Les 100, Tome 1 — Kass Morgan

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

● Titre français : Les 100 • Tome 1
Titre original : The Hundred • Book 1
Auteur : Kass MORGAN
Date de Parution : 23 Janvier 2014
Éditeur : Robert Laffont – Collection R
Nombre de Pages : 364 pages
Prix : 17,90 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Ils sont 100, tous mineurs, tous accusés de crimes passibles de la peine de mort.
Après des centaines d’années d’exil dans l’espace, le Conseil leur accorde une seconde chance qu’ils n’ont pas le droit de refuser : retourner sur Terre. Seulement, là-bas, l’atmosphère est toujours potentiellement radioactive et à peine débarqués, les 100 risquent de mourir.
Amours, haines, secrets enfouis et trahisons. Comment se racheter une conduite quand on n’a plus que quelques heures à vivre ?

⌧ CHRONIQUE ⌧

Ce roman m’a un peu déstabilisée dans un premier temps. La quatrième de couverture m’avait fait imaginer une lutte contre-la-montre pour la survie, des affrontements assez violents puisqu’on a affaire à des délinquants. Le côté « sans foi ni loi » ne transparaît pas trop dans ce premier tome qui se veut plutôt introductif.

On y découvre les personnages principaux : Clarke & Wells, Glass & Luke, Bellamy & Octavia. Les premiers jouent au chat et à la souris par la force des choses ; les seconds se retrouvent après un drame dont Luke n’a pas encore conscience ; les derniers sont les seuls frère et sœur répertoriés sur la station spatiale où l’humanité a trouvé refuge après une guerre nucléaire et où les naissances sont très sévèrement contrôlées.

Trois castes divisent cette société, portant le nom de leur section : Phoenix (l’élite), Arcadia, et Walden (la classe ouvrière). À la tête de ces humains exilés de la Terre depuis plus de trois cents ans, on trouve un chancelier (le père de Wells), un vice-chancelier et le Conseil, censé préserver l’équilibre de la démocratie. L’organisation est pourtant inégalitaire, les ressources – généreusement distribuées chez les Phoeniciens – sont durement rationnées pour les autres. La plupart des infractions à la loi sont punies par la peine de mort. Bref, tous les ingrédients sont là pour faire naître les tensions et les injustices, la grogne du peuple contre les privilèges d’une minorité.

À la veille de leur majorité et du second procès qui soit les graciera soit les condamnera à une injection létale, cent jeunes placés en Isolement sont embarqués bon gré mal gré à bord d’une navette en mauvais état pour rentrer sur Terre et ainsi permettre aux scientifiques de faire le point sur le niveau de radiation et la viabilité d’une recolonisation de la planète. Après un atterrissage chaotique et violent viennent les premières morts, et de petites luttes intestines s’engagent entre les personnalités les plus marquées.

Wells a volontairement commis un délit dans le seul et unique but d’être envoyé sur Terre ; il veut retrouver et protéger Clarke, une apprentie-médecin dont il a provoqué la déchéance et l’arrestation sur Phoenix. Bellamy a suivi le mouvement ; il est passé en force parmi les gardes pour embarquer aux côtés de sa petite sœur qui lui tient tant à cœur. Quant à Glass, elle a emprunté le chemin inverse. Elle est parvenue à profiter d’une diversion inespérée pour rejoindre Luke et lui faire ses adieux. Quitte à mourir, en restant à l’Isolement ou en étant envoyée sur Terre, elle décide de le faire à sa façon.

Nous voilà avec un beau panel de fortes têtes, et pourtant, l’action reste assez gentillette et limitée dans ce premier tome. Tout tourne autour des relations amoureuses ou fraternelles, et chaque chapitre est ponctué par des rétrospectives où nous apprenons petit à petit comment les jeunes exilés en sont arrivés là. Kass Morgan se focalise sur le réseau social qui unit ses différents protagonistes, sur leur passé, avant d’entrer dans le vif du sujet dans les derniers chapitres. Le slogan « Menteurs, voleurs, rebelles, héros » prend pleinement son sens et l’action décolle, sur Terre comme dans l’espace.

Certaines révélations m’ont vraiment fait froid dans le dos et m’ont fait considérer quelques personnages tout autrement. Les apparences sont trompeuses et les plus innocents sont parfois ceux qui ont les mains les plus sales… La romance laisse place au suspense, et le double cliffhanger de la fin est assez frustrant quand on n’a pas de suite le second tome sous la main !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s