L’Ouroboros d’Argent — Ophélie Bruneau

⌧ FICHE TECHNIQUE ⌧

● Titre : L’Ouroboros d’Argent
Auteur : Ophélie BRUNEAU
Date de Parution : 01 Juin 2013
Éditeur : Éditions du Chat Noir
Nombre de Pages : 258
Prix : 17,90 €

⌧ SYNOPSIS ⌧

Axel est généreux. Axel est amoureux. Axel est trop gentil. Aujourd’hui, il doit traverser la France pour acheminer un héritage. Célia est fière. Célia est implacable. Célia est un loup-garou. Secondée par deux jeunes de sa meute, elle doit retrouver l’objet responsable d’une vieille malédiction. À la croisée des chemins, le piège se referme dans le Massif Central. Prête à tout pour mener à bien sa mission, Célia n’hésitera pas à détruire la vie d’Axel s’il le faut. Le jeune homme a de la résistance à revendre et des amis prêts à l’aider. Pourtant, cette fois, il pourrait bien finir broyé au nom de l’Ouroboros d’argent. L’artefact vaut-il seulement tous ces sacrifices ?

⌧ CHRONIQUE ⌧

Axel connaît une vie stable et tranquille, entre son métier d’animateur auprès de jeunes enfants, sa petite-amie avec qui il vit une relation épanouissante, son colocataire (malgré son comportement étrange) et la petite maison que lui ont léguée ses parents. C’est un homme bon et sincère, gentil et patient. Bref, à la limite de la perfection si ce n’est que comme tout un chacun, il a enfoui certains secrets en lui. Des secrets lourds et étouffants qui vont bientôt refaire surface malgré lui.

À trois heures de route de là, Celia – au caractère à mi-chemin entre le cochon et la vipère : autoritaire, indisciplinée et un brin condescendante quand elle est dans une mauvaise passe. Quand elle se fixe un objectif, elle va droit au but. Pas de détours, pas vraiment de négociations, c’est la main de fer sans le gant de velours. Alors quand l’objectif en question touche à son grand-père bien-aimé, privé de ses pouvoirs de métamorphe depuis une vieille querelle il y a de cela trois décennies, plus rien d’autre n’a d’importance.

Axel va malencontreusement se trouver sur sa ligne de mire et se retrouver coincé dans une étrange course-poursuite au cœur du Massif Central, où il voguera entre prises d’otage, multiples métamorphoses, problèmes de cœur et de loyauté, sans compter qu’en voulant éviter Charybde, il tombera net dans la gueule de Scylla. La narration se concentre sur lui et c’est un personnage vraiment adorable. On comprend ses craintes et ses traumatismes, et au vu des épreuves qu’il a connues, il n’est encore que plus respectable d’être tel qu’il est de nos jours. Malgré son côté ‘rentre-dedans’, on ne peut pas non plus nier que les intentions de Celia étaient nobles à la base. On ne parvient pas à la détester malgré ses décisions contestables et elle finira d’ailleurs par en payer le prix. Je ne l’ai pas sentie méchante, juste terriblement maladroite et impulsive. Cette inversion des rôles homme/femme m’a d’ailleurs beaucoup plu : il est rafraîchissant de voir que pour une fois, c’est un gentil garçon qui cherche à se dépêtrer des filets d’une simili bad girl !

Même les personnages secondaires sont attachants et intéressants, aussi sympathiques et authentiques que l’ambiance ‘France profonde’ qui se dégage de ce roman. Je regrette simplement que le concept des petites fées et esprits de la nature n’ait pas été plus développé, car quand l’intrigue a atteint son point culminant, l’explication m’a laissé un petit goût d’inachevé, comme si j’avais manqué un ou deux détails.

La plume d’Ophélie Bruneau m’a paru parfaitement équilibrée : travaillée, mais sans se noyer dans les descriptions. Avec de petites touches d’un humour subtil et universel pour venir encore un peu plus pimenter l’ensemble. Un délice !

Ce one-shot aux saveurs de road-movie est vraiment une belle découverte et mêle habilement actions et sentiments, sans tomber dans le manichéisme ou la caricature. Il introduit également quelques éléments nouveaux dans le mythe des loups-garous. L’ensemble sonne très vrai et ne connaît pas de temps mort. Je l’ai dévoré en une seule journée, et me suis presque sentie triste en tournant la dernière page de devoir déjà quitter les différents protagonistes. Bref, je suis conquise par cet éditeur sérieux dans son travail et cette jeune auteure pleine de promesses. J’ai réellement frôlé le coup de cœur et ai hâte d’en voir plus, d’un côté comme de l’autre.

Publicités

Une réflexion sur “L’Ouroboros d’Argent — Ophélie Bruneau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s