Daisy, Lycéennes à Fukushima T2

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧
デイジー ~3.11女子高生たちの選択~

Titre : Daisy, Lycéennes à Fukushima – Tome 2
● Rōmaji : Daisy – 3.11 Joshikouseitachi no Sentaku
Auteur : Reiko MOMOCHI
Date de Parution : 03 Juillet 2014
Éditeur : Akata
Nombre de Pages : 170
Prix : 6,95 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Les mois ont passé depuis le tsunami qui a ravagé Fukushima… Mais pour Fumi, le quotidien est toujours rempli d’incertitudes. La fin de l’année scolaire approche inexorablement, et avec elle, la fin du lycée et le début d’une nouvelle vie… La pression monte pour la jeune lycéenne, qui ne sait pas encore ce qu’elle veut pour son propre futur. Doit-elle rester à Fukushima, ou peut-être fuir avec « lâcheté » sa région natale ? Pourtant, ses amies, elles, semblent trouver chacune leur tour les réponses à leurs angoisses intimes, et se donnent les moyens de réaliser leurs rêves. Alors, pourquoi est-elle la dernière à rester paralysée par cet avenir qui s’annonce ? Sa rencontre avec un groupe de bénévoles lui permettra heureusement de retrouver le chemin… son propre chemin !

⌧ CHRONIQUE ⌧

Dans cette suite et fin, nous continuons à explorer le combat quotidien des familles vivant aux alentours de Fukushima. Après l’incident évoqué en fin de premier tome, Moé a quitté la région pour se reconstruire. Le groupe qu’elle formait avec Fumi, Ayaka et Mayu se retrouve ainsi amputé d’un membre alors que l’équilibre de chacun est si précaire. On constate très rapidement que Fumi culpabilise et s’inquiète de ne pas trouver sa voie comme ses deux autres amies. Mais le bénévolat qu’elles entreprennent au camp de réfugiés voisin va étayer encore davantage les liens déjà si forts qui les unissaient. Il leur permettra à toutes de s’épanouir et de réaliser qu’en dépit des faits et des apparences, elles n’ont pas tant perdu que ça comparé à d’autres.

Reiko Momochi remporte le pari inouï de montrer combien la population est mal informée sur la situation générale et l’évolution de la pollution nucléaire, combien le gouvernement profite petit à petit du temps qui passe pour se convaincre que tout revient à la normale, alors même qu’ils n’ont jamais mis un pied dans la région ou échangé avec les populations sinistrées. Le camp qu’elle nous présente dans ce second tome m’a profondément émue. Il y a tous ces jeunes le sourire aux lèvres alors qu’ils n’ont plus rien, d’autres qui simulent pour rassurer leur entourage. Certains se tournent tant bien que mal vers l’avenir tandis que les personnes plus âgées s’accrochent désespérément à leurs souvenirs, à un passé définitivement révolu auquel elles ne parviennent toutefois pas à renoncer.

La mangaka a à nouveau trouvé le ton juste : solidaire et touchant sans verser dans le misérabilisme. Elle expose concrètement ce qu’il en est et je me suis retrouvée plus d’une fois avec une boule dans la gorge en songeant qu’au cœur de cette narration se trouvent des histoires vraies, inspirées des témoignages recueillis sur place par Reiko Momochi. Cette dernière n’a décidément pas sa pareille pour toucher ses lecteurs et amener un véritable travail de réflexion et de prise de conscience. Ses personnages authentiques ne peuvent que nous interpeler, on se sent proches de chacun d’eux… et tellement impuissants face à ce qu’ils traversent…

S’il n’existe pas de solution miracle à cette catastrophe humaine et écologique, ce diptyque laisse tout de même entrevoir une lueur d’espoir. La réhabilitation de la région ne fait que commencer et nous avons malheureusement tous tendance à l’oublier, d’autant plus facilement que nous vivons si loin du Japon.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s