Your Lie in April, Tome 2

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧
四月は君の嘘

Titre : Your Lie in April – Tome 2/11
● Rōmaji : Shigatsu wa kimi no uso
Auteur : Naoshi ARAKAWA
Date de Parution : 09 Avril 2015
Éditeur : Ki-oon
Nombre de Pages : 193
Prix : 6,60 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Invité en tant qu’ami de service à un rendez-vous arrangé, Kôsei fait la rencontre de Kaori, une violoniste talentueuse et pleine de vie qui l’oblige à renouer avec le monde de la musique. Et pour cause : la demoiselle semble bien décidée à faire de lui son accompagnateur officiel pour la suite du concours Towa !

Malgré le refus du jeune garçon, Kaori ne se démonte pas et finit par le convaincre de remonter sur scène. Seul problème, et de taille : Kôsei ne s’entend toujours pas jouer… Dans ces conditions, ont-ils vraiment une chance de passer les éliminatoires ?

⌧ CHRONIQUE ⌧

Je suis très heureuse d’avoir pu aussi vite retrouver Kaori et Kôsei ! Deuxième tome de Your Lie in April et je suis déjà rodée : avant de commencer ma lecture, je me faufile entre les pages pour dénicher le QR code sans me spoiler au passage. La musique s’élève doucement de mon smartphone, je suis prête !

Kaori est parvenue à traîner Kôsei au concours Towa, mais pourra-t-il vraiment jouer les accompagnateurs avec son terrible blocage ? La violoniste paraît confiante, pourtant rien n’est moins sûr… La peur de ne plus entendre le piano, de faire défaut à son amie, de se faire huer par le public, et les souvenirs de sa mère qui remontent à nouveau à la surface… La pression est énorme pour Kôsei qui est conscient des enjeux de sa prestation sur la carrière de Kaori tout comme de la fascination qu’elle exerce sur tous les spectateurs. Dès le début, il craint de tout gâcher.

Les dessins de Naoshi Arakawa dégagent toujours énormément de vie et de passion chaque fois que les doigts de nos deux protagonistes effleurent un instrument. C’est une expérience unique pour moi qui ai pourtant lu des milliers de mangas depuis l’adolescence. Et parcourir ces pages avec la bande-son en parallèle me permet de complètement m’immerger dans l’univers.

Il est maintenant évident que Kaori cache quelque chose de grave à son trio d’amis. Naoshi Arakawa se montre particulièrement habile : il nous dévoile de tout petits détails pour mieux protéger les secrets de ses personnages et captiver notre intérêt. La narration est aussi particulière que dans le premier tome puisque dans celui-ci, on passe du concours à divers souvenirs d’enfance, sans oublier de faire un crochet par de courtes tranches de vie au lycée, avant de revenir sur le final du concours que l’auteur avait écourté pour plus d’effets. Le style n’en est pas brouillon pour autant ; c’est un pli à prendre qui a l’avantage de renforcer l’originalité de l’œuvre.

À travers cette épreuve musicale, les liens que tissent Kaori et Kôsei se ramifient et se complexifient. Ce dernier cherche encore par moment à la fuir, mais il se laisse progressivement contaminer par la joie de vivre et l’énergie de la jeune fille. Cette belle complicité naissante aboutira-t-elle un jour à des sentiments plus profonds, plus intimes… et réciproques ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s