Violante, ou le bal des scélérats — Édouard Bernadac

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

● Titre : Violante, ou le bal des scélérats
Auteur : Édouard BERNADAC
Date de Parution : 09 Octobre 2014
Éditeur : Éditions Prisma
Nombre de Pages : 260
Prix : 19,95 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Toulouse, 1608. Violante, jeune et belle veuve d’origine catalane, est trop libre pour son époque. Son charme fait des ravages parmi les hommes qui l’entourent. Dans une société qui ne lui offre pas d’autre statut que ceux de femme mariée ou de prostituée, la séduisante rebelle tente de survivre coûte que coûte. Alors que la peste bubonique rôde dans la région, son destin bascule dans la tragédie.

Violante, une femme fatale au cœur du XVIIe siècle – Un roman basé sur une histoire vraie

⌧ CHRONIQUE ⌧

Le roman commence comme un manuel d’Histoire. L’auteur nous relate l’épidémie de peste ayant atteint Toulouse au début du XVIIe siècle, mais expose davantage des faits qu’il ne les met en scène. En refermant ce livre, j’ai été assez surprise de constater que la maladie évoquée dès l’introduction restait finalement en arrière-plan de l’intrigue. Le fondu avec lequel Édouard Bernadac enchaîne sur la rencontre du lecteur avec Violante, son héroïne, reste très intéressant. On se serait cru en plein travelling avant sur un plateau de cinéma ! (L’enchaînement des chapitres n’est par contre pas toujours aussi fluide) Nous faisons ensuite  la connaissance de quatre hommes assistant à la réception : un notaire, un vieux conseiller, un prêtre et un étudiant sans le sou. Les quatre amants de la jeune femme.

« Violante ou le bal des scélérats » s’appuie sur une histoire vraie. La jeune catalane est souvent dépeinte comme la première femme fatale. Mais quitte à sortir cette carte, il aurait peut-être été judicieux d’ajouter quelques notes en bas de page, pour des termes d’époque comme « capitouls » ou « bouton de géhenne », par exemple. Il n’est jamais très agréable de devoir interrompre une lecture pour effectuer des recherches dans le dictionnaire ou sur Google, et je fais partie des grands maniaques qui veulent connaître chaque terme pour être sûrs de comprendre exactement ce qui se passe dans un roman.

Violante est jeune mais déjà veuve. Elle aime accorder ses faveurs à plusieurs prétendants afin de parfaire sa vision de l’homme idéal. Dagoucin, Saffredant, Joaquin et Dancolas sont tous les quatre très différents et l’on comprend assez facilement en quoi ils se complètent dans l’esprit de la jeune libertine. En ces temps, on n’accordait malheureusement que deux chemins dans la vie d’une femme : le mariage ou la prostitution. Et malgré son charme envoûtant, Violante – ayant déjà connu la première position – ne constitue plus vraiment un bon parti. Le scandale guette chacun d’eux et la question est réglée par un mariage hâtif avec un avocat des environs : Pierre Morain. Ce qui apparaissait au départ comme la solution idéale vire rapidement au cauchemar. Morain cachait bien son jeu : c’est un homme violent, au bord de la faillite. Engluée par les liens du mariage, Violante est prisonnière de son destin et en appelle au secours auprès de ses amants.

J’ai été très intriguée par ce roman et par le vécu de Violante de Bats du Chasteau. Je n’ai cependant eu aucune sympathie pour les personnages. Comme le titre l’indique, on a affaire à des scélérats, des hommes qui se prétendent fous amoureux mais qui refusent d’assumer leurs responsabilités. Pourquoi quitter le confort d’une situation quand on peut jeter la balle à un tiers ? Ils se défilent tous derrière des excuses de moins en moins valables et laissent Violante dans le désarroi. Violante qui devient elle aussi de plus en plus méprisable dans son égocentrisme. Je l’ai plainte pendant un temps, mais au final, je suis tentée de dire qu’elle illustre parfaitement l’expression « qui se ressemble s’assemble ». Ils portent tous des masques en société pour tenter de dissimuler leurs intérêts personnels dans les différentes alliances qu’ils convoitent.

Outre le point de vue historique, l’intérêt de ce livre est réel. Même si l’enquête donnant un rythme à l’intrigue arrive assez tard, on a du mal à se figurer comment tout cela va finir. Lequel de ces quatre hommes gagnera-t-il le cœur de la jeune femme ? Qui fera enfin preuve d’un peu de courage ? Ils vont tous les cinq se prêter à une sorte de jeu des chaises musicales, mais Violante exerce une telle aura sur son entourage qu’on est en droit de se demander s’ils ne s’y brûleront pas plutôt les ailes… Je n’en dis pas plus… à vous de découvrir la suite si l’aventure vous tente !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s