les vérités se font, de ce fait, de plus en plus difficiles à révéler.

« L’Équation Amoureuse » nous relate une belle histoire d’amour, compliquée et ne répondant pas aux mœurs rigides de son époque. Elle nous présente un petit groupe de personnages aussi attachants les uns que les autres, et un mystérieux interlocuteur qui communique en secret avec la petite Jane. Le passé refait surface au moment où Lydia s’y attend le moins, quand elle s’autorise enfin à vivre un peu pour elle-même. L’incompréhension croît entre elle et son entourage. Trouvera-t-elle la rédemption, le bonheur ?

Les sentiments des protagonistes m’ont paru évoluer de manière très naturelle. Quelques courts passages mathématiques me sont restés complètement obscurs (les équations et moi, c’est une longue histoire de désamour…), mais ils ne sont toutefois pas assez nombreux pour constituer un point négatif. Ils renforcent au contraire ce sentiment d’intelligence inaccessible présent en Lydia. Les joutes verbales de deux célibataires font souvent sourire et quelques passages passionnés mettent en évidence le feu intérieur qui dévore Alexander et Lydia à force de trop faire ce que l’on attend d’eux.

Je fais ici mes premiers pas en matière de romance historique, et même si j’avais entrevu certains éléments du dénouement, je ne regrette assurément pas cette incursion dans l’univers londonien. Je suivrai la suite de cette saga avec intérêt, d’autant plus que je me demande sur quoi l’auteur va bien pouvoir rebondir, ce premier tome pouvant sans problème passer pour un one-shot.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s